Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Belgrade_SIG_Euroleague_Bangaly Fofana_Sofoklis Schortsanitis
Actualités Trop tendres...

Trop tendres...

En Euroleague, une bonne période ne suffit pas. Il faut être constant. Pour l’avoir oublié, la SIG, pourtant bien partie mais trop rapidement débordée par l’agressivité de l’Étoile Rouge de Belgrade, concédant 25 balles perdues (!) a payé cher (81-59). Un baptême du feu redouté dans une atmosphère hostile à souhait. Il faudra savoir en tirer les leçons. Rapidement de préférence…

Lors de la séance vidéo du matin, Vincent Collet avait longuement insisté sur les trois dangers majeurs de l’Étoile Rouge : Gal Mekel et ses drives, Luka Mitrovic, capitaine à… 22 ans, et sa palette complète, Maik Zirbes, le géant allemand, si efficace près du cercle (84% de réussite dans les cinq premiers matches de la Ligue adriatique). A la mi-temps, et plus encore au terme de la première période, une partie du contrat avait été remplie. Plutôt bien, d’ailleurs. Sofoklis Schortsanitis était dans le cinq et Collet lui avait opposé Fofana, gardant Golubović sur le banc pour l’opposer au redoutable pivot allemand.

Le chantier de Maik Zirbes
Belgrade_SIG_Euroleague_Rodrigue Beaubois

Les 17 points de Rodrigue Beaubois n'ont pas suffi. Il aura surtout manqué de la dureté aux Strasbourgeois.

Weems avait donné le ton, Beaubois lui avait emboîté le pas à trois points et la SIG pouvait faire la course en tête : 2-5 (4e’) et même 6-12 et 8-15 (7e’). Un départ idéal, grâce en partie à une défense qui gênait les Serbes et à un superbe 3 sur 4 à trois points de l’ancien de Dallas. Dommage que quelques occasions, sur des interceptions subtiles, n’aient pas été concrétisées. Car rapidement, avec l’entrée de Zirbes, Belgrade eut un tout autre visage. Agressifs en attaque, dominateurs au rebond offensif, montant en régime en défense, les joueurs de l’Étoile Rouge, poussés par un public chaud brûlant, remirent les pendules à l’heure. Campbell (deux fautes déjà) avait cédé sa place à Lacombe, et Ryan Thomson qui était sorti de sa boîte et surtout Zirbes, remirent les locaux en selle : 12-18 puis… 19-20.

La situation devint plus compliquée encore dans le deuxième quart car l’agressivité était résolument du côté serbe. Ntilikina, lancé très tôt dans le grand bain payait sa jeunesse, notamment auprès des arbitres, et Marko Simonovic, l’ex-Palois, montrait lui aussi le bout du nez : 23-20 et, après une dernière égalisation à 24 partout, signée Duport, 39-26… Un 15-2 déjà rédhibitoire. L’attaque strasbourgeoise s’était heurtée à un mur, restant silencieuse plus de quatre minutes, alors que la défense se faisait marcher dessus. Deux paniers bonifiés en fin de possession, par Campbell et Lacombe, avaient à peine adouci la note au repos (43-32) alors que Mardy Collins était sorti en traînant la jambe, après avoir réveillé sa blessure aux ischios.

Une belle réaction avant... la grêle !

Démontrant qu’elle avait pris de la bouteille dans cette prestigieuse compétition, la SIG repartit pied au plancher, avec Weems d’abord, puis Beaubois, très efficace et enfin Golubovic qui postait habilement Zirbes. Les Strasbourgeois se rapprochaient à 49-42 (27e’), malgré les points de l’Allemand (9 sur 10 aux tirs à cet instant) appelant un temps mort de Radonjic. La foule se remit à hurler, une balle perdue sur la remise en jeu, puis surtout une interception à la limite de Jovic sur Campbell qui se retrouvait les quatre fers en l’air, deux passages en force de Beaubois et de Golubović et Belgrade s’était refait un matelas : 57-44 (29e’). Et comme si les coups de sifflet n’avaient pas suffi, la table inscrivait à tort un lancer franc manqué par Jovic ! Retiré de la marque après les protestations strasbourgeoises. Bienvenue au Petit Poucet en Euroleague et à Belgrade… Le match venait de basculer définitivement, malgré le panier du milieu de terrain réussi par Leloup au buzzer. Les occasions manquées dans les moments cruciaux ne se représenteront plus.

Duport était opposé à Schortsanitis (toujours à… zéro faute) dans le dernier quart, et Belgrade déroulait. Il fallait tenter d’éviter la déroute, dans la perspective du match retour. La SIG tentait de résister mais entre la fatigue, les balles perdues et l'abattage de ces diables de Serbes, le coeur n'y était plus vraiment. Et l'addition salée...

A Belgrade, Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

ÉTOILE ROUGE DE BELGRADE – SIG 81-59. Kombank Arena. 14 338 spectateurs. Arbitres : MM. Hierrezuelo (Espagne), Zamojski (Pologne) et Halliko (Estonie).

Les périodes : 19-20, 24-12 (mi-temps : 43-32), 19-16 (62-48), 19-11.

Les statistiques

 

Les images de la rencontre

Le résumé en vidéo