Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Frank Ntilikina
Actualités Espoirs : deux défaites qui font mal

Espoirs : deux défaites qui font mal

En déplacement à Rouen samedi dernier, les espoirs ont essuyé une cuisante défaite (91-53) et n'ont pas réussi, 48h plus tard, à résister à Cholet au Rhenus, encaissant donc une troisième défaite en une semaine (62-63). Retour sur ces deux derniers matches…

Avec, entre autres, le meilleur passeur du championnat espoirs, Félix Michel (8,1pds), Rouen avait de quoi inquiéter la coach de la SIG. Ses craintes étaient d’ailleurs vite vérifiées car, après l’ouverture du score par Marc Kwedi, les jeunes SIGmen encaissaient un 13-0 (13-2, 3’). Mais Kostja Mushidi, grâce à trois paniers primés en trois tentatives dans ce quart temps, maintenait son équipe à flot (21-14, 7’) et Maxime Abah rapprochait même les siens à six longueurs après dix minutes. Fin du premier quart-temps : 24-18. Cet écart allait même se réduire à quatre points après un panier intérieur de Marc Kwedi (24-20, 12’) mais soudain… Le trou noir ! Les pertes de balles des SIGmen (12 à la mi-temps) associées à une adresse en berne voyaient Rouen s’engouffrer dans la brèche pour passer un 22-0 en cinq minutes (!) à la SIG qui ne s’en remettrait pas (46-20, 17’). Si Samuel Eber stoppait l’hémorragie, après 20 minutes le mal était fait et l’écart à l’évaluation (68-18) était encore plus représentatif que le score pourtant déjà bien lourd. Mi-temps : 48-24. Si le retour des vestiaires laissait croire que le jeu pouvait s’équilibrer les locaux profitaient des trop nombreux ballons perdus (23 au final) par les SIGmen : 71-40, 30’. En face quatre joueurs pointaient à 15pts et plus et le meneur de Rouen, Félix Michel, signait une nouvelle fois un très bon match (15pts, 10pds, 5rbs). Mais les intentions et l’agressivité avaient déserté les jeunes SIGmen en défense qui en plus se montraient particulièrement maladroits en attaque, à l’image de leur adresse extérieure catastrophique (6/23 au final). Les évaluations finales, 121 à 44, expliquaient à elles seules l’écart entre Rouen et la SIG qui s’inclinait sur le score final de 91-53.

Kostja Mushidi

Kostja Mushidi était trop en retrait lors des deux derniers matches...

Lundi, les SIGmen accueillaient Cholet et une réaction était attendue après le non match précédent. Mais pourtant dès le début, la coach sentait que son équipe était de nouveau en grande difficulté. Pas appliqués ni concentrés, les coéquipiers de Frank Ntilikina (de retour dans l’effectif pour ce match) subissaient les coups de boutoir de Cholet. Et même si l’écart à la fin du premier quart temps n’était pas irrémédiable, l’évaluation (6-19) montrait une nouvelle fois plus largement l’écart entre les deux équipes. Fin du premier quart-temps : 10-19. Mais contrairement au match de Rouen, l’équipe allait réagir grâce notamment à Marc Kwedi et Olivier Cortale pour réussir un rapproché à quatre longueurs à la mi-temps (30-34) et même à un point après 30’. Grâce à un Frank Ntilikina retrouvé (16pts, 4rbs, 3pds après 30’) les espoirs étaient permis à dix minutes du terme. Fin du troisième quart-temps : 45-46. Mais une nouvelle fois cette équipe montrait ses lacunes dans les moments décisifs et gérait extrêmement mal chaque possession leur donnant l’occasion de passer devant. Une dernière action brouillonne, symptomatique des derniers résultats, empêchait l’équipe de Lauriane Dolt de réaliser ce qui aurait été un petit hold-up à domicile et s’incline finalement d’un point. Score final : 62-63. La route est encore longue pour ces jeunes SIGmen et, comme l’indiquait leur coach dès la fin du match, il va falloir redoubler d’efforts…

La réaction de Lauriane Dolt après ces deux matches:

« Contre Rouen nous avons joué sans Frank et Louis, donc à la mène c’était un peu compliqué. Malgré tout le jeune Antoine Marx a fait un bon travail. En revanche les joueurs cadres sont passés au travers. Dans l’intensité et dans l’intention il n’y avait rien! C’est un non match total de leur part. Le fait de ne pas avoir eu un poste de meneur plus solide a du jouer mais ce n’est pas une excuse. Ce qui est plus grave c’est le comportement. On n’y était pas du tout !

Avant le match contre Cholet j’avais exigé en priorité que l’on réponde présent dès le début et que l’on montre un meilleur visage. Pourtant on a démarré exactement de la même manière. On est de nouveau absent dans l’engagement et dans les intentions. Au fur et à mesure, on reprend le bon bout mais on avait un tel écart au début que l’on ne parvient pas à passer devant. A la fin, on a le tir pour égaliser. On a trois secondes pour attaquer mais on fait preuve d’immaturité et d’incompréhension, ce qui fait que l’on ne se donne aucune chance de gagner ce match. Des choses vont être faites et dites cette semaine pour que ça change. »

Franklin Tellier