Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Kyle Weems_Orléans
Actualités Gagner pour partir serein chez Mickey

Gagner pour partir serein chez Mickey

Marcellus Sommerville (face à Kyle Weems) avait fait très mal aux Strasbourgeois à l'aller.

De retour d’un périple « exotique » au cours duquel elle a su conserver sa dynamique de jeu, malgré la défaite, la SIG se doit d’assurer le statut qu’elle a retrouvé en ProA face à Orléans (samedi 20h, au Rhenus). Il faudra faire fi de la fatigue physique et mentale et préparer sereinement les échéances cruciales qui se profilent.

bangaly Fofana_Orléans

Bangaly Fofana, souvent plus à l'aise en ProA que sur les parquets européens, aura l'occasion de montrer son savoir-faire.

Il suffisait de voir les joueurs sur le banc de touche de Saratov, emmitouflés, des gants aux mains, pour comprendre que le dernier déplacement du Last 32 n’a pas été une sinécure. Et la similitude avec le retour de Moscou, en novembre, suivi d’une défaite à… Orléans, a resurgi. Même si… « La grande différence, c’est que nous avons fait le voyage aller en deux jours et que nous sommes rentrés un jour plus tôt. Ce qui nous a permis de faire un très bon entraînement ce vendredi », lance Vincent Collet, pas fâché d’avoir retrouvé ses pénates. Autre élément positif et non négligeable, s’il a fallu batailler dans le Loiret au retour du Khimki, cette fois c’est dans le cadre familier du Rhenus que la SIG se produira. « L’état d’esprit est meilleur aussi qu’en novembre », ajoute le coach.

« Faire notre job »

Pour Collet, le match qui se présente est « le plus important de la semaine ». A la SIG de faire preuve de concentration et « de montrer notre volonté de nous imposer, surtout chez nous ». Orléans, c’est une équipe de shooteurs et  la marge de manœuvre qu’on leur laisse conditionne le résultat. Il ne faut pas les laisser s’installer ». Et Collet d’énumérer les spécialistes d’en-face : « McAlarney et Harris, qui font partie des meilleurs snipers de la Ligue, mais aussi Eito, Mendy, Sommerville ou Joseph, ils sont tous capables de scorer et c’est ce qu’il s’était passé à l’aller… 

Une première mi-temps totalement manquée, dans l’engagement, une belle réaction pour remonter une quinzaine de points avant d’échouer dans le final (69-63). « Ils tirent beaucoup à trois points, 23 ou 24 fois par match, provoquent peu de lancers-francs ce qui traduit leur manque d’agressivité. La liberté dont ils disposent conditionne leur réussite. Mais ils peuvent aussi être dans un jour hors normes et malheureusement on ne peut pas le contrôler mais il faut limiter cette probabilité. Faire notre partie du travail ce qu’on n’avait pas fait là-bas ».

Des échéances capitales se profilent

A la fin de la séance de ce vendredi, Collet a évoqué avec ses joueurs la sérénité qui pourrait naître d’un succès, avant de se rendre à la Leaders Cup puis de s’attaquer à Oldenbourg en Eurocup. « Si on fait le job, on est au pire deuxième ex-aequo et on pourrait même rejoindre Le Mans s’il venait à chuter lundi à Pau, ce qui n’est pas totalement inenvisageable ». Le jeu en vaudra la chandelle. Il s’agira aussi d’emmagasiner de la confiance pour la semaine prochaine. « Ce sera le dernier match avant les grands rendez-vous qui se présentent ».

Un rendez-vous à ne pas manquer en quelque sorte. Pour de multiples raisons…

Jean-Claude Frey

le chiffre SIG Orleans… Comme le nombre de lancers-francs tentés en moyenne par match par les joueurs d’Orléans cette saison. C’est le plus petit total des 18 clubs engagés en ProA. Ce chiffre s’explique principalement par le fait que l’équipe de Pierre Vincent est constitué de shooteurs patentés. Avec des snipers comme Kyle MacAlarney, Marcellus Sommerville, Antoine Eito et bien sûr le recordman de paniers à trois points lors d’un seul match de ProA, Darnell Harris. Tout le monde se souvient encore de son surréaliste 9/9 derrière l’arc contre Limoges la saison dernière… Si bien qu’avec une équipe ‘‘labellisée” tir extérieur, peu de joueurs de l’OLB viennent se frotter au jeu intérieur. Voilà donc un élément à prendre en compte pour les SIGmen pour préparer leur défense en circonstance…                                             F.T.

Soirée de soutien

Avec le Rotary Strasbourg, la SIG organise une soirée dédiée à l’association « Franck, un rayon de soleil » lors du match contre Orléans. Le bénéfice de cette opération sera reversé à l’association et permettra d’améliorer les conditions d’hospitalisation et d’accueil des enfants malades, ou de financer une sortie dans un parc d’attractions pour ces enfants.

Créée en 2010, l’association « Franck, un rayon de soleil » a été créée en 2010 suite au décès du jeune Franck à l’âge de 14 ans, pour soutenir les enfants malades, leur famille, les médecins et les chercheurs dans la lutte contre la gliomatose cérébrale, un cancer cérébral infantile totalement méconnu et incurable.

Le Rotary Strasbourg met en prévente 500 billets pour ce match au prix de 10 euros (au lieu de 12 euros prix public). Vous pouvez vous les procurer auprès de Joseph Spittler, pour le Rotary (spittler.joseph@gmail.com) ou de Léonie Weyl, pour l’association (asso@franck-unrayondesoleil.fr)

L’association vendra également ses tee-shirts le soir du match sur un stand dans le hall du Rhenus.