Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_SLUCNancy_louis Campbell
Actualités SIG - Dijon : gros enjeux

SIG - Dijon : gros enjeux

Le dernier match aller entre la SIG et Dijon (dimanche à 17h au Rhenus) ne manque pas d’attraits. C’est le 200e match du capitaine Louis Campbell sous le maillot strasbourgeois, mais aussi un tournant pour basculer du bon côté : vers le haut en cas de victoire, ou glisser à portée des poursuivants dans le cas inverse…

« Notre dernier match, ce n’est pas contre Saratov, c’est à Nanterre. Je l’ai dit aux joueurs », prévient Collet qui ne veut pas mélanger les deux compétitions. Et pour leur remettre  aussi en mémoire la sévère déroute subie il y a une semaine

SIG_Dijon_Amical_Rodrigue Beaubois_Axel Julien

Rodrigue Beaubois face à Axel Julien : c'était à Colmar en septembre et c'est Dijon qui l'avait emporté.

Le décor est planté. Ce match est incontestablement un tournant… « On peut prendre deux matches d’avance sur les candidats aux playoffs et ce n’est pas neutre. Alors qu’une défaite fera passer Dijon devant nous et nous mettrait dans le viseur des suivants. Car je voudrais que nous allions le plus loin possible en Coupe d’Europe et on y laissera des plumes. Pendant que Gravelines ou Monaco ne la joue pas, que Villeurbanne y laisse moins d’énergie ».

SIG – Dijon, c’est un match particulier. La défense bourguignonne est toujours aussi redoutable. Et la JDA a eu beau changer de coach, voir Legname succéder à Borg, c’est dans la continuité des saisons précédentes. « Ils ont surtout un système défensif gênant, qu’on ne rencontre pas souvent et cela exigera forcément de la concentration, du sérieux, d’être mobilisé ». Ce que les Strasbourgeois n’ont pas su faire il y a huit jours.

S’il y a une grande similitude dans les chiffres statistiques entre les deux équipes, la différence se fera peut-être dans l’attitude. « La JDA c’est très discipliné, elle contrôle le tempo, c’est l’école dijonnaise. En attaque, c’est la contre-attaque ou le jeu placé. Il n’y a pas de transition. C’est assez rare pour être signalé », continue le coach. Collet se méfiera de Tyler Cain, « qui fait une bonne saison, plus solide qu’à Pau. Il est un vrai point d’ancrage ». De Jacques Alingue qui présente la deuxième évaluation, de CJ Williams « qui est important dans leur jeu ». Le meneur, le petit David Holston, « est moins en vue que Walker, son prédécesseur, mais il organise, tient le jeu, comme Axel Julien ». Et puis, il y a aussi l’Américain Ryan Brooks, Marc Judith et Kevin Dinal, des Français souvent sollicités par le coach. « Ils jouent à neuf, si l’on en croit la répartition des temps de jeu », conclut Collet.

L’hommage de Collet à Louis Campbell

Si la SIG tient son ticket pour la Leaders Cup, Dijon était tributaire du résultat de Limoges à Monaco… Avec la défaite du CSP (79-67), la JDA devient (quasiment) le huitième et dernier qualifié. Sauf à perdre de plus de 30 points, ce qui ferait l'affaire de Pau-Orthez...

Et puis l’entraîneur de la SIG a aussi voulu évoquer, à la veille de ce choc, le 200e match sous le maillot de la SIG de son capitaine, l’exemplaire Louis Campbell. « On est d’autant moins habitué de voir un étranger passer ce cap. On a déjà du mal à garder les joueurs français… C’est un beau signe de fidélité et de performance, à cet âge-là de surcroît. Un signe de confiance aussi car Louis est le leader de notre équipe. D’autres joueurs vont peut-être franchir ce cap à la SIG, Leloup, Lacombe, et même Howard, Duport ou Fofana. La longévité est souhaitable, la continuité est importante pour construire de bonnes équipes. Louis a un véritable attachement au club et sa longue présence montre la volonté du club de construire autour de valeurs sûres. Et Louis Campbell en est une… »

Le plus bel hommage, pourtant, serait une victoire pour continuer la série à domicile et préparer au mieux la venue de Jérusalem mercredi. Car par la suite, il faudra attendre longtemps pour revoir la SIG en ProA au Rhenus puisqu’elle se déplacera quatre fois, et pas n’importe où (Villeurbanne, Gravelines, Cholet et Monaco) pour un seul match à domicile. Raison de plus de ne pas manquer le rendez-vous de dimanche.

Jean-Claude Frey