Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Etoile Rouge de Belgrade
Actualités Pleins feux sur Belgrade

Pleins feux sur Belgrade

Demain, la SIG retrouvera l’Euroleague. Versée dans le groupe “de la mort” elle ne devra pas tarder à se mettre en route et essayer de remporter très tôt une première victoire. Pour son entrée dans la compétition, les Strasbourgeois se déplacent sur le parquet de l’Etoile Rouge de Belgrade. Faites connaissance avec l’adversaire.

L’HISTOIRE

Le club a été créé en 1945 et il n’a pas tardé à garnir sa vitrine de trophées en remportant la bagatelle de 10 titres de champion de Yougoslavie consécutifs (1946 à 1955)! Mais devant la multiplication des clubs et de la concurrence, il faudra attendre 14 ans pour revoir la trace d’un titre de champion (1968/69). Ce même titre qui lui donnera accès, la saison suivante, à sa première participation à une coupe d’Europe (voir infographie). De nouveau titrée en 1972, l’Étoile Rouge sera également trois fois championne (93, 94, 98) de la ‘‘YUBA league’’ (Yougoslavie et Serbie-Montenegro). Remportant dans le même temps six coupes nationales, le club voyait sa réputation grimper en flèche. Depuis l’indépendance du pays, il participe à la ligue Adriatique, remportée pour la première fois la saison dernière, et au championnat serbe, également remporté en mai dernier pour la première fois après cinq échecs en finale. La saison 2014/15 était, à n’en pas douter, la plus belle de l’histoire du club puisque Belgrade a réalisé le triplé en remportant la coupe de Serbie pour la cinquième fois de son histoire. Vingt-six titres nationaux en 70 ans d’existence, une belle performance mais loin derrière le rival historique, le Partizan de Belgrade et ses 44 titres…

BELGRADE CETTE SAISON

L’Étoile Rouge a vu son effectif renouvelé de moitié cet été. En cheval de proue de ces départs : le géant Boban Marjanović. Après une saison énorme (16,6pts, 10,7rbs et 25,7 d’évaluation en Euroleague) il a rejoint les Spurs de San Antonio. Exit également Nikola Kalinić. L’international serbe a signé au Fenerbahçe avec un buy-out de 1,2 million de dollars ! Idem pour Charles Jenkins parti à EA7 Milan. Enfin, signalons le cas de Marcus Williams : suspendu pour dopage après un contrôle positif en fin de saison, le club lui a gentiment indiqué la sortie…

Mais le coach, Dejan Radonjić ne repart pas de zéro. Arrivé en avril 2013, il s’est d’ailleurs vu offrir une prolongation de deux ans, le club aspirant à plus de sérénité, après avoir connu 11 changements de coaches en six ans. Parmi les ‘‘anciens’’, l’Allemand Maik Zirbes. Physique, agressif et volontaire, le pivot de 2m08 est bien connu des Strasbourgeois. Vu en Euroleague il y a deux ans avec Bamberg, il a également croisé le fer avec la SIG en match amical à Mulhouse il y a un an. Avec 14,2 points, 5 rebonds et 18 d’évaluation cette saison après cinq matches, il sera à surveiller comme le lait sur le feu. A ses côtés, le poste 4 Luka Mitrović (22 ans) a également rempilé. Drafté par Philadelphie en juin dernier, il a préféré prolonger pour deux saisons. Il est le joueur le plus utilisé par le coach en championnat (10 points, 6 rebonds et 14,4 d’évaluation). Athlétique, habile, doté d’une bonne vision du jeu il est déjà l’un des cadres et a été nommé capitaine. L’autre ancien est le capitaine de la défense, Branko Lazić. Ce swingman de 26 ans n’a pas des statistiques ronflantes mais c’est un travailleur de sape qui use son vis-à-vis. Le poste 2 Stefan Jović, le 2/3 Nemanja Dangubić et le poste 4 Marko Tejić sont toujours là mais les deux derniers cités, blessés, seront absents…

Qui alors pour rafraichir l’équipe ?
Sofoklís Schortsanítis

Sofoklis Schortsanitis: un poids lourd et un sacré défi pour la SIG.

C’est bien connu, c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures. Voyant les bobos s’accumuler, le club a fait rentrer au bercail, pour quelques mois, Marko Simonović. Capitaine de l’Étoile Rouge, demi-finaliste de l’Eurocup en 2014, l’international serbe sort d’une saison mitigée avec Pau-Lacq-Orthez (13,4pts et 8,5 d’évaluation) et nul doute qu’il aura envie de montrer qu’il est encore le terrible shooteur dont il a la réputation. Autre recrue de poids, et non des moindres, celui qui est sans doute le pivot le plus dominant physiquement en Europe : le Grec Sofoklis Schortsanitis. Vainqueur de l’Euroleague en 2014 avec le Maccabi Tel Aviv, ‘‘baby Shaq’’ pèse 195 matches dans la compétition. Ses 160kg font de lui un joueur hors norme. Très mobile malgré son poids, ce bulldozer des parquets ne joue que 15 minutes en moyenne, mais est capable de faire plier n’importe quelle défense. Un défi de taille pour les intérieurs strasbourgeois ! A ses côtés, le club a également engagé le pivot rookie Stefan Nastić (22ans). Fraîchement sorti de l’université de Stanford, il rentre au pays. Ses 2m11 et sa fougue utilisés par séquences (5,5pts, 3,3rbs, 6,8 d’évaluation pour 10’ en moyenne) seront à maîtriser. A la mène, le coach a fait confiance à un ancien NBAer (35 matches), l’Israélien Gal Mekel. Double MVP du championnat israélien (2011, 2013) il s’est rapidement imposé comme le maître à jouer. Avec 11 points, 7,4 passes et 14 d’évaluation après 5 matches d’ABA league, il démontre que son excellente vision du jeu, son explosivité et son adresse extérieure, en fond l’une des armes principales de cette équipe. Enfin le dernier venu est le poste 3 Ryan Thompson. Shooteur patenté, il se caractérise souvent par son adresse sur courant altérnatif. Capable du meilleur comme du pire, il ne faudra surtout pas le mettre en confiance. Croisé à deux reprises la saison dernière en Eurocup quand il portait les couleurs de Bamberg, l’Américain est pour le moment discret dans cette équipe (6,8pts à 24,5% aux tirs). Ajoutez en bout de banc, les arrivées de trois jeunes, Borisa Simanić, Marko Gudurić et Dragan Apić, qui se battent comme des morts de faim lors de chaque minute qui leur est offerte et vous obtenez une équipe qui s’annonce redoutable et amitieuse de retrouver le top16… Comme la saison dernière.

Franklin Tellier

Le bilan européen du club serbe

infographie Belgrade en Coupe d'Europe_V3