Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Monaco_Bangaly Fofana
Actualités Les pendules à l'heure...

Les pendules à l'heure...

Après la déception de l'Euroleague, la SIG s'est remise dans le sens de la marche face à de décevants Monégasques (85-60). La voilà déjà en tête de la ProA avec Villeurbanne comme seul compagnon.

On attendait bien sûr une réaction d’orgueil de la part des Strasbourgeois après la déconvenue de Munich, d’autant que le jeu en valait la chandelle : une place de coleader de la ProA avec Villeurbanne. Mais Monaco aussi, pouvait prétendre à cet honneur, une aubaine pour le promu qui restait, comme la SIG d’ailleurs, sur quatre succès consécutifs en championnat.

Sous le regard de Randal Falker, le pivot de Nancy, venu voir quelques amis dans les deux camps, on allait être rapidement fixé. Les Strasbourgeois faisaient preuve d’une belle agressivité offensive, tout en contenant leurs vis-à-vis en défense. On était surpris aussi, de l’écart de niveau entre la ProA et l’Euroleague, car très vite, aguerrie par les luttes continentales, la SIG n’allait faire qu’une bouchée de Monégasques plutôt décevants (8 sur 44 dans les tirs extérieurs).

Collins donne le ton
SIG_Monaco_Paul Lacombe

Avec 16 points, Paul Lacombe (18 d'évaluation) a battu son record en carrière.

Collins avait montré la voie (8-3), et après l’entrée de Fofana à 8 partout (5e’), les alley-oops allaient se multiplier, tous stoppés par des fautes de Monaco. Le pivot de la SIG s’offrait ainsi huit lancers-francs et même s’il n’en transformait que quatre, les Strasbourgeois s’étaient mis en route. Tout semblait facile en attaque, tant la défense adverse était permissive alors que l’intensité « européenne » des hommes de Collet muselait totalement Sy, Nelson, Ouattara, Shuler ou… Uter.

C’est ainsi que pendant cinq minutes, Monaco ne marquera que deux petits points, encaissant un 15-2 qui pliait quasiment la rencontre avant l’heure : 23-10. Beaubois, victime d’une anti-sportive de Gladyr, avait exploité le bonus (6 sur 6 aux lancers-francs) et Collins y était allé de bon cœur, en percussion, alors qu'Aaron Cel avait fixé la marque du premier quart temps. En 10 minutes, les Strasbourgeois avaient déjà tenté 14 lancers-francs, soit bien plus que dans le match entier de Munich (8)...

Le deuxième période n’y changeait rien et il faudra attendre cinq minutes pour voir le premier point des joueurs de la Principauté. Même si la SIG, dans le même laps de temps, n’en avait inscrit que sept : 31-13. La rencontre s’animait enfin quand Larry Drew y mit un peu de vitesse, Akpomedah et Gladyr marquant derrière l’arc. Mais la SIG dominait, avec six points d’affilée de Weems ou un primé de Beaubois : 45-25 à la mi-temps et… 64-15 à l’évaluation.

Nelson et Shuler se montrent enfin

Les Strasbourgeois avaient réussi, entre autre performance, de laisser Jamal Shuler et DeMarcus Nelson à… zéro point. Relâchant un peu la bride dans un match déjà joué (53-29, 23e’) qui devenait une belle occasion de travailler le collectif (28 passes au final pour 5 balles perdues seulement), la SIG encaissait un 0-7, Nelson et Shuler marquant 15 des 17 points de leur équipe dans les neuf premières minutes du 3e quart temps. En face, Paul Lacombe faisait un vrai chantier (12 points dans la période), bien aidé par Fofana.

Record en carrière pour Lacombe (16 points)

Le match plié depuis longtemps, la SIG qui utilisait tout son banc, relançait Romeo Travis (huit points de suite) et enfin Ntilikina. Paul Lacombe en profitait pour battre enfin son record en carrière avec 16 points après lequel il courrait depuis un moment. L’écart se stabilisait autour des vingt points, malgré un vilain 2 sur 16 à trois points, et la SIG pouvait tranquillement savourer sa position de leader. Même si elle est encore partagée avec l’ASVEL.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – MONACO 85-60. Rhenus Sport. 4 308 spectateurs. Arbitres : MM. Bardera et Dubois, Mme Delaune.

Les périodes : 24-13, 21-12 (mi-temps : 45-25), 22-22 (67-47), 18-13.

→ LES STATISTIQUES

→ LES REACTIONS