Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
DSC_7628
Actualités Les espoirs continuent leur apprentissage

Les espoirs continuent leur apprentissage

Quentin Goulmy, en progression constante.

Avec 11 défaites de rang, les espoirs de la SIG continuent le difficile apprentissage du haut niveau. Jeunes et inexpérimentés, ils progressent individuellement mais ils doivent se montrer patients. Leur coach, Lauriane Dolt, sait qu’elle doit travailler sur la durée mais souhaiterait tout de même qu’ils fassent preuve parfois d’un peu plus de caractère.

Ils avaient remporté quatre de leurs sept premiers matches. Mais depuis, plus rien. Cinq défaites en décembre, trois autres depuis le début de l’année, à Nanterre (76-57), contre Dijon (63-67) et ce samedi à Villeurbanne (84-64), qui portent désormais le total à 11 revers de suite. « On ne se focalise pas là-dessus, lance Lauriane Dolt, mais nous sommes tout de même des compétiteurs et on joue pour gagner. Mais ce groupe est très jeune et inexpérimenté. Contre Chalon qui est premier aujourd’hui, nous menions de 20 points à la mi-temps, encore de 13 dans le dernier quart avant de craquer… Tous les joueurs, à part Frank Ntilikina, découvrent ce championnat et doivent assumer de nouvelles responsabilités. Il faut être indulgent et plus patient. Ce groupe va mûrir avec le temps et d’ici deux ans nous aurons une belle équipe, j’en suis convaincue ».

Frank Ntilikina et Olivier Cortale à Toronto !
DSC_7625

Olivier Cortale (face à Villeurbanne), récompensé par une sélection à Toronto.

Lauriane Dolt a tout de même quelques satisfactions dans son travail quotidien. « Nous sommes contents individuellement des joueurs, de leur progression. La preuve avec la sélection d’Olivier (Cortale) pour Toronto. Une belle récompense pour lui mais aussi pour le club ».

Si la présence de Frank Ntilikina au week-end de « Basket sans frontières », un camp d’entraînement de trois jours co-organisé par la FIBA et la NBA pour 40 joueurs nés en 1997 et 1998 en provenance des quatre coins du monde, était prévisible, celle du pivot de la SIG l’était beaucoup moins. Les deux compères de l’équipe espoirs iront à Toronto, à la mi-février dans le cadre du All Star Game de la NBA et ils seront les seuls jeunes Français retenus pour ce rendez-vous planétaire !

« Il n’y a pas que du négatif dans notre parcours cette saison, poursuit Lauriane. L’an dernier on a été champions de France, on a sorti quatre joueurs pour la ProB, mais là, je pense que dans ce groupe certains pourront évoluer en ProA. Notre objectif est de permettre à des joueurs de faire une carrière professionnelle en fin de cursus et il y a forcément un moment où il faut recommencer à zéro avec des éléments beaucoup plus jeunes ».

Travailler sur la durée

Sans risque de descente, compte tenu du principe même de la compétition, la SIG peut miser sur la durée. « Oui, c’est vrai, mais pour ce groupe, cela constitue parfois un défaut. Ça bosse bien, ils ont conscience de leurs capacités mais il n’y a pas de « warrior » et il n’y a pas de réaction à la succession de défaites. Un peu plus de caractère serait bienvenu car pour réussir dans le sport de haut niveau il faut aussi du mental. A nous de les aider, de les guider, de les forger mais il faut aussi que cela vienne d’eux ».

Privés d’Olivier Cortale, blessé à la cheville contre Dijon après deux minutes de jeu seulement, les espoirs avaient laissé échapper un succès à leur portée. Avec, toutefois, un très bon Quentin Goulmy pour suppléer la blessure de Cortale. « Quentin, c’est vraiment une belle surprise. Il est super bien, dans le comportement aussi, mais il est encore frêle ».

Contre Villeurbanne enfin, ce samedi, emmenée par un Gombault de feu (22 points à 9 sur 9 aux tirs, 28 d’évaluation), le manque de maturité et de concentration ont encore été flagrants. « D’autant que l’ASVEL a cinq intérieurs interchangeables, sans aucune baisse d’intensité. C’est incroyable ! » La SIG, qui avait retrouvé Mushidi, maladroit (2 sur 13) mais positif dans l’attitude – « on va pouvoir retravailler normalement », dit Lauriane Dolt –, a souffert et perdu de 20 points à l’arrivée, malgré les 30 d’évaluation d’Olivier Cortale (24 points, 12 rebonds). « On leur rendait trois à quatre ans sur la plupart des joueurs mais ils ne se sont pas démobilisés et le petit Rucklin, par exemple, a répondu présent alors qu’il n’est que 2e année cadet ».

Dommage qu’à la mi-février contre Orléans, un match prenable, la SIG devra se passer de ses deux piliers, Ntilikina et Cortale, partis à Toronto et que le week-end suivant, ils seront à la Leaders Cup avec les pros pendant que les espoirs entreront en lice en Trophée Coupe de France, à Toul face aux espoirs de Nancy !

Pas de quoi toutefois perturber plus que cela un jeune groupe ambitieux et tout à fait agréable à suivre…

J.C.F.

Les derniers matches en bref

NANTERRE – SIG 76-57. Les périodes : 15-18, 21-20 (mi-temps : 36-38), 21-11 (57-49), 19-8. Cortale, 12 points, 8 rebonds, 15 d’évaluation, Ntilikina 14 points.

SIG – DIJON 63-67. Les périodes : 17-20, 14-13 (mi-temps : 31-33), 20-15 (51-48), 12-19. Goulmy 10 points, 12 rebonds, 22 d’évaluation, Ntilikina 18 points, 4 passes, 13 d’évaluation, Rucklin 11 points, 13 d’évaluation.

LYON-VILLEURBANNE – SIG 84-64. Les périodes : 25-16, 19-18 (mi-temps : 44-34), 26-11 (70-45), 14-19. Cortale 24 points, 12 rebonds, 6 fautes provoquées, 30 d’évaluation, Ntilikina 16 points, 15 d’évaluation.