Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Orleans_matt howard
Actualités Malgré d'inutiles frayeurs...

Malgré d'inutiles frayeurs...

La SIG, très sérieuse pendant 25 minutes, semblait pouvoir s'offrir un succès tranquille en menant de 15 points au milieu du troisième quart temps face à Orléans. Avant de subir un terrible trou noir et d'encaisser un... 0-20 qui donnait à Orléans l'occasion de réussir un sacré hold-up. Mais les Strasbourgeois ont heureusement trouvé les ressources pour s'imposer (82-74) avec un Beaubois de gala et un Matt Howard en mode "guerrier". Ouf !

SIG_Orleans_Bangaly Fofana

Fofana avait bien débuté...

S’il fallait bien sûr et avant tout remporter le match, la SIG a mis la soirée à profit pour préparer au mieux la Leaders Cup. Et tenter quelques coups en défense avec un engagement de tous les instants. Histoire aussi de prolonger la dynamique positive enclenchée depuis le début de l’année 2016.

Si Joseph et Sommerville avaient ouvert le feu (2-4, 2e’), deux « missiles » de Weems et Beaubois, puis un « 2+1 » de Collins, avaient mis la SIG sur les bons rails : 11-6 (4e’). Orléans, qui jouait ses possessions jusqu’à la 24e seconde, tentait de résister grâce aux rebonds offensifs. Bizarrement, sur les 14 premiers rebonds des deux équipes, 11 étaient… offensifs (6 pour la SIG, 5 pour Orléans). Fofana se gavait, Collins percutait. Collet effectuait quatre changements simultanément et Leloup régalait à trois points. Si bien qu’après un premier break à 17-10 (7e’), la SIG bouclait le quart temps avec une belle avance : 25-16.

Les « bigmen » se montrent

Après Fofana, Romain Duport se signalait à son tour, en défense notamment, par une incessante activité. La SIG prenait même quelques risques défensifs souvent payants et comme Beaubois trouvait la mire, que le collectif strasbourgeois était plus huilé que jamais (11 passes à la mi-temps), l’écart se maintenait sans souci. Orléans, pourtant, jouait avec beaucoup d’à-propos et… d’adresse (54% dans les 20 premières minutes), même si l’OLB restait loin de ses standards à trois points (3 sur 7 à la mi-temps). En raison, bien évidemment de la pression des Alsaciens.

Le trou noir

Largement en tête à la pause (45-35), la SIG semblait dérouler sans que rien ne puisse la perturber. Beaubois redémarrait fort (52-37, 22e’), Leloup griffait encore à 6,75m et Fofana transformait le alley-oop offert par Campbell : 57-42. Il restait 6’22’’ dans la période. Et puis soudain, sans que l’on sache pourquoi, l’attaque s’enraya. Plus le moindre point jusqu’au gong ! Orléans, ravi de l’aubaine, se rapprocha tout d’abord grâce à Joseph puis Sommerville se mit à faire un chantier : 57-50. Et quand Sylla eut dominé à deux reprises Duport près du cercle, le danger devint plus pressant, alors que McAlarney, de son premier primé, égalisait : 57-57…

Harris, spécialiste du genre, exploitait une balle perdue derrière l’arc et un flotteur de McAlarney donnait cinq points d’avance aux hommes de Pierre Vincent : 57-62 (31e’). Le 0-20 avait produit son effet ! La colère de Vincent Collet fut noire, au temps mort. La SIG s’était mis dans un sacré pétrin. Il fallut retourner au charbon, défendre pied à pied, trouver des solutions en attaque. Howard ramènera à 61-62 (33e’), mais très rapidement, les Strasbourgeois compteront cinq fautes d’équipe ! Malgré un nouveau primé de Sommerville, Beaubois égalisera à 67 partout, avant de redonner l’espoir à un Rhenus transcendé : 70-69 (37e’). Et c’est finalement Matt Howard, avec son mental d’acier, qui ira chercher les ballons en défense et les points en attaque pour sauver tout ce qui pouvait l’être : 78-71, puis finalement 82-74.

Un gros coup de chaud, heureusement sans conséquence finale…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – ORLÉANS 82-74. Rhenus Sport. 5 818 spectateurs. Arbitres : MM. Rosso, Antiphon et Bourgeois.

Les périodes : 25-16, 20-19 (mi-temps : 45-35), 12-22 (57-57), 25-17.

→ LES STATISIQUES

→ LES REACTIONS