Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
realmadrid-profile2
Actualités Pleins feux sur le Real Madrid

Pleins feux sur le Real Madrid

Dernier match de la phase aller du premier tour de l’Euroleague pour la SIG. Cette semaine, le Rhenus accueille le club le plus titré d’Europe et champion en titre : le Real Madrid. Le Real c’est une histoire, un mythe et des joueurs de légende… Présentation du nonuple vainqueur de l’Euroleague.

L’HISTOIRE

Le Real Madrid fait partie de ces clubs légendaires qui ont une aura bien au delà de leur sport. La section basket du Real a été créée en 1931. Depuis ce jour, ce rouleau compresseur n’a cessé d’amasser les trophées, jusqu’à devenir le plus titré en Europe! Il engrangea 22 titres de champion d’Espagne entre 1957 et 1982. Et même si les bannières se sont plus ‘‘espacées’’ depuis la création de la liga ACB en 1983, le Real a malgré tout remporté 10 autres titres, portant son total à 32 titres de champion, dont le dernier en juin. Et comme on ne fait pas les choses à moitié au sein de l’un des meilleurs clubs d’Europe, les Madrilènes ont remporté également 25 coupes d’Espagne (en 44 finales jouées) et quatre super-coupe d’Espagne (créé il y a dix ans à peine). Sur la scène européenne, l’hégémonie du Real est tout simplement sans égal (voir infographie). Avec 27 participations à des finales, toutes coupes d’Europe confondues, le Real est un ogre à l’insatiable appétit de trophées. Membre fondateur de l’Euroleague en 1958, il l’a remportée à neuf reprises, dont la dernière l’an passé. Ajoutez à cela quatre coupes Saporta (ndlr : du nom de l’ancien comptable de Real et éminent membre de la fédération espagnol ayant créé l’Euroleague : Raimundo Saporta Namías), une coupe Korać et une coupe ULEB et vous obtenez un palmarès incomparable en Europe ! Pour l’obtenir inutile de dire que de très grands noms du basket ont porté le maillot du Real. Pour commencer à comprendre la légende de ce club un nombre parle de lui-même : 11. Onze comme le nombre de joueurs du Real présents dans le « 50 Greatest Euroleague Contributors » créé en 2008 et comprenant 35 joueurs (et 15 coaches), soit un tiers du gratin européen! Parmi eux : Clifford Luyk (seul joueur à avoir gagné six Euroleagues avec le même club), Wayne Brabender Cole (27 titres avec le Real), Emiliano Rodríguez (25 titres avec le Real et trois fois meilleur marqueur de Liga), Arvydas Sabonis (et ses mythiques 66 d’évaluation avec le Real en Liga ACB lors de le saison 1994/95), Dražen Petrović (et ses 62pts en finale de la coupe Saporta 1989), Dejan Bodiroga … De grands noms et une culture de la gagne qui se perpétuent ces dernières années encore…

L’HYDRE MADRILENE CETTE SAISON

Le Real a en grande partie misé sur la stabilité. Si le noyau dur espagnol est resté inchangé, des ‘‘étrangers’’ sont partis. KC Rivers s’est engagé avec le Bayern Munich et les trois pivots sont également partis. Ioannis Bourousis, actuel meilleure évaluation de l’Euroleague, un temps en négociation avec la SIG a finalement choisi Vitoria. Second pivot, l’ancien du SLUC Nancy, Marcus Slaughter a signé pour le petit venu en Euroleague, Darüşşafaka. Enfin Salah Mejri est devenu le premier Tunisien à jouer en NBA en signant à Dallas.

Sergio Llull_real madrid

Sergio Llull, le maître à jouer du Real Madrid

Difficile de sortir un joueur plus que les autres de cette équipe tellement le talent est présent à chaque poste. Commençons par le cinq majeur en Euroleague du Real Madrid cette saison. Au poste de meneur, l’international espagnol Sergio Llull est le maître à jouer. Il est très rapide, intelligent, athlétique et a une formidable vision du jeu. Il met une grosse pression sur l’adversaire aussi bien offensivement, en attaquant régulièrement le cercle, qu’en défense. A ses cotés, nous trouvons Rudy Fernandez. Bien connu en France pour son coté provocateur qui “ravit” le public français, ce psychopathe du shoot peut prendre feu à tout moment. Doté d’une adresse défiant parfois la raison, il est aussi connu pour ses pénétrations ligne de fond, lorsqu’il virevolte au dessus des défenses pour claquer son célèbre alley-oop. Signalons aussi que ce seront ses retrouvailles avec Mardy Collins, après la double confrontation de 2014 avec l’Olympiacos, où les deux joueurs s’étaient rendus quelques petites ‘‘politesses’’ (vidéo de ces petites ‘‘douceurs’’). A l’aile, nous retrouvons l’expérimenté shooteur (45% à 3pts en carrière) Jonas Maciulis (10ème saison d’Euroleague). Son physique est un réel atout pour l’international lituanien qui lui permet de jouer le post-up lorsque l’occasion se propose et participe à la bataille du rebond. Il a déjà joué contre la SIG, avec Kaunas, lors de la saison d’Euroleague 2005/06. Au poste 4 on retrouve le capitaine, Felipe Reyes. Il est ‘‘tout simplement’’ le joueur à avoir pris le plus de rebonds offensifs dans l’histoire de l’Euroleague (534 rebonds offensifs en 234 matches). C’est le roi du placement dans la raquette. Toujours bien positionné, le MVP 2015 de la liga ACB risque de donner beaucoup de travail aux intérieurs de la SIG. Ce formidable rebondeur a actuellement la deuxième évaluation de l’équipe (15,3). A ses cotés se trouve le meilleur rebondeur, intercepteur et le joueur le plus adroit de l’équipe, le pivot Gustavo Ayon. Le Mexicain possède la meilleure évaluation de l’équipe (15,8) et est le deuxième meilleur rebondeur de l’Euroleague (8). Très athlétique et doté d’un excellent timing, c’est la tour de contrôle du Real. Elu dans le 5 majeur du dernier championnat des Amériques (17,7pts, 12,4rbs et 3,5 pds), il entame sa 2de saison au Real après trois saisons NBA (138 matches) et est le 3ème joueur le plus sollicité par le coach Pablo Laso.

sergio Rodriguez Real Madrid

Sergio Rodriguez est bien plus qu'un remplaçant!

Une grande équipe c’est aussi un banc copieusement garni et celui du Real est sans aucun doute parmi les plus impressionnants d’Europe. Remplaçant de luxe de Llull, Sergio Rodriguez (6ème saison au Real) est un magicien balle en main. Le MVP de l’Euroleague 2014 est constamment dans l’anticipation. Il fait partie de ces rares joueurs capables de faire la passe là où le joueur sera la seconde d’après. Sa vision du jeu est hors du commun. Il est un peu moins scoreur que son compère mais plus passeur et est le meilleur passeur de l’équipe (6,3). Les deux autres extérieurs sont Jaycee Carroll et Jeff Taylor. Jaycee Carroll est un ‘‘monomaniaque du shoot’’. Adroit, il dégaine à tout va. Une histoire résume le personnage. Lors de l’été 2007, son université d’Utah a enregistré qu’il avait compilé 23963 shoots, seul à l’entrainement, en en marquant 20010 ! Avec déjà 22 tirs à 3pts tentés, il fait partie des plus gros artilleurs de l’Euroleague dont certains disent qu’il faut commencer à le marquer dès qu’il descend du bus… Quant à Jeff Taylor, il a signé cet été en provenance de Charlotte en NBA (132 matches). Lui aussi est un scoreur né mais est peu utilisé par le coach pour le moment (2 matches et 12’ de moyenne). Connu outre-Atlantique pour ses démêlés judiciaires qui lui ont valu une suspension de 24 matches en NBA, il a signé pour se relancer et montrer qu’il n’a pas perdu son talent. Enfin les deux intérieurs remplaçants sont deux guerriers. Le premier est le poste 4/3 Andrés Nocioni. Il débute sa deuxième saison au club et à un CV riche de neuf saisons NBA (537 matches). MVP de la dernière finale de l’Euroleague, l’international argentin est un vrai bagarreur. A l’image de Matt Howard c’est un ‘‘impact player’’, énergique, qui n’hésite pas à mettre la tête là où les autres osent à peine mettre les mains. Bon défenseur et très mobile, il est doté aussi d’un tir à 3pts fiable. Enfin le poste 4/5 Trey Thompkins débarque de Novgorod après un court passage en NBA (24 matches). Leader de l’équipe russe qu’il emmena au Top16 l’an passé, il était le troisième rebondeur de la compétition (8,1). Coéquipier de Travis Leslie (ASVEL 2013/14) et Gerald Robinson (Nanterre) à l’Université de Georgia, il est très rentable pour son temps de jeu (14’). Sa mobilité et son impact physique en font une arme supplémentaire dans l’arsenal madrilène. Pour finir, signalons que le club parie aussi sur ses jeunes Dino Radoncic, Luka Doncic et Willy Hernangomez, tous trois sortis du centre de formation du Real.

Vous l’avez compris l’hydre madrilène a de quoi faire peur sur le papier. Les SIGmen devront fournir beaucoup d’efforts pour suivre le rythme du Real quand il aura la balle et à l’inverse bien choisir leurs moments en attaque. Cette équipe est constituée de joueurs exceptionnels en tant normal et qui peuvent aussi devenir stratosphériques si on se met à subir leur jeu. Aux SIGmen de profiter de la chance qu’ils ont d’être opposés à ce genre d’équipe pour continuer de grandir et qui sait en se donnant à 200%....

Franklin Tellier

LE REAL MADRID EN COUPE D'EUROPE

infographie Real Madrid en coupe d'Europe