Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
petteri-koponen-khimki-moscow-region-eb15
Actualités Entretenir l’espoir jusqu’au bout…

Entretenir l’espoir jusqu’au bout…

Le suspense est total dans le groupe A de l’Euroleague. A deux journées de la fin de la saison régulière, cinq équipes sont aux prises pour trois places. Dont la SIG et Khimki Moscou qui s’affrontent ce vendredi (20h30 au Rhenus, en direct sur beIN Sports max4) dans un match « à la vie, à la mort ». Que les Strasbourgeois rêvent de remporter pour entretenir l’espoir jusqu’au choc de Madrid.

Qui l’eut crû début juillet au moment du tirage au sort des poules ? La hiérarchie semblait si claire… Pourtant, au moment d’aborder la 9e des 10 journées, seul Fenerbahçe tient à coup sûr son ticket pour le Top16. Les cinq autres formations peuvent toutes se qualifier ou… être éliminées ! La faute de toute évidence aux contre-performances du champion en titre, le Real Madrid, battu à cinq reprises déjà, et notamment lors de ses quatre déplacements, mais aussi aux exploits de la SIG, Petit Poucet parmi ces géants, qui a si bravement joué sa chance jusque là.

Ne compter que sur soi, pas sur les autres…
vladimir-golubovic-strasbourg-eb15

Meilleur Strasbourgeois en Euroleague, Vladimir Golubović avait raté son match aller. Il aura encore fort à faire contre Khimki vendredi soir.

Voilà pourtant les Strasbourgeois à la croisée des chemins. Battus pour la première fois dans l’antre du Rhenus, la semaine dernière, par le Bayern Munich, ils se trouvent au pied du mur. Vaincre ou… ne plus viser (ou presque) que l’Eurocup. Quel formidable défi pour la troupe de Vincent Collet ! « C’est déjà une victoire qu’à la 9e journée on soit encore en vie », se réjouit-il. Mais lui et ses joueurs en veulent plus. Ils rêvent de ce Top 16 que plus aucune équipe française n’a atteint depuis Pau-Orthez en 2006/2007. Un bail…

Une défaite serait quasiment éliminatoire. Car en cas de revers contre Khimki, les chances d’y croire encore seraient très minces et dépendraient de surcroît des autres résultats. Seul un succès du Real au Bayern, puis surtout une victoire à Madrid pendant que Munich s’impose à Belgrade le dernier jour, permettraient alors à la SIG de se faufiler par un trou de souris dans le Last16 ! En revanche, une victoire laisserait les chances alsaciennes intactes jusqu’au dernier jour…

Comment battre dès lors cette équipe moscovite, si bien armée, supérieure dans toutes les catégories statistiques à l'exception de la réussite aux lancers-francs (voir infographie), pourtant menacée d’une élimination en cas de défaite au Rhenus puis contre Fenerbahçe lors du dernier épisode ? « Il faut les empêcher d’être bons, insiste le coach de la SIG. Essayer d’avoir l’intensité et le niveau défensif à la hauteur de l’enjeu, ce que nous n’avions pas su faire la semaine dernière. Car le rapport de forces n’est pas égal. Ils sont plus forts que nous, mais cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas les battre ».

L’équation est posée. Face à cette équipe « la plus talentueuse sans doute du groupe, mais moins rigoureuse que le Bayern », Collet délivrera le même message que vendredi dernier. En espérant cette fois, être entendu.

Un roster qui fait peur
alexey-shved-khimki-moscow-region-eb15

Alexey Shved face à Frank Ntilikina, danger n°1 de Khimki. (Photos Euroleague)

Khimki reste toutefois sur deux défaites d’affilée – « la faute à l’Étoile Rouge qui a gagné un match exceptionnel, d’un très haut niveau, et à l’absence de Paul Davis, qui souffre du dos » selon Collet –, mais va encore s’appuyer sur un trio majeur à l’intérieur (James Augustine, Sergey Monia et Marko Todorovic, auquel Tyler Honeycutt, 8 points et surtout 8 rebonds à l’aller, peut prêter main forte) et sur quatre arrières brillants. Tyrese Rice, le feu-follet, Petteri Koponen, le métronome finlandais, Zoran Dragic, le dragster slovène et Alexey Shved, le plus talentueux. Le joueur le mieux payé hors NBA – 3,6 millions d’euros nets par saison pendant trois ans alors que la masse salariale nette de la SIG est à… 1,4 millions – reste sur deux performances d’envergure : 28pts et 33 d’évaluation, son record en Euroleague, la semaine dernière à Belgrade, 32pts et 38 d’évaluation lundi dernier en VTB League contre Kuban. « Il est haut, il va vite, il shoote, il fait des passes… », souligne l’entraîneur de la SIG.

Une défense performante

« Ralentir, contrôler, car on ne peut pas arrêter totalement leur attaque, par une vigilance accrue sur le repli, sur l’installation de leur jeu et se repositionner en permanence pour créer un surnombre défensif », la recette selon Collet, est-ce que ce sera pour autant suffisant ? Pas sûr, car à l’autre bout du terrain, Khimki présente aussi des arguments convaincants. « C’est la deuxième défense de l’Euroleague sur le tir à deux points derrière l’Olympiacos, en laissant l’adversaire à 45,98%, mais la deuxième aussi sur le tir à trois points derrière Fenerbahçe en n’autorisant que 27,04% de réussite à ses vis-à-vis », s’inquiète Collet. « C’est très rare d’être aussi efficace dans les deux catégories. En switchant, ils contestent beaucoup le tir à longue distance, et ferment beaucoup la raquette pour le tir à deux points ».

Alors, que peut espérer la SIG ? Se sublimer, tout donner sur le terrain pour ne rien regretter, ne pas calculer, et compter sur un peu de folie, et sur l’appui inconditionnel de sa Red Army qui aimerait tant, comme les joueurs, que la folle aventure de l’Euroleague se poursuive jusqu’au printemps !

Jean-Claude Frey

STRASBOURG - KHIMKI MOSCOU EN CHIFFRES

infographie_SIG-Khimki_Moscou