Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Orleans_Matt Howard3
Actualités Matt Howard : « Ce n’est pas moi, c’est l’équipe ! »

Matt Howard : « Ce n’est pas moi, c’est l’équipe ! »

En conférence de presse, le soulagement était palpable côté strasbourgeois… alors qu’Orléans pouvait nourrir quelques regrets.

Matt Howard s’interrogeait sur le « trou noir » subi par la SIG : « Leur attaque est devenue incontrôlable. On a moins bien bougé la balle et eux ils ont mis les tirs. Je suis content que nous ayons pu relever la tête pour finir avec ce succès. Nous avions besoin de nous préparer pour la Leaders Cup et puis ça a failli être facile. Finalement, de passer par ces situations et d’avoir su réagir, ce n’est pas plus mal. On va peut-être retrouver ces situations-là à la Leaders Cup. Pour pouvoir revenir, il fallait réagir mentalement, retrouver le rythme, être plus agressif. Si vous avez la bonne mentalité, vous jouez aussi de la bonne manière. Personnellement, j’ai été un peu chanceux dans le money time, j’ai mis les tirs qu’il fallait, j’ai été agressif, mais ce n’est pas moi tout seul, c’est toute l’équipe qui a renversé la situation ».

Vincent Collet allait dans le même sens que le héros de la soirée : « On avait 15 points d’avance mais on avait déjà commis quelques bévues qui leur avaient permis de rester vivants. On a été plutôt sérieux globalement. Le début de deuxième mi-temps nous avait mis en situation favorable. On a ralenti le rythme, eux ont mis des tirs difficiles de fin de possession. Dès qu’on leur laissait un peu d’espace, ils en profitaient. Ils étaient dans un jour à exploit… On a eu huit minutes où on a balbutié notre basket-ball. On a retrouvé ensuite plus de vitesse et une élévation du niveau défensif qui nous ont permis de faire les stops défensifs. Certains avaient peut-être plus mal aux jambes que les autres. Fofana a été très bon et si je ne l’ai plus utilisé à la fin, c’est parce que Matt (Howard) a été énorme et on a retrouvé de l’espace. On a gagné ce match au mental, on savait qu’on n’aurait pas des jambes de feu mais on aurait pu éviter ces frayeurs. Et peut-être que c’est bien d’avoir eu besoin de puiser avant les prochaines échéances. Il faut maintenant bien récupérer et espérer pouvoir enchaîner les matches ».

Pierre Vincent : « Le plus important, c’est de gagner des matches… »

Le coach orléanais, Pierre Vincent, admettait que « jouer bien, c’est positif, mais le plus important c’est de gagner les matches. C’est dur pour nous, tactiquement, on a bien joué, on passe devant, mais dès que je sors un joueur pour le faire récupérer, on se désorganise vite. Ça se joue sur des petits détails et nous, c’est souvent la roulette russe. Strasbourg défend très bien et il aurait fallu que nous soyons plus précis sur certaines situations en fin de match ».

Kyle McAlarney reconnaissait que « Strasbourg est une très bonne équipe mais nous devons nous persuader que nous sommes aussi une bonne équipe. On l’a prouvé contre les meilleures formations de la Ligue, comme Le Mans ou Nanterre. Pour le reste de la saison, il faudra s’en souvenir. Ce n’est pas seulement une question de mental, il y a aussi des choses qu’il faut améliorer sur le terrain. Nous avons des choses très positives à garder de cette rencontre. Je suis fier de mes coéquipiers, on a montré de la dureté dans le 3e quart temps alors que Strasbourg est une équipe qui joue très physique et nous devions répondre à cette intensité. Et on l’a très bien fait en deuxième mi-temps ».