Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_ASVEL_Vladimir golubovic
Actualités Réaction attendue

Réaction attendue

Échaudée par Villeurbanne samedi, la SIG va en appel, ce mardi à 20h, à Reims, face au CCRB. Mais les Champenois qui ont longtemps résisté à Pau-Orthez avant de céder dans le final (75-66) veulent eux aussi se racheter. Vincent Collet analyse la situation et dit ce qu’il attend de ses hommes dans les prochains temps…

  • Comment efface-t-on une déconvenue comme celle de samedi ?
  • En se remettant rapidement au travail. Ce qu’on a fait dès dimanche matin. C’est une déception mais ce n’est que le premier match de la saison. Il faut montrer du caractère pour s’en relever. Faire en sorte que la vérité du 3 octobre ne soit pas celle de plus tard, pas forcément demain d’ailleurs. Même si on veut gagner à Reims, car on n’est sûr de ne pas pouvoir corriger en trois jours tout ce qui n’a pas fonctionné samedi. On veut en revanche se servir de cet échec pour nous améliorer.
« Deux équipes en réaction »
  • Peut-on imaginer toutefois que la SIG montre à Reims le même visage que dans le Match des champions face à Limoges ?
  • Bien sûr. Il ne faut pas oublier que c’est toujours un rapport de forces et que cela dépend aussi de notre adversaire. Dans ce match contre l’ASVEL, nous avons sombré dans le deuxième quart. On s’est effrité dans la difficulté quand ils sont devenus plus durs. Ils ont eu la réussite maximale pendant que nous gâchions huit points faciles près du cercle.
  • Quelle est votre opinion sur Châlons-Reims et sur le premier match qu’ils ont livré à Pau ?
  • Ils ont longtemps été au contact avant de lâcher vers la fin. Ils ont beaucoup tiré à trois points (NDLR : 29 tentatives pour 9 réussites) avec une réussite inégale et ont eu des passages défensifs moins bons. On va voir deux équipes en réaction, c’est une évidence.
  • Individuellement, quels sont les joueurs majeurs du CCRB cette saison ?
  • Châlons_Reims_SIG_Luxeuil2015_Paul Lacombe

    Paul Lacombe s'oppose avec autorité à Alex Young, dans un match d'avant-saison remporté par la SIG. Rebelote à Reims ?

    L’équipe a beaucoup changé. Drew Gordon est un mec solide, athlétique qui a longtemps joué au poste 4 en Italie, passé par le Partizan de Belgrade en Euroleague, et qui partage le poste 5 avec Gary Florimont. Au poste 4, Miroslav Todic, le dernier arrivé, est un fort shooteur à trois points, au bon gabarit (2,05m), qui n’a pas joué les matches de pré-saison contre nous (NDLR : un succès à Luxeuil par 85 à 66 contre une défaite à Châlons 92-85). Le meneur, Mickey McConnell a joué à Bonn l’an passé et on le connaît bien. Il peut shooter mais est aussi très créatif. Les extérieurs, Alex Youg et Patrick Richard, sont de vrais shooteurs. Il y a du danger dans cette équipe car les trois Français, Lesca, Florimont et Morandais étaient déjà bons la saison dernière… Ils sont un peu comme nous. Ils reconstruisent et sont encore sujet à des hauts et des bas.

  • Qu’est-ce qui peut dès lors faire la différence ?
  • La détermination, l’envie, comme toujours quand les équipes ne sont pas encore tout à fait prêtes. La saison dernière, nous avions gardé l’ossature de l’équipe et elle était prête en avance. Là, on sent qu’on a moins de repères collectifs et ce sont les valeurs de base qui permettront de compenser. C’est un socle qui permet de laisser passer l’orage. Chaque semaine qui passe nous permettra de trouver davantage de cohésion. Sur certaines séquences, on fait déjà des choses qui correspondent à une équipe rodée alors qu’on est encore en rodage. Avoir des mauvais passages, c’est normal, il y en aura toute la saison, mais quand tu es vraiment solide, tu ne prends que quatre ou six points et contre l’ASVEL, on en a pris une vingtaine…
Le pouls du patient
  • L’équipe reste sur trois défaites lors des quatre derniers matches même si les rencontres ne se ressemblent pas du tout ?
  • Ce qui me contrarie surtout, c’est d’avoir dû jouer à Nancy le 23 septembre au lendemain de mon retour de l’Euro. A croire qu’on n’accorde pas à la Coupe de France la valeur qu’elle mérite. Je craignais l’entame contre l’ASVEL car j’avais perçu dans leur match contre Limoges qu’ils étaient plutôt en avance sur nous. Mais le plus important, c’est ce qui vient : la façon dont on saura utiliser cette contre-performance. On n’est pas dans une période où on tire des bilans. On se doit d’avancer. Nous sommes dans un état intermédiaire. Ou on persiste et cela devient problématique, ou on évolue et on enchaîne avec la suite naturelle d’une saison.
  • Comment imaginer cette progression ?
  • Rien ne sera facile. Le pouls du patient n’est pas bon. A nous de le faire évoluer. Il n’était pas bon, il y a deux ans, quand on a perdu le premier match à domicile contre Nanterre en donnant des signes inquiétants. Ce qui est préoccupant, c’est qu’on se déplace trois jours après sans avoir le temps de travailler et qu’on dispute notre premier match d’Euroleague, qui sera déjà vital, dans dix jours à peine… On est quand même très loin du niveau qu’il faudra avoir pour être compétitif. Mais ça peut venir vite car certaines choses participent d’une simple prise de conscience… Il faut passer la vitesse supérieure et dès mardi !

Recueilli par Jean-Claude Frey

 

Chalons reims_SIG_le chiffre… comme le nombre de matches de ProA (saison régulière et playoffs) que totalisent les joueurs de Châlons/Reims à la veille d’accueillir la SIG. En ProA, seul Dijon possède une équipe avec moins ‘‘d’expérience’’ avec seulement 225 matches cumulés pour l’équipe. Avec un effectif grandement renouvelé, le CCRB ne comptait que quatre joueurs ayant déjà foulé les parquets de ProA au coup d’envoi de cette nouvelle saison. Aujourd’hui, le plus ‘‘capé’’ est Michel Morandais (126 matches). A titre de comparaison, les joueurs de la SIG comptabilisent eux, 1122 matches en saison régulière et en playoffs, répartis entre neuf joueurs… Enfin, notons que du côté de la SIG, c’est Jérémy Leloup qui en comptabilise le plus, avec 206 matches de ProA et 31 de playoffs.                                                                                                                                                                     F.T.