Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Fenerbahce_Rodrigue Beaubois
Actualités Contrarier le ballet russe

Contrarier le ballet russe

(Photo Banque images SIG - Philippe Gigon)

Dans la perspective d’une carrière en Eurocup, la SIG joue déjà gros, ce mercredi (20h45 au Rhenus, en différé sur Alsace 20 à 23h), face aux atypiques Russes de Saratov. Pour tirer tout le bénéfice du succès obtenu aux Canaries, le succès est indispensable. Mais forcément compliqué à décrocher. (Achetez vos billets pour ce match)

A regarder les chiffres, on en a le tournis. Avtodor Saratov affole les compteurs depuis le début de son parcours en Eurocup ! 113,5 d’évaluation collective moyenne sur 11 matches – plus de 120 à domicile, mais aussi plus de 105 à l’extérieur ! – avec des pointes à 147 dans sa salle, à 128 à l’extérieur… A deux reprises seulement, l’équipe russe est restée en-dessous de la centaine. Idem pour les chiffres de points marqués, 95,6 avec des pourcentages effrayants (57,2% à deux points, 44,6% à trois points), ou les passes (21,6 en moyenne), autant de catégories statistiques où Saratov est la meilleure des 40 équipes d’Eurocup. « C’est impressionnant à regarder, dit Collet, admiratif. Ils tirent plus de 65 fois par rencontre, sont bons au rebond et jouent à un rythme effréné, à la limite du surrégime ! »

Offensive et spectaculaire
SIG_Paris_levallois_Matt Howard

Matt Howard (en défense face au Parisien Kevin Langford) devra contrôler son compatriote Travis Peterson, première arme offensive de Saratov.

Face à une équipe « constamment dans la prise de risques », il faudra donc trouver des parades. Que même Barcelone n’a pas trouvé en avant-saison, battue dans sa salle par Avtodor (80-83). « Le CSKA Moscou vient de gagner de 19 points dimanche en VTB League contre Saratov en les laissant à 72 points. Mais c’est le CSKA… » soupire Collet. Dans son championnat, Saratov occupe une belle 5e place devant Kuban qui a pourtant remporté ses deux premiers matches du Top16 de l’Euroleague…

C’est donc de loin l’équipe la plus offensive et la plus spectaculaire de l’Eurocup qui déboule au Rhenus et elle est construite pour cela, menée par un très jeune entraîneur, Alexey Vasyliev, assistant coach de l’équipe nationale, secondé par un… Américain, Brad Greenberg, les deux hommes ayant échangé leur rôle à la mi-novembre ! « Les joueurs sont productifs et talentueux, à commencer par les joueurs intérieurs, Peterson ou Zabelin qui peuvent tous tirer et… marquer à trois points. Avec un meneur, Paul Stoll, qui est un petit diable, avec plus de 23 d’évaluation, 17pts à 75% à deux points et 50% à trois points, près de 8 passes… Il distribue très bien », ajoute le coach de la SIG, perplexe.

Contrôler le tempo

Voilà donc un défi de taille pour la SIG qui en a relevé d’autres cette saison. Pour Collet, prudent, « ce qu’on a montré dimanche à Nanterre, n’est pas fait pour nous rassurer. Il faudra passer d’inexistant à très performant sur le repli… Et nous devrons être dans un très bon jour aussi sur la transition et sur la fin de la défense, tout en maîtrisant le rebond défensif ».

Saratov propose un jeu si atypique, où « les tirs interviennent à des moments imprévisibles », dixit Collet, qu’il faudra effectivement être très performant au rebond. « Ils sont redoutables par la taille avec quatre joueurs entre 2,08m et 2,15m, auxquels il faut ajouter la valeur athlétique de Brooks (2,04m), agile, long, ou encore Jeremy Chappell, plus petit mais assez rapide pour se mêler à la lutte. Du coup, ils se procurent énormément de secondes chances qui leur permettent de jouer ce jeu-là », prévient l’entraîneur de la SIG.

Les Strasbourgeois, terriblement motivés par la compétition européenne, auront donc plusieurs domaines à contrôler, avant même de penser à leur attaque, dans une rencontre où ils devront impérativement dicter le tempo. « Ce sera nécessaire mais pas suffisant ». Collet redoute l’après-Nanterre. « Comment va-t-on se remettre la tête à l’endroit ? Nous ne sommes pas une équipe mature. Cette irrégularité dans le comportement le montre. On est plus sensible au fait de faire une bonne performance, on se rassure et inconsciemment on baisse aussitôt la garde. Et quand on est en difficulté, la révolte est soit absente, soit désorganisée ».

Le seul enjeu de l’Eurocup doit permettre d’effacer la sale impression laissée dimanche en ProA. « Gagner nous mettrait en situation favorable pour la qualification après notre succès à Gran Canaria. Rien ne serait abîmé non plus par une défaite mais je voudrais qu’on se qualifie en étant premier de la poule. Car Valence qui sera sans doute proposé au deuxième de notre groupe en huitième de finale, est le grand favori de l’Eurocup, la plus forte équipe de la compétition. Et je préfère les jouer le plus tard possible ».

Un message de toute évidence partagé par tous les joueurs. Qui savent donc ce qu’il leur reste à faire. Dès demain contre Saratov, puis face à Jérusalem la semaine suivante. Les choses seraient alors bien engagées. Mais chaque chose en son temps…

Jean-Claude Frey

→ BILLETTERIE SIG-SAROTOV

STRASBOURG - SARATOV EN CHIFFRES

Infographie_Strasbourg vs Saratov_V2