Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Fenerbahce_Paul Lacombe_Bangaly Fofana
Actualités Se sublimer, une fois encore…

Se sublimer, une fois encore…

Quatrième match, troisième déplacement pour la SIG en Euroleague, chez un adversaire, Khimki Moscou (ce jeudi à 17h, en direct sur beIN Sports max 4), qui vient d’épingler le Real et Belgrade dans son antre. Mission impossible ? Qu’importe, l’état d’esprit et l’envie seront à la hauteur de ce rendez-vous…

Khimki1

A peine arrivés à Khimki, les joueurs se sont entraînés. A l'échauffement, on plaisante encore...

Ce sont les joies de l’Euroleague… Les voyages à l’Est réservent toujours leur lot de surprises. Partis de (très) bonne heure en ICE depuis Offenbourg ce mercredi, les joueurs de la SIG ont rallié l’aéroport de Francfort après quelques frayeurs. Un « accident de personne » avait bloqué la voie au-delà de Mannheim et après un détour conséquent et 45 minutes de retard, la délégation alsacienne est montée dans l’avion d’Aeroflot pour Moscou juste à temps. A l’arrivée, sous un ciel très gris et humide, alors que la nuit tombait déjà, en raison des deux heures de décalage horaire, le vieux bus du club local prenait la direction de la salle de Khimki, une ville de 225 000 habitants en banlieue de la capitale russe, pour un dernier entraînement de décrassage.

Khimki, invaincu depuis trois ans à domicile !

C’est au cours des premiers contacts avec le personnel du club russe que Vincent Collet a appris que le match du lendemain aurait lieu… dans la salle du Dynamo Moscou, à 20km de là, où la SIG bénéficiera d’un petit shooting le matin de la rencontre. Après mûre réflexion et avec l'annonce de bouchons dans la journée pour circuler dans Moscou, le coach annulait le shooting pour éviter trois heures de bus à ses joueurs, privilégier la récupération et consacrer davantage de temps à la vidéo.

Pas sûr d'ailleurs que les hommes de Rimas Kurtinaitis, une des légendes de l’équipe d’URSS des années 80, aient besoin de ce genre d’atout. Leurs statistiques en Coupe d'Europe plaident pour eux puisqu'ils sont invaincus à domicile depuis trois saisons. Et si Vincent Collet a constaté du mieux dans la manière, entre Belgrade et Munich, avec un résultat identique, il sait qu’à Khimki, ce sera plus dur encore. « Ce troisième déplacement est plus compliqué que les deux premiers. Le Real a perdu de 15 points ici, Belgrade de 40 ! Les Russes sont redoutables chez eux. On cherchera à faire le meilleur match possible. On a été plus constant à Munich qu’à Belgrade, en restant dans le match pendant 33 minutes, mais ce n’est pas encore assez. Il faut continuer à avancer dans cette direction, avec moins de trous d’air ».

« On progresse, mais pas assez vite »

Les maîtres mots, une fois encore, seront l’intensité, l’agressivité, la capacité à garder le ballon. Mais cela ne sera toujours pas suffisant. « Le rendement des hommes sera aussi capital. Dans les deux premiers déplacements, les entames étaient satisfaisantes. Mais il ne faut pas qu’il y ait de rupture lors des premiers changements, que les rotations soient efficaces. Ce que je vois depuis trois semaines est satisfaisant, on progresse, mais par rapport à l’Euroleague, ça ne va pas assez vite. Les exigences de cette compétition sont nettement supérieures. L’adversité doit nous permettre d’accélérer le processus même si le match de Monaco nous a montré qu’on tire aussi quelques dividendes des matches européens ».

De sacrés clients
Alexey Shved-khimki-Moscou

Alexyi Shved profite d'un écran d'Augustine pour se débarrasser d'un adversaire. Cet homme est dangereux !

Face à un effectif pléthorique et… talentueux, la SIG n’aura rien à perdre. « Bien au contraire, on a tout à gagner. Ils seront hyper favoris, même contre les grosses écuries d’Euroleague ils ne perdent presque jamais chez eux. Quand on a eu ce relâchement, contre le Fenerbahçe, on a réussi une performance incroyable. Mais là, ce sera encore une autre paire de manches… »

Allusion au dernier vainqueur de l’Eurocup, à l’effectif stable, favori pour le top3 de la poule. « Shved est un attaquant racé, Paul Davis qui vient de reprendre après une blessure, met des points, Koponen est un fort shooteur, Dragic, qui joue peu, est un phénomène lui aussi. Sans parler de Tyrese Rice, décisif dans la victoire du Maccabi en Euroleague il y a 18 mois, de Honeycutt, Todorovic ou Augustine, le meilleur marqueur et le plus efficace à l’évaluation. Quant à leurs joueurs de rôle, Monia, Vyaltsev ou Pateev, ils tiendraient des premiers rôles chez nous ».

L’équation est très simple. Pour la qualification au Top16, rien ne serait compromis en cas de défaite. Mais à l’inverse, un succès, même improbable, constituerait un formidable bonus. Avant d’entamer une série de quatre matches sur cinq à domicile…

Jean-Claude Frey