Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_ASVEL_Matt Howard
Actualités A Rouen pour faire le plein

A Rouen pour faire le plein

De retour d’Istanbul, la SIG retrouve le quotidien de la ProA à Rouen (samedi 20h, à la Kinder Arena). Battue à Orléans et à Chalon, elle n’a pas le droit de trébucher une troisième fois de suite à l’extérieur, sous peine de rentrer dans le rang.

L’équation est simple. Pour avoir échoué deux fois hors de ses bases en ProA, la SIG n’a d’autre alternative, pour être au rendez-vous de la Leaders Cup, que d’engranger avant un mois de décembre délicat. Outre la qualification au Top16 qu’elle garde dans le viseur, au moins jusqu’à vendredi et le choc contre le Bayern, elle devra affronter successivement Gravelines, l’épouvantail, aller au Mans, rencontrer Paris, Limoges et Nancy. Copieux programme. « On a l’obligation de remporter les deux matches que nous jouons en 48 heures, à Rouen et contre Cholet (NDLR : lundi à 20h au Rhenus dans un match décalé en raison des événements tragiques de Paris) », prévient Collet. Plutôt rassuré sur les attitudes de ses joueurs à Istanbul lors de ce quatrième déplacement d’Euroleague – même si le résultat final ressemble aux précédents –, le coach attend beaucoup plus de constance désormais dans les performances de sa troupe.

Rouen puis Cholet, sont en difficulté. Deux victoires seulement au compteur, mais Collet ne les met pas sur le même plan. « Rouen vient d’accrocher Villeurbanne à l’Astroballe. Avec des joueurs français aux postes intérieurs, Alain Koffi, Jean-Michel Mipoka et Guerschon Yabusele ». Portée par Ron Lewis, le turbo de la traction arrière – 17,2 points de moyenne et 16,1 d’évaluation, troisième marqueur du championnat derrière… Rodrigue Beaubois et le Havrais Vassalo –, l’ex-joueur de Ohio State passé par des championnats mineurs est le danger n°1 des Rouennais avec, notamment, un joli 45% de réussite à trois points. A son côté, seul Mipoka affiche plus de 10 points de moyenne, les Américains Deavin Searcy, Chris Crawford ou Kerron Johnson, le meneur, n’ayant guère convaincu jusqu’ici.

Vainqueur de Paris et de Chalon, ses seuls succès, l’équipe de Rémy Valin, arrivé d’Evreux à l’intersaison pour coacher au plus haut niveau, a aussi donné du fil à retordre à Dijon et Pau-Orthez qui ne se sont imposés que de quatre points en Seine-Maritime.

Romeo Travis ne restera pas

Rouen, ce pourrait aussi être l’avant-dernier match de Romeo Travis, si Collet décide de l’aligner, puisque son contrat s’achève lundi soir. L’Américain, venu pour suppléer l’absence de Matt Howard, a rendu d’éminents services pendant un mois, sur tous les fronts, et se retrouvera libre mardi. « On a envisagé l’éventualité de le prolonger un mois pour nous donner une chance de plus dans la quête du Top 16 avant de nous ajuster en fonction de la compétition que nous disputerons en janvier (NDLR : Top 16 d’Euroleague ou Last 32 d’Eurocup), car son état d’esprit me plaît, tout comme ce qu’il nous a apporté, mais ce n’était pas possible réglementairement », explique Vincent Collet. Seul un contrat jusqu’à la fin de la saison peut être autorisé, un choix qui n’entre pas actuellement dans les plans de la SIG. De plus, pour être qualifié en Euroleague en décembre, il eut fallu que le joueur soit également qualifié pour la LNB où la SIG se serait alors retrouvée, jusqu’à la fin du contrat de Vladimir Golubović le 27 décembre, avec un 6e « JNFL ».

Au complet à Rouen après le retour de Matt Howard – elle devra déjà laisser un de ses six joueurs « non formé localement » sur la touche –, la SIG se doit donc de faire le plein ce week-end. De trouver la motivation nécessaire pour être à la hauteur de son standing de triple finaliste et d’oublier la fatigue du match contre Fenerbahçe ou celle d’un road trip forcément éprouvant. Les joueurs ont d’ailleurs rejoint la Normandie directement depuis Roissy où ils ont atterri en fin d’après-midi pour s’offrir un entraînement de décrassage et de préparation. D’enchaîner face à Cholet après un retour en TGV dimanche. Il sera bien temps après, de songer à la « finale » qu’il faudra livrer contre le Bayern…

Jean-Claude Frey

le chiffre2_Rouen-SIG… Comme le nombre de fautes provoquées en moyenne par RON LEWIS après 9 matches. L’ailier de Rouen est tout simplement le joueur qui domine cette catégorie statistique en ProA. A noter que le premier SIGman de ce classement, Mardy Collins, arrive en 32ème position (3,14). Finaliste NCAA en 2007 avec Ohio State, aux côtés de deux joueurs bien connus de la ProA, David Lighty et Daequan Cook, Ron Lewis est un attaquant racé et est l’actuel 3ème meilleur marqueur du championnat (17,2pts). Doté de formidables qualités athlétiques, il est très complet et n’hésite pas à se mêler à la bataille du rebond, expliquant aussi ce chiffre en plus de ses percutions souvent ravageuses. Meilleure évaluation de son équipe (16,1), il sera à coup sûr le joueur à surveiller le plus afin d’espérer ramener un bon résultat de la Kindarena…

Franklin T.