Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Gran Canaria_SIG_Fofana
Actualités Première place en jeu

Première place en jeu

Jérémy Leloup a stoppé Albert Oliver, au sol, mais Eulis Baez a pris le rebond offensif et mis Bangaly Fofana dans une position inconfortable : le pivot dominicain de Gran Canaria ne manque pas de puissance... (Photo Herbalife)

Troisième et dernier match à domicile dans le Last 32 d’Eurocup pour la SIG qui recoit Gran Canaria (mercredi à 20h45 au Rhenus Sport, en différé sur Alsace20 à 23h) avec un énorme enjeu : la première place de la poule qui permettrait de recevoir lors du match retour des 8es de finale. Un nouveau défi à relever pour la bande à Collet.

Quatre matches, autant de victoires. Seule la redoutable équipe russe de Kazan a su jusqu’ici imiter la SIG dans cette deuxième phase d’Eurocup dans laquelle les Strasbourgeois ont été reversés après leur élimination de l’Euroleague. Milan, le Bayern, Maccabi Tel Aviv, Sassari, Zielona Gora ou… Limoges, eux aussi rescapés de l’EL, ont tous déjà perdu. Karsiyaka Izmir est même en passe d’être éliminé.

Prendre l’avantage du terrain
Gran Canaria_SIG_Paul Lacombe et Oliver

Albert Oliver (à gauche) et Pablo Aguilar, entre Paul Lacombe et Kyle Weems, font partie des solides remplaçants espagnols.

D’ores et déjà, avec la qualification en poche dès la première journée du cycle retour, la SIG a rempli son contrat. Mais elle en veut davantage. « L’objectif, c’est la première place, insiste Vincent Collet. Non pas parce qu’elle donnera un adversaire plus facile car rien n’est moins sûr dans la poule que nous allons croiser (NDLR : Oldenburg, premier, Limoges et Valence restent tous en course), mais parce qu’elle accorde l’avantage du terrain en 8e de finale lors du match retour. En aller/retour, tu peux limiter la casse lors du premier match, à l’extérieur… »

L’adversaire du jour, qui peut encore prétendre lui aussi à cette première place, n’est pas le premier venu toutefois. Gran Canaria pointe à la 5e place du championnat d’Espagne, à un point de Vitoria et du Real Madrid, un peu plus loin de Barcelone et de Valence, toujours invaincu, mais devant Malaga qui dispute le Top 16. « C’est une référence. Une équipe très complète, qui joue un très bon basket, très structuré dont je suis admiratif », poursuit le coach. Qui n’a pas oublié que le succès de l’aller (76-85) avait été obtenu dans des circonstances particulières. « Nous étions tombés le bon jour. Ce n’était pas un match normal. Ils marquent près de dix paniers à trois points par match (NDLR : avec 9,86 de moyenne, Las Palmas est la 3e équipe du Last 32 dans ce domaine) et ils avaient été particulièrement maladroits à l’aller (NDLR : 5 réussites sur 29 tentatives). Chez nous, à l’inverse, Collins, Lacombe ou Leloup avaient réussi des paniers improbables. Ce sera plus dur mercredi… »

Avec ou sans Kevin Pangos ?

Même privés depuis début janvier de Kevin Pangos, leur meneur américo-canadien, qui ne s’est pas remis du choc avec Mardy Collins, les Canarians ont obtenu six victoires en sept rencontres. Seul le Barça les a vaincus, Badalone, Estudiantes Madrid et le voisin de Tenerife avec Tim Abromaitis, s’inclinant en Liga ACB, alors que Jérusalem et Saratov (deux fois) durent également reconnaître la supériorité de Gran Canaria en Eurocup ! « Ils disposent de trois joueurs majeurs avec Alen Omic en tête à plus 17 d’évaluation, 4e rebondeur de l’Eurocup, Kevin Pangos (NDLR : il sera du voyage et sera sans doute aligné) et D.J. Seeley (NDLR : 22 points à l’aller), mais aussi Sasu Salin, Pablo Aguilar et Eulis Baez, tout près des 10 d’évaluation, sans oublier Albert Oliver (NDLR : 15,6 d’évaluation depuis la blessure de Pangos), Brad Newley, Sitapha Savané ou Xavi Rabaseda, d’un effectif très complet et interchangeable qui leur permet de jouer à un rythme infernal et d’agresser en permanence l’adversaire », prévient Collet.

« Être meilleur qu’au premier match »

« J’ai dit aux joueurs qu’il faudra élever encore leur niveau, être meilleur que lors du premier match. Un peu comme Limoges dont la seconde performance contre Valence a eu plus de valeur que la première. Il n’y a plus d’effet de surprise… »

Le match vaudra assurément le déplacement. Le public ne s’y est pas trompé, les récentes performances cumulées en ProA et dans la compétition européenne ayant également contribué au regain d’affluence. La SIG aura bien besoin de ce soutien pour aborder au mieux la suite de cette grisante compétition. Dont Gran Canaria n’est autre que le finaliste sortant !

Jean-Claude Frey

STRASBOURG - GRAN CANARIA EN CHIFFRES

infographie comparative SIG_Gran CanariaV3