Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Nancy_Louis Campbell_Benjamin Sene
Actualités Un derby pour finir l’année

Un derby pour finir l’année

Pas de repos pour la SIG qui dispute un derby toujours piégeux contre Nancy, ce samedi (18h au Rhenus, en direct sur Ma Chaîne Sport) devant son fidèle public. Un succès garantirait une place à la Leaders Cup et permettrait de prendre sereinement quelques jours de vacances bien méritées.

La trêve des confiseurs, connaît pas. Pour la SIG, qui a disputé avec 24 heures de décalage le dernier match de la 14e journée à Limoges, rejoignant l’Alsace le 24 décembre dans l’après-midi, et anticipera la 15e d’une journée par rapport à toutes les autres formations, il n’y a guère eu de place pour les fêtes. Qu’importe, c’est avec un moral requinqué que la troupe de Collet affrontera Nancy.

D’abord, ça fait toujours du bien de gagner à Limoges, même si le champion en titre est mal en point. Ensuite, c’est avec plaisir qu’on a enregistré un net regain d’adresse du côté des Strasbourgeois qui affichaient même à quelques secondes de la mi-temps un hallucinant 9 sur 13 à trois points !

Mais Vincent Collet sait mieux que quiconque que ce n’est pas sur l’adresse et les seules qualités offensives qu’on peut construire un succès. Encore moins un parcours sur la durée. Alors il aura apprécié au premier chef, la solidarité de ses troupes, la constance de l’effort défensif quand l’adresse se mit en berne, après le repos.

Nancy va mieux
SIG_Nancy_Mardy collins_Andy Panko

Mardy Collins et le doyen de ProA, Andy Panko (38 ans) se retrouveront sur le parquet du Rhenus.

C’est ce chemin-là qu’il espère que la SIG a enfin tracé pour partir à la conquête du Top 4 désormais à portée de main pour peu que la stabilité s’installe dans les performances… A commencer par ce derby contre Nancy qui rappelle de sacrés affrontements.

« A l’heure de la grande région, c’est encore plus important d’affirmer la suprématie régionale, plaisante Collet. Plus sérieusement, le SLUC va mieux. Ils ont davantage d’arguments après leurs trois victoires consécutives et essaieront de faire un coup ». Pourtant freinés dans leur bel élan par un nouveau dérapage contre Cholet à Gentilly (65-67), les Lorrains miseront sur les solides et expérimentés Falker et Panko et sur l’arrivée de Mike Pietrus en début de mois. « Il n’est pas encore en réussite mais il a donné un surcroît de dureté physique. C’est une carcasse et en ProA c’est un physique d’intérieur ».

Le coach de la SIG se méfiera davantage encore de Derwin Kitchen, le remplaçant de Raivio à la mène, qui cumule 10,5pts, et surtout 5,5 passes et… 6,8 rebonds ! « Il leur a vraiment apporté beaucoup. Ils ont bien failli se qualifier pour le Last32 d’Eurocup sans leur sortie de route dans les cinq dernières minutes ». Le contexte d’un SIG – Nancy restera toujours particulier. « C’est un match dangereux, un derby et tous les matches sont acharnés. Il suffit de regarder l’histoire des trois dernières années et cette série épique en demi-finale, il y a deux saisons… », se souvient Collet. C’est vrai, personne n’a oublié.

Alors, il y a beau se réjouir de l’absence de Flo Pietrus, Nancy ne manquera pas de combattre et de vendre chèrement sa peau. Car les SIGmen se souviennent aussi qu’en septembre, ils avaient abandonné en Lorraine la Coupe de France remportée en mai (77-69).

Golubović : « J’ai été reçu ici comme dans ma famille »
SIG_Nancy_Vladimir golubovic

Vladimir Golubović (devant le jeune Benjamin Sene) fera ses adieux au Rhenus demain...

Seul à surnager ou presque, lors de cette défaite, Vladimir Golubović (12pts, 7 rebonds, meilleure évaluation) disputera face aux Nancéiens son dernier match sous les couleurs strasbourgeoises. Arrivé en août pour renforcer la raquette alsacienne en Euroleague, le pivot serbo-monténégrin a connu des hauts et des bas. Mais il a fait, au moins, l’unanimité autour du parquet par sa gentillesse, sa disponibilité, son empathie. « Quand je suis arrivé ici en août, je savais que j’étais dans une des meilleures équipes de ProA, un des clubs les mieux organisés. J’ai joué dans beaucoup d’endroits, des petits clubs et des clubs de très haut niveau. Mais je n’ai jamais vu une organisation aussi professionnelle qu’ici. Dès le premier instant, j’ai été très heureux, je n’ai jamais eu le moindre souci et j’ai été accueilli comme dans ma famille. Je garderai d’excellents souvenirs de mes coéquipiers, des gens du club, mais aussi de la ville. Je ne remercierai jamais assez les coaches de m’avoir donné l’opportunité de jouer à ce niveau avec cette équipe. J’ai l’impression d’avoir passé deux ans ici… »

Le grand Vladimir partira avec des souvenirs plein la tête et sans doute aussi quelques regrets. « C’est vrai, on aurait sans doute pu mieux faire en championnat et gagner un ou deux matches de plus en Euroleague qui nous auraient permis de poursuivre l’aventure. Mais c’est le sport. Le plus important c’est d’avoir donné le meilleur de nous-mêmes ».

A propos de ce dernier match, contre Nancy, il promet de faire le maximum : « On est dans une bonne dynamique avec la victoire à Limoges et le jour de repos nous a fait du bien. Mais on connaît l’importance de l’enjeu et une victoire nous permettrait peut-être de gagner encore une ou deux places en ProA. A titre personnel, ce sera bien sûr un peu spécial puisque c’est mon dernier match. J’espère que le public sera derrière nous comme depuis le début de saison et qu’il jouera à nouveau son rôle de sixième homme ».

Il ne reste donc plus qu’à bien finir l’année pour se projeter vers une année 2016 tout de même prometteuse. Oublier la fatigue et les enchaînements de forçats. « Les deux dernières années, nous avions tiré avantage de cette routine, insiste Vincent Collet. En rencontrant Orléans puis Roanne il y a deux ans, Rouen et Boulogne la saison dernière. On sentait qu’ils étaient occis. Cette fois, avec Limoges et Nancy, on joue des équipes européennes, aussi rodées que nous ».

Allez, un dernier coup de collier et les vacances arrivent…

Jean-Claude Frey

le chiffre_SIG-Nancy… comme l’évaluation moyenne du SLUC Nancy cette saison. Ce derby de l’Est opposera tout simplement les deux meilleures équipes à l’évaluation en ProA. En effet, avec un indice moyen de 95,6 cette saison, les SIGmen accueillent leurs dauphins en termes d’évaluation collective, les Couguars avec 92,7. Deuxième attaque de ProA (80,1pts), deuxième équipe au nombre de rebonds captés par match (37,8rbs) et troisième collectif du championnat (17,6pds), le SLUC vaut bien mieux que sa 14e place actuelle. S’il fallait chercher un début d’explication statistique on pourrait signaler que les Nancéiens sont les plus dispendieux après 14 journées avec 15,5 balles perdues en moyenne… Mais l’équipe d’Alain Weisz reste sur trois victoires à l’extérieur, deux en ProA et une en Eurocup, et dans un derby entre les meilleurs ennemis de l’Est, toute considération statistique est-elle réellement significative ?

Franklin Tellier