Basket
vincent_1.jpg
nzeulie_1.jpg
BOUTIQUE EN LIGNE OFFICIELLE
SOLDES 2018: C'EST PARTI !
SIG_Novgorod_Jeremy leloup
Actualités Entrouvrir les portes de la finale

Entrouvrir les portes de la finale

Tous les rêves, même les plus fous, sont désormais permis. Arrivée dans le dernier carré de l’Eurocup, une première pour un club français depuis 2001, la SIG reçoit les Italiens de Trente (mardi à 20h, en direct sur MCS et Eurosport 2) qui font merveille pour leur première apparition sur les parquets européens. Un adversaire qui reste, malgré tout, à sa portée.

Avant même qu’on ne l’évoque avec lui, Vincent Collet avait fait le parallèle avec… Nanterre ! « Trente a une trajectoire qui ressemble étrangement à celle de la JSF. Depuis deux ans seulement en Lega italienne, c’est une équipe portée par un enthousiasme hors du commun et qui n’a peur de rien ! » Grâce à une 4e place et une victoire en Coupe la saison écoulée, les joueurs du Trentino découvrent l’Eurocup, et l’Europe du basket écarquille les yeux devant l’accumulation de leurs exploits. Inconnus sur l’échiquier international, les Italiens ont battu deux fois… Oldenbourg et Nanterre en poule pour prendre la deuxième place derrière Bilbao qui les avait vaincus à deux reprises.

Première victoire à Milan !
SIG_Chalon_0008

Toute l'énergie de Paul Lacombe ne sera pas de trop pour contenir les ''athlètes'' de Trente.

Dans le Last 32, qui constituait déjà un aboutissement, ils s’offrent deux succès sur Karsiyaka Izmir et sur Reggio Emilia avec… Vladimir Golubovic ! Malgré deux revers contre les Turcs de Trabzon, ils décrochent la première place de la poule avant de s’offrir Saragosse en deux manches en huitièmes (défaite 85-83 en Espagne, succès 79-65 au retour) puis surtout, en quarts de finale, l’EA7 Milan et sa pléiade de vedettes. « Le tournant de notre saison européenne, ce fut notre succès à Nanterre, explique Rudy Gaddo, le sympathique Média directeur du club transalpin. Avec notre petit budget de 3 millions d’euros, qu’on essaie de porter à 4 d’ici la fin de saison, c’était déjà inespéré. On joue les matches les uns après les autres, comme ils viennent, et ça rigole… »

En Eurocup plus qu’en championnat puisque Trente n’avait gagné qu’un match retour sur neuf, subi six défaites de suite, y compris face à la lanterne route Turin, avant de venir à bout, après prolongation, de Sassari, ce samedi.

Entrouvrir la porte

L’Aquila Basket de Trente pensait pourtant que son aventure en Eurocup s’achèverait tout près de chez lui, à Milan, l’ogre italien convié à la table de l’Euroleague. D’autant que Filippo Baldi-Rossi, out depuis début février pour le restant de la saison, et Jamarr Sanders, le meneur US, manquaient à l’appel. A l’inverse, un premier succès à l’aller, sur les bords de l’Adige (73-63) et une première victoire dans l’histoire du club au Forum milanais (79-92) ont rendu possible ce qui a résonné comme un tremblement de terre dans le basket italien. « Milan jouait, eux ils volaient », résume Collet. Avant d’ajouter : « Les deux favoris sont dans l’autre demi-finale. Celle-ci oppose deux challengers qui ont la possibilité d’aller en finale. Il y a une porte à ouvrir… »

Ce premier match, dans un Rhenus plein comme un œuf, à la hauteur de l’événement, donnera une tendance, mais rien de plus. « Notre parcours quasi-parfait à l’extérieur en Eurocup (NDLR : quatre victoires pour une seule défaite, sans importance, à Saratov) nous donne davantage de confiance. Avec un match en 80’, il ne faut pas se sentir avec le couteau sous la gorge mardi soir. On va essayer de prendre l’avantage, mais il faudra être encore meilleur au deuxième. Depuis le 20 décembre, mon équipe n’est plus la même à l’extérieur ».

Beaucoup d’agressivité à contrôler
Trente

L'agressif Dominique Sutton qui vole au-dessus de... Vladimir Golubović fait partie des joueurs de Trente qu'il faudra contrôler

S’il a comparé le parcours du club italien à celui de Nanterre, Collet trouve Trente bien différent en structure d’équipe. « Si Nanterre a misé sur ses shooteurs, les Italiens sont beaucoup plus dans l’agressivité vers le cercle. Julian Wright et Davide Pascolo ne sont pas de vrais intérieurs par leur taille mais ils sont d’une rare polyvalence et prennent les intervalles de façon remarquable. Quant à Dominique Sutton, MVP de la dernière journée devant Kyle Weems, il est très agressif et contribue a donné à Trente ce côté ‘’sauvage’’ ». Bangaly Fofana jouera donc un rôle déterminant face à ces « bêtes physiques ». Et si, chez les arrières, Sanders ne sera pas là, son remplaçant, Giuseppe Poeta est « remarquable », selon Collet, sa doublure, Anders Forray, « très percutant ».

Côté SIG, dans l’attente du retour attendu, on l’espère pour le match en Italie, de Matt Howard, tout le monde sera opérationnel même si Mardy Collins, légèrement touché au tendon d’Achille, a été ménagé.

Cette demi-finale européenne inédite est très attendue au club, dans la ville, la région. « C’est un vrai bonheur, même si on en rêvait. Là, il faut vraiment en profiter », conclut Vincent Collet. Et ils seront 6 200 à pousser derrière leur équipe. Car elle peut incontestablement voir plus haut encore !

Jean-Claude Frey

LE MATCH EN CHIFFRES

infographie SIG-Trente3

 

LE TABLEAU DE L'EUROCUP

bracket Eurocup_v6