Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Belgrade_0001
Actualités Jérémy Leloup : « On y a mis tout notre cœur »

Jérémy Leloup : « On y a mis tout notre cœur »

Pas d’euphorie, dans les coulisses, mais des sourires bien sûr, voire du soulagement après la victoire contre l'Etoile Rouge de Belgrade.

Jérémy Leloup, héros du soir, fort de ses 24 points (record en carrière en Euroleague) était ravi de la tournure des événements : « C’est tout aussi fort que la semaine dernière. Le Real ne nous a peut-être pas respecté mais on savait que ce soir ce serait difficile. Cette petite finale était pourtant très mal partie. Ils ont mis beaucoup de shoots au début. Le discours de la mi-temps a été dur. On s’est dit qu’il fallait mettre tout notre cœur dans la bataille et que si on devait perdre, il faudrait tout donner. On a réussi à prendre des balles et à revenir. Mais il faudra retenir la leçon et tenir cet engagement pendant 40 minutes ».

L’ailier strasbourgeois commentait sa performance individuelle avec sobriété. « En Euroleague, c’est le match de ma vie, mais c’est aussi un effort collectif. La semaine dernière c’était Louis, (NDLR : Campbell) la semaine prochaine, j’espère que ce sera un autre ». Quant à l’incroyable scénario du retour strasbourgeois, il le résumait ainsi : « Il fallait revenir possession par possession et faire des stops. On a aussi trouvé des solutions en attaque. Ils se sont mis à douter et on a su être enfin très agressifs. On va croire jusqu’au bout à l’espoir du Top 16. On va essayer de réussir un gros coup contre Istanbul et ensuite préparer au mieux le match du Bayern. Il faudra en tout cas éviter le scénario de Saint-Pétersbourg, la saison dernière ».

Collet : « Il se passe quelque chose au Rhenus… »

Pour son entraîneur, Vincent Collet, « rien n’est fait mais il se passe quelque chose au Rhenus… Il faut qu’on apprenne de ce match et il reste beaucoup à faire. L’Etoile était sur un nuage au début, portée par une adresse incroyable, mais on n’y était aussi pour quelque chose. En étant plus agressif, on a déréglé la mécanique. L’écart à la mi-temps était énorme et notre jeu collectif s’était liquéfié en fin de mi-temps quand les joueurs ont voulu sauver le navire par des actions individuelles ».

Le coach était bien sûr ravi de l’attitude de ses hommes : « Le caractère affiché en deuxième m’a beaucoup plus. Même si on avait perdu. On a pioché pour revenir en restant longtemps à six points. Les dieux du basket étaient avec nous ce soir et deux ou trois exploits de Beaubois ont fait la différence. Ce que je retiens surtout, c’est l’engagement et l’énergie que les joueurs ont mis. On a senti dès le début de la deuxième mi-temps que ce n’était plus le même match, même si le score ne l’indiquait pas. On avait trouvé les hommes qu’il fallait. Le tournant du match aura été la 5e faute de Jovic. Une aubaine… »

Le coach serbe, Dejan Radonjic, était apparu plutôt chafouin, et on le serait à moins… « Félicitations à Strasbourg. Nous avons très bien débuté le match offensivement grâce à notre réussite à trois points et l’écart était flatteur. On se doutait que la deuxième mi-temps serait différente parce que Strasbourg est une bonne équipe mais aussi en raison de notre rotation courte due aux blessures (NDLR : Mitrovic, Lazic). Nous avons eu de gros soucis d’organisation par la suite, Strasbourg a bien défendu et nous avons perdu pied. L’élimination de Jovic pour cinq fautes nous a coûté cher puisqu’on a perdu beaucoup de ballons sur la fin et Strasbourg a réussi des paniers faciles dans cette situation ».

Les réactions des joueurs sur Twitter :