Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Bayern_Munich_Paul Lacombe et Nihad Djedovic
Actualités Brutal retour sur terre…

Brutal retour sur terre…

La SIG avait espéré, à juste titre après trois matches très convaincants, poursuivre sa série de victoires à domicile en Euroleague. Mais contre un Bayern Munich solide et plus complet, elle a affiché trop de lacunes (69-82). Le Top 16 s’est sans doute envolé pour de bon.

Avec le succès du Real la veille contre Fenerbahçe, la victoire était plus impérative encore pour la SIG. Les données étaient claires d’autant que le Bayern jouait gros lui aussi. Et d’emblée, les Munichois affichaient des intentions très défensives. La SIG trouvait deux petites ouvertures, par Campbell puis Golubović et profitait des premières bévues bavaroises : 4-0 (2e’). Mais très vite, le Bayern se mit en marche. Du jeu rapide, sans opposition, pour des paniers faciles de Thompson, une défense de fer, et le score enflait déjà : 4-10 (5e’). Sans même la moindre faute pour freiner l’élan allemand.

Pas d’adresse, une défense trop perméable
SIG_Bayern_Munich_Matt Howard

Matt Howard n'a jamais renoncé. Mais les Bavarois étaient plus forts...

Et quand Savanovic, Rivers et Thompson ouvrirent tour à tour le ban à trois points, il y avait déjà le feu à la maison (8-21, 8e’). La SIG luttait avec ses moyens, qui n’étaient pas les mêmes, et ne pouvait pas compenser une panne d’adresse qui frappait Beaubois (0 sur 7 à la mi-temps) autant que ses partenaires. Seuls les lancers-francs permettaient de réduire un peu l’écart à la fin de la période : 15-21.

Les Strasbourgeois perdirent à nouveau le ballon dès la reprise et tout était difficile. Munich ne donnait rien et la SIG était visiblement dans un mauvais jour à l’image de ses postes 5, Fofana ou Golubović, incapables de se défaire du marquage de Thompson ou Bryant. Un nouveau 0-9 compliquait davantage encore la tâche des Alsaciens (17-32, 14e’) et malgré quelques éclairs, ça sentait la correction quand John Bryant mit ses bonnes mains en action du côté de l’attaque. Et à la mi-temps, on ne pouvait plus guère espérer qu’un miracle, comme face à l’Étoile Rouge il y a quinze jours.

Un air de déroute

Mais les miracles ne se reproduisent que (trop) rarement. Le Bayern, sur de son fait, mettait toujours la même intensité en défense pour ne pas laisser les hommes de Collet respirer et encore moins espérer. Et comme l’adresse était toujours absente, le sort du match allait être rapidement scellé. Thompson (14 points, 8 rebonds, 20 d’évaluation), impeccable, d’abord, puis Bryant, le pivot de 2,08m, qui enquillait aussi à… trois points, c’était trop pour une SIG en si petite forme. Et à 33-53 (24e’), le premier panier à trois points strasbourgeois, signé Weems après 10 échecs de la SIG, sonnait comme une délivrance. Pas de quoi freiner l’élan munichois qui donnait au score les proportions d’une déroute : 40-66 (30e’).

Vaillants, jusqu'au bout

Le dernier quart en devenait anecdotique, même s’il ressemblera à long chemin de croix pour Beaubois (0 sur… 11 au final et – 8 d’évaluation) et ses équipiers. Certes, avec un Paul Lacombe (7 rebonds, 5 passes, 16 d'évaluation) toujours débordant d’activité, un Matt Howard en mode « warrior » et un Jérémy Leloup (11 points dans le dernier quart) vaillant, la SIG remportait la période 29-16. Maigre consolation.

Bien sûr, mathématiquement, il reste une chance infime à condition de battre Khimki qui jouera sa qualification au Rhenus vendredi prochain après son revers à Belgrade (96-91), et le Real à Madrid. Autant dire…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – BAYERN MUNICH 69-82. Rhenus Sport. 6 141 spectateurs. Arbitres : MM. Paternico (Italie), Jimenez (Espagne) et Viklicky (Rép. Tchèque).

Les périodes : 15-21, 14-27 (mi-temps : 29-48), 11-18 (40-66), 29-16.

→ LES STATISTIQUES

→ LES REACTIONS

programme J8 EL_V5