Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
DB1_9306 - copie
Actualités Le match de l'année

Le match de l'année

C’est le match qui fait saliver depuis le tirage au sort des poules de l’Euroleague, début juillet. Comme il y a deux ans, la SIG affronte le Real Madrid, vendredi (20h30, en direct sur beIN sports 3) dans un Rhenus plein à craquer et bouillant. Un défi immense à relever pour boucler la phase aller. Les Strasbourgeois sont-ils capables d’écrire un autre chapitre de la belle histoire entamée contre Fenerbahçe ?

rudy-fernandez-real-madrid-eb15

Rudy Fernandez est capable de marquer dans les positions les plus invraisemblables (à droite Jonas Maciulis). (Photo Euroleague)

Sur les sites de paris sportifs, mais aussi chez tous les connaisseurs, l’issue ne fait guère de doute. Le Real Madrid, champion en titre, joue depuis si longtemps dans une autre catégorie que la SIG, qu’il est totalement utopique d’imaginer une victoire alsacienne. Et pourtant… C’est si bon de rêver une fois encore.

Rien qu’à lire la composition de l’équipe, Vincent Collet, qui a décidé de prendre les choses du bon côté, s’extasie : « Felipe Reyes est le meilleur joueur du Real (NDLR : MVP de la précédente journée, le rebondeur le plus performant de l’histoire de l’Euroleague monte en régime à chaque sortie), Gustavo Ayon est le titulaire au poste de pivot, mais c’est surtout le ‘’back court’’ qui est agaçant ! »

Le décor est planté : « Les grands, c’est important, mais c’est une équipe d’arrières pour laquelle on ne trouve pas de qualificatif suffisant dans la langue française… Sergio Llull, c’est un tank avec un moteur turbo, Sergio Rodriguez est le Mozart du basket européen, un magicien, Jaycee Carroll est un des trois meilleurs shooteurs en Europe, et que dire du meilleur ami du public français, Rudy Fernandez ! Il a été longtemps le meilleur ailier européen. Sans oublier Jonas Maciulis, le solide Lituanien ».

Trouver des solutions

Mais le Real, ce n’est pas seulement une collection d’individualités, douze au total, toutes interchangeables – Thompkins, souffrant du genou, ne s’est pas entraîné mais sera du voyage – mais aussi une équipe d’exception. « Ils ont une activité incessante et une qualité de relance exceptionnelle. Sur jeu rapide, c’est la référence ultime en Europe. Ils allient cette qualité technique, cette adresse, et la vitesse de course ».

A cette première caractéristique majeure, Vincent Collet en ajoute une deuxième : le rebond offensif. Quatrième attaque de l’Euroleague (83,75pts marqués alors que la SIG pointe en 22e position avec 68,25pts), bien plus performants dans ce domaine qu’en défense (82,75pts encaissés !), les Madrilènes prennent près de 15 rebonds offensifs par match. « Cela leur donne beaucoup de confort au tir, les shooteurs n’ont pas peur de manquer car ils savent qu’ils vont avoir beaucoup de deuxièmes chances et ça devient vite ingérable »…

Pourtant, la SIG va devoir trouver des parades à cette armada. Et se raccrocher à quelques chiffres. Ainsi, depuis le début de saison, le Real n’a pas encore gagné… à l’extérieur ! Et la SIG est invaincue à domicile où elle n’a joué qu’une fois, mais quel match ! Collet tempère : « Ils ont perdu à Istanbul contre Fenerbahçe et à Khimki, deux places fortes où peu d’équipes vont s’imposer cette saison ».

Et puis, il y a le rendez-vous que tous les joueurs attendent. « C’est excitant. Tu te mesures à ce qui se fait de mieux en Europe. C’est vrai pour le coach et pour les joueurs. L’observation de leurs rencontres est déjà source d’apprentissage. Il y a de l’excellence dans ce qu’ils font. Il faudra donc tout donner. Mais cette recette est sans aucune garantie… »

Une fois encore, il faudra se surpasser, « être aux quatre coins du terrain, donner l’impression de défendre à six ou à sept, se livrer sans retenue et prendre des risques défensifs. Sinon, ils seront dans la récitation et ils ont beaucoup de mémoire… »

Le retour de Duport
SIG_Fenerbahce_mardy Collins

La SIG aura besoin d'un Mardy Collins (ici face à Bogdanovic) à son meilleur niveau.

Si l’entraînement de ce jeudi matin a provoqué quelques frayeurs dans le camp alsacien – Rodrigue Beaubois s’est tordu le poignet, Paul Lacombe a « tourné » sa cheville, provoquant la fin prématurée de la séance – mais on espère bien évidemment qu’ils pourront tenir normalement leur place. Et si Matt Howard ronge encore son frein au bord du parquet, se contentant de séances individuelles, sans opposition, la SIG retrouvera Romain Duport, de retour après sa blessure.

La SIG, c’est évident, aura besoin de tous ses atouts. D’un Mardy Collins à la hauteur de ce qu’il avait fait les saisons précédentes face à… Rudy Fernandez, d’un Kyle Weems en mode sniper, d’un Vlamidir Golubović conforme à sa réputation de pivot d’Euroleague et de tous ses autres soldats, en défense comme en attaque. Et si d’aventure, la tournure ressemblait à ce que le Rhenus avait connu il y a trois semaines, le Rhenus deviendrait à coup sûr une forteresse dont on se méfiera désormais.

Voilà bien une raison de plus pour pousser les Strasbourgeois vers un exploit qui retentirait à travers toute l’Europe.

Jean-Claude Frey

 chiffre du match SIG Real Madrid_SITE... Comme le nombre de joueurs ayant porté à la fois le maillot de la SIG et celui du Real Madrid:

- Keith Jennings : Real Madrid 1999/00 et SIG 2003/04

- Alain Digbeu : Real Madrid 2002/03 et SIG 2009-2011

- Mike Gelabale : Real Madrid 2004-2006 et SIG 2014

- Tremmell Darden : SIG 2009/10 et Real Madrid 2013/14

A noter qu'un cinquième joueur aurait pu s'ajouter à cette liste: Ondrej Starosta. En effet, le géant tchèque, qui a porté le maillot de la SIG lors de la saison 2005/06, a évolué au sein de la maison meringué mais pour l'équipe B, des jeunes, lors de la saison 2000/01.

Franklin Tellier