Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Cholet_Kyle Weems
Actualités Gravelines vient en leader

Gravelines vient en leader

Après la défaite de Villeurbanne à Chalon (89-86), Gravelines vient à Strasbourg ce lundi (20h30 au Rhenus, en direct sur Ma Chaîne Sport) pour prendre la place de leader. Un test révélateur pour la SIG qui peut se relancer idéalement en ProA.

SIG_Cholet_bangaly Fofana

Bangaly Fofana, meilleure évaluation de la SIG contre le Bayern, à égalité avec Paul Lacombe, aura fort à faire contre Brown et Dove. Le Strasbourgeois est prêt à relever le défi. Mardy Collins (à gauche) en revanche, blessé, sera absent.

« Notre équipe a besoin de travailler car sa capacité d’apprentissage est moindre que celle de ses devancières. Et ce matin, on a fait un très bon entraînement, plus long que lors d’une veille de match habituelle ». Quand Vincent Collet plante le décor, ce dimanche en fin de matinée, il a encore en mémoire les dernières sorties – quatre défaites en cinq matches, toutes compétitions confondues – et davantage encore celle de vendredi, contre le Bayern, qu’il a revue plusieurs fois en vidéo. Lacunes individuelles, défaillances collectives et non respect des consignes lui ont sauté aux yeux.

Sans Collins, touché au mollet

Les circonstances, les déplacements ont voulu que pendant près d’une semaine, les entraînements aient été minimalistes, par la force des choses. Alors, lui, l’orfèvre, le maître du travail précis, millimétré même, coordonné et bien fait, s’est également régalé au cours de cette ultime séance. Il reste bien sûr à tout mettre en pratique sur le parquet, contre un gros morceau, cette équipe de Gravelines qui revient à son meilleur niveau après deux années blanches. « C’est une des deux meilleures équipes de ProA avec Villeurbanne », lance Collet sans hésiter. Un vrai test, grandeur nature, de la capacité de la SIG à se relancer vers le haut du championnat après une période trouble. Qui plus est sans Mardy Collins, touché au mollet droit contre Munich, et qui passera une échographie lundi après-midi pour juger de l’ampleur du mal.

« Ils ont écrasé les équipes qui nous ont battu »

Les principales qualités de Gravelines, Collet les a ciblées : « L’équipe a retrouvé la densité défensive qu’elle avait lorsqu’elle a dominé la saison régulière deux ans de suite. Elle arrête les adversaires et en particulier à l’extérieur. On va pouvoir mesurer si on a appris du match de vendredi… Espérer gagner passe par la nécessité d’élever notre niveau défensif. On va être forcément très gêné par leur défense et si nous on ne les gêne pas, il n’y a pas d’issue favorable à envisager ».

Une déclaration qui a le mérite d’être claire et que Vincent Collet étaye aussitôt : « Ils ont plusieurs spécialistes défensifs : le meneur, Andrew Albicy, les postes 4, Aboudou et Morency, mais aussi Dove, Mukubu ou Pape Sy. Ajoutez-y la cohérence du système, avec des alternances, des « switchs » (NDLR : les changements de défenseur sur les écrans) qui renforcent leur organisation défensive ».

La solution, du côté offensif, passe pour le coach alsacien, « par la justesse ». « Ils se nourrissent des actions forcées de leurs adversaires pour courir et chercher des choses faciles ».

Des chiffres qui effraient

Les chiffres viennent corroborer cette démonstration : 64,9 points encaissés, le meilleur total en ProA, 64,6 d’évaluation moyenne pour l’adversaire, là encore le n°1 de la division. « Ils laissent leurs adversaires à 39% de moyenne et à 11 passes décisives. Nos chiffres de l’année dernière » s’inquiète Collet. Qui en remet une louche en expliquant « qu’ils ont écrasé les équipes qui nous ont battu récemment ». Comme Chalon, battu au Colisée 55-78, Rouen dominé 89-67, ou Orléans, pulvérisé 71-53. Ajoutez-y des victoires à Nancy, à Cholet et à Nanterre (56-76) et vous aurez une idée de l’effectif dont dispose Monschau, très complet dans toutes les lignes, avec Steven Gray (49% à trois points) dans le rôle du shooteur, Marcus Dove (16,7 d’évaluation) et Graham Brown près du cercle, Pape Sy, Fred Morency ou Jordan Aboudou « pour perforer les défenses, avec un niveau d’agressivité supérieur à la moyenne ».

Se remettre d’aplomb

Il faudra donc une SIG patiente, altruiste, collective, soudée, à un moment clé de la saison. Autant de paramètres qui ont un peu disparu du jeu alsacien ces derniers temps. « Les défaites récentes en championnat sont fâcheuses à cet égard, car même en étant davantage prêt, on avait de fortes chances de perdre parce que Gravelines est meilleur que nous en ce moment. On doit donc arriver à retrouver du jeu collectif, en particulier sur les « switchs ». Mais ce sera très compliqué ».

Voilà donc le pari à relever. Un match sérieux, complet, des deux côtés du terrain, quoi de mieux pour préparer la venue du Khimki pour un autre rendez-vous décisif…

Jean-Claude Frey

infographie2 SIG_BCM Gravelines-Dunkerque