Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Gran canaria_0010
Actualités Ce sera sans doute Oldenbourg !

Ce sera sans doute Oldenbourg !

Sauf coup de théâtre improbable, la SIG a perdu sa première place en s'inclinant de 11 points contre Gran Canaria, bien plus adroit (68-79), encaissant sa première défaite en Eurocup. Elle affrontera probablement les 23 février et 2 mars les Allemands d'Oldenbourg, premiers de la poule I après leur succès sur... Limoges. Mais elle devra jouer le match retour outre-Rhin.

Si Kevin Pangos tenait finalement sa place après un mois d’arrêt, Alen Omic, le grand pivot slovène, était resté aux Canaries, bloqué par une lombalgie. Mais pas de quoi freiner le rythme des Espagnols qui démarraient bille en tête, lancés par Eulis Baez (5-8, 3e’). Le match était résolument offensif et si Beaubois, Collins et Weems trouvaient eux aussi la mire (10-8, 4e’), ce sont les deux réussites derrière l’arc de Salin qui donnaient le ton : 12-14 (5e’). Les premiers changements étaient intervenus mais quelques attaques alsaciennes précipitées, et davantage encore l’insolente adresse de Seeley (7 points de suite), qui venait d’entrer en jeu, provoquaient l’avantage espagnol à l’issue de la période : 21-25.

La défense après l’attaque

La seconde période sera plus défensive. Seeley avait poursuivi son festival, bien aidé par Aguilar (24-33, 12e’) et Collet était obligé de prendre un temps mort pour recadrer ses troupes. Effet immédiat puisque Leloup (11 des 15 points de la SIG dans le quart temps, mais aussi 21 d’évaluation en 13 minutes) ramenait la SIG à lui seul à 32-35, puis 34-37 (18e’). Surtout, les Strasbourgeois avaient enchaîné quelques stops et s’étaient montrés bien plus patients que lors des minutes initiales. Au repos, toutefois, Gran Canaria virait en tête : 36-40.

Gran Canaria résiste
SIG_Gran canaria_0004

Pablo Aguilar (15 points, 6 rebonds, 16 d'évaluation) qui s'oppose ici à Matt Howard, a pesé dans la victoire de Gran Canaria.

La SIG était bien en place en défense mais tout de même à la peine en attaque. Collins et Leloup ramenaient la parité (40-40) mais il avait fallu 4’30’’ pour y parvenir, l’attaque espagnole restant cependant muette pendant tout ce temps, perdant quatre ballons au passage. Le temps mort de ce maître à jouer d’Aitò Garcia relançait totalement Gran Canaria qui retrouvait aussi son adresse par Sasu Salin notamment, la gâchette finlandaise : 40-47 (26e’). Beaubois débloquait la situation mais tout était à refaire pour la SIG qui bouclait le quart sans avoir pu réduire l’écart de la mi-temps, bien au contraire : 51-57.

Il fallait dès lors, face à la solidité des Canarians, songer à préserver l’avantage de neuf points acquis il y a un mois à Las Palmas. La SIG se rapprochera à un petit point (58-59), mais Aitò fit entrer aussitôt Oliver et Salin. Le Finlandais contribuait au décrochement après le... troisième primé du géant Aguilar : 58-66. Les lancers-francs de Matt Howard firent une dernière fois descendre l'écart sous la barre des neuf points (66-74), mais dans un final réussi, Gran Canaria reprenait le point average et l'avantage du terrain, la SIG refusant de disputer le dernier ballon en connaissance de cause. Une bonne affaire ? On le saura début mars. Il faudrait, en cas de succès en Russie, une défaite de Gran  Canaria à domicile contre Jérusalem (0 victoire, 5 défaites) pour changer les choses... Peu probable, assurément !

Jean-Claude Frey 

Le match en vitesse

SIG – GRAN CANARIA 68-79. Rhenus Sport. 5 364 spectateurs. Arbitres : MM. Lottermoser (Allemagne), Silva (Portugal) et Balak (Israël).

Les périodes : 21-25, 15-15 (mi-temps : 36-40), 15-17 (51-57), 17-22.

→ LES STATISTIQUES

→ LES REACTIONS

classement J5 Eurocup