Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Lehavre_Vincent Collet_Lauriane Dolt_Pierre Tavano
Actualités Vincent Collet : « On a retrouvé de l’adresse et de l’allant au bon moment »

Vincent Collet : « On a retrouvé de l’adresse et de l’allant au bon moment »

L’essentiel, dans ce match qui arrivait moins de deux jours après la performance en Euroleague, c’était la victoire. Vincent Collet en convenait aisément : « C’est le match qu’on craignait. On a eu des tirs au début du match, si on les met on peut faire un écart plus conséquent et ça peut se passer différemment. Après, on a fait un mauvais deuxième quart temps avec beaucoup de pertes de balles et une bouillie de basket. Il a fallu attendre le dernier quart dans lequel on a retrouvé de l’adresse et de l’allant pour assurer la victoire. Il ne faut surtout pas s’imaginer que le match de vendredi correspondait à notre niveau. On était heureux d’avoir fait un exploit, de s’être sublimé. Mais on a joué au-dessus de notre potentiel dans tous les domaines. Les traces de ces efforts n’étaient pas totalement effacées. Idem au niveau mental. Le Havre a été vaillant et s’ils avaient été plus adroits, En défense, on a été plutôt pas mal en première mi-temps. Ce qui est important, c’est de se préparer maintenant pour vendredi ».

Rodrigue Beaubois, lui, insistait sur le manque de concentration : « Il y avait peut-être un peu de fatigue mais plus sûrement un manque de concentration. Moi le premier, je n’ai pas bien débuté. Je n’étais pas assez agressif. On était peut-être un peu trop relâché mais il faut féliciter cette équipe du Havre qui s’est bien battue. Il faut qu’on soit tous impliqués, à chaque match, pendant 40 minutes ».

 Thomas Drouot :  « Le manque de confiance nous a été préjudiciable »

Michel Jean-Baptiste Adolphe regrettait le final manqué par son équipe : « On a joué les yeux dans les yeux avec Strasbourg pendant 30 minutes. On prend un éclat avec deux tirs à 3 points et on lâche... On avait un plan de jeu et on ne l’a pas tenu à ce moment-là. Il faut donner du crédit à la défense de Strasbourg qui a coupé tous nos systèmes à cet instant et est monté en puissance en défense. La peur de se lâcher, peut-être… C’est dommage car on était venu pour montrer un autre visage que face à Orléans. On a quand même rivalisé avec le vice-champion de France pendant 30 minutes. Le championnat est encore long et il ne faut rien lâcher ».

Son entraîneur, le plus jeune de ProA, Thomas Drouot (32 ans) partageait le point de vue de son pivot : « Il y a eu la concordance de plusieurs éléments : la fatigue des joueurs majeurs et notamment celle de Henry Dugat, le meneur de jeu, qui a perdu trois ballons au début du dernier quart, la blessure de Guy-Landry Edi, la fatigue de Strasbourg qui avait joué il y a 48h seulement et qui était en contrôle. Quand ils sont montés en intensité en défense et que Rodrigue Beaubois a retrouvé l’adresse, on a été en difficulté. Les joueurs se sont battus, mais le manque de confiance nous a été préjudiciable. Les joueurs ne se lâchent pas car ils ont conscience que la situation est compliquée. »

J.C.F.