Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_KhimkiMoscou_0007
Actualités Cinq minutes de trop...

Cinq minutes de trop...

Dans la course jusqu’à cinq minutes de la fin (66-63), la SIG s’est effondrée dans un Rhenus médusé : 69-78. Ecrasés au rebond (47 à 31 dont... 21 offensifs !) et par le talent des joueurs du Khimki, les Strasbourgeois avaient pourtant mené la vie dure aux favoris. Jusqu'à ces maudites dernières minutes. Il faudra un miracle désormais (une victoire au Real pendant que le Bayern s'impose à Belgrade) pour espérer rejoindre le Top 16.

SIG_KhimkiMoscou_0002

Toute l'énergie de Kyle Weems (14 points, 12 d'évaluation)... Elle n'a malheureusement pas suffi.

La victoire était impérative et les Strasbourgeois le savaient. Ils montraient d’entrée de bien meilleures dispositions défensives que face au Bayern, le vendredi précédent, à l’image de ce contre de Weems sur Rice ! Honeycutt ouvrait le ban derrière l’arc mais Beaubois répliquait aussitôt à la même distance. Quelques rebonds offensifs de Honeycutt, déjà, permettaient aux Russes de faire un léger écart (7-12, 5e’). Mais l’entrée de Lacombe apportait le « peps » qui manquait un peu à l’attaque alsacienne. La défense s’offrait quelques interceptions car tout le collectif strasbourgeois y était impliqué, jusqu’à Beaubois, très actif. Et Kurtinaïtis était contraint de prendre un temps mort après les points de Golubović et Weems, lui aussi « transformé ». Il fallait le talent de Rice et de Shved pour maintenir Khimki à flots (16-18), mais Lacombe avait mis sa cape de Zorro et avec l’aide de Duport, il permettait à la SIG de virer en tête à la fin du premier quart : 24-20. Prometteur…

Beaubois : des points et… des fautes

La SIG résistait, imposait le tempo, avec toujours un étonnant Lacombe (9 d’évaluation en 13 minutes) et quand Beaubois se mit en mode sniper (11pts dont trois primés), la SIG pouvait rêver : 34-28 (14e’). L’arrière guadeloupéen commettait hélas dans la foulée sa 3e faute et dût regagner le banc. Les bonnes mains de Duport faisaient le job en attaque, mais à 38-32 (17e’), Khimki durcit sa défense, fort de son avantage aux fautes (5 seulement contre… 10 à la SIG) et imposait des trappes qui s’avéraient terribles. D’autant plus qu’elles étaient suivies de trois primés de Monia et Shved (2) : Le 0-11 avait fait très mal et empêchait les hommes de Collet de mener à la pause, malgré le panier à 6,75m de Weems au buzzer : 43-45. Ils payaient cher aussi la domination russe aux rebonds (10 offensifs à Khimki contre 9 défensifs à la SIG)…

La SIG fait la course en tête...

Décidés à ne rien lâcher, les Strasbourgeois revenaient bille en tête avec Campbell à trois points et Leloup : 48-45. Impeccables en défense, à l’exception de ce souci récurent du rebond, la SIG fit déjouer Khimki. Même Shved était à la peine et la SIG faisait la course en tête : 53-50, 55-52 (26e’). Dommage qu’à ce moment, les stops défensifs n'étaient pas exploités en attaque... Balles perdues, occasions manquées,  empêchaient l’écart de se creuser. A l’inverse, l’épouvantable défaillance au rebond (24 à 36 à la 30e’ et surtout 17 rebonds offensifs concédés), de Golubović notamment, offrant un panier à Todorovic après deux lancers manqués de Shved, facilitait la tâche de Khimki qui prenait l’avantage à la fin du quart temps, grâce en particulier à ce Zébulon de Honeycutt (19 rebonds) : 57-59. Rageant !

... et s'écroule !

Qu’importe, poussée par un public plus que jamais précieux 6e homme, la SIG retournait au charbon et un primé de Campbell ponctuait un 7-0 qui fit se dresser le Rhenus : 64-61 (33e’). Mais soudain, l’attaque se mit à bégayer (deux lancers-francs seulement en 6’30’’) et de trop nombreuses pertes de balles offraient la victoire sur un plateau aux Moscovites qui passaient un 0-15 qui ruinait les derniers espoirs alsaciens : 66-78 et finalement 69-78.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – KHIMKI MOSCOU 69-78. Rhenus Sport. 5 398 spectateurs. Arbitres : MM. Lottermoser (Allemagne), Koromilas (Grèce) et Balak (Israël).

Les périodes : 24-20, 19-25 (mi-temps : 43-45), 14-14 (57-59), 12-19.

Les statistiques

J9_Euroleague