Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Saratov_3_Matt Howard
Actualités Un pas de géant vers les huitièmes ?

Un pas de géant vers les huitièmes ?

Un troisième succès en trois matches d’Eurocup, contre Hapoel Jérusalem (mercredi, 20h45 au Rhenus, 23h en différé sur Alsace20), permettrait à la SIG de faire un grand pas, pas forcément décisif, vers les huitièmes de finale. Mais la tâche est plus ardue qu’il n’y paraît. (Achetez vos billets en ligne)

Pour le profane, les données sont simples. La SIG, seule en tête de sa poule, a battu tour à tour Gran Canaria et Saratov, les deux équipes qui ont vaincu successivement Jérusalem. Tout autre résultat qu’une victoire strasbourgeoise ne peut s’envisager… Les choses ne sont toutefois pas aussi simples ! Bien sûr, l’équipe de Collet a besoin d’un troisième succès pour avancer vers les 8es de finales avant d’attaquer un cycle retour très difficile, qui la mènera en Israël et en Russie, en accueillant au mitan de ces déplacements, la plus forte des équipes de la poule, Gran Canaria. Mais Hapoel Jérusalem, le visiteur du soir, est dos au mur et verrait quasiment s’envoler toute chance de qualification en cas de troisième échec…

Avec D’Or Fischer, une autre équipe
_dor0461_1

Donta Smith, Tony Gaffney, D'Or Fischer et Yotam Halperin (de gauche à droite) : un quatuor majeur pour Jérusalem. (Photo Hapoel)

Champion d’Israël après avoir mis fin à l’hégémonie du légendaire Maccabi Tel Aviv (18 des 21 derniers titres nationaux !), Hapoel Jérusalem mène à nouveau la Winner League avec 13 victoires et trois défaites et peut se targuer d’avoir battu à nouveau cet automne, à deux reprises, le Maccabi (82-89 à Tel Aviv, 94-85 à Jérusalem). Surtout, l’équipe dirigée par Danny Franco a récupéré son pivot, D’Or Fischer (à Bamberg il y a deux ans, à Kazan la saison dernière) qui lui a fait grandement défaut depuis le début du Last32 d’Eurocup. « Ils ont bricolé en utilisant Tony Gaffney, Lior Eliyahu ou Donta Smith qui sont des postes 4. Avec un vrai pivot, ça change complètement leur équipe », prévient Collet.

Surtout, il se méfie de « l’énergie du désespoir » qui animera Jérusalem. « C’est une équipe qui est du même niveau que les deux autres, avec le roster le plus impressionnant, six Américains référencés et deux joueurs bien connus de l’équipe nationale, Halperin, le meneur, et Eliyahu. Une troisième défaite les condamnerait et ce n’est pas un hasard s’ils sont déjà arrivés lundi… »

Pour avoir visionné plusieurs rencontres, il n’a pas échappé au coach de la SIG que Jérusalem menait encore 86-88 dans le dernier quart à Saratov… « Contre Gran Canaria, ils ont été maladroits, mais la rencontre de mercredi sera vitale pour eux et… pour nous », continue Collet. « Il faut gagner impérativement. Se qualifier serait déjà une première victoire pour la SIG, mais nous avons le double objectif de terminer également premier pour éviter Valence en 8e de finale ».

Tenir les duels
SIG_Saratov_Rodrigue Beaubois

Rodrigue Beaubois (pris entre deux géants de Saratov), à la peine ces temps-ci, devra retrouver ses sensations.

Vincent Collet a bien sûr mis au point une stratégie offensive et défensive qui tient compte des particularités de Jérusalem. « Il faudra être bon dans les duels car ils ont une capacité à jouer les un contre un au-dessus de la moyenne. La vitesse de Rowland, la puissance de Smith, Eliyahu, un intérieur fuyant et mobile, ou Halperin, très fort en un contre un ». Les dangers sont ciblés. « Il faut y ajouter Chris Janning, très fort à trois points (NDLR : 46,2% de réussite en Eurocup), passé par Sienne et Efes Istanbul ».

Défensivement, Jérusalem est à l’image des équipes israéliennes, « adepte de la match up, de changements défensifs permanents et il faudra s’en accommoder correctement ».

La solidarité défensive, vue à Gran Canaria et contre Saratov, mais aussi face à Dijon, sera à nouveau indispensable. En attaque, Collet a trouvé quelques failles chez l’adversaire et pour l’heure, il ne les a communiquées qu’à ses joueurs…

Reste l’appui du 6e homme, le fidèle public du Rhenus, discret la semaine passée face aux Russes, qui devra cette fois jouer son rôle à fond. La qualification est (déjà) à ce prix !

Jean-Claude Frey

infographie_SIG-Jerusalem_Full_V2