Basket
bandeau_site_promo_livre.jpg
bandeau_site_promo_livre.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
Monaco5
Actualités La SIG prend le pouvoir

La SIG prend le pouvoir

En mettant fin à près d’un an d’invincibilité de Monaco à domicile, la SIG a réussi un bel exploit (70-76) et a pris, seule, la tête de la ProA. Portée par un Mardy Collins des grands jours, elle a aussi imposé sa défense aux artilleurs de Monaco en grande difficulté.

Monaco2

Louis Campbell (16 points, 4 passes) a conduit la SIG à un succès précieux. (Photos LNB)

Dès l’entame, le choc des leaders tenait toutes ses promesses sous l’œil intéressé du Prince Albert et de Serguei Bubka. Monaco misait sur Uter (8 points dans le premier quart) qui exploitait au mieux le pick’n’roll et sa puissance face à Howard et au « small ball » alsacien, alors que la SIG trouvait en Rodrigue Beaubois l’homme providentiel pour tenir le choc. L’adresse du Guadeloupéen (11 points à 100%) permit de rester au contact (12-10 à la 4e’ après le 10-5 initial) et le jeu s’équilibrait avec l’entrée de Fofana et de Lacombe. Le « combo » de la SIG pénétrait à deux reprises, offrait un alley-oop à son pivot qui profitait également de la sortie d’Uter et de la maladresse à distance de Shuler notamment (3 sur 10 à trois points à la pause pour Monaco).

La défense monte d’un cran

La SIG était plus adroite, avait pris les devants grâce à Lacombe (15-17, puis 19-21) mais Drew remettait les deux formations à égalité à l’issue du premier quart. Campbell, puis surtout Mardy Collins, dont l’impact était énorme, permettaient aux Strasbourgeois de faire la course en tête (23-26, 29-31), mais Ouattara trouvait des solutions près du cercle, admirablement servi par ce diable de Cooper (5 passes à la pause), et la Roca Team repassait devant : 32-31 et même 37-33 (16e’). Le premier temps mort du match, appelé par Vincent Collet, recadrait le jeu offensif et, surtout, la défense montait d’un cran. Le match était d’un excellent niveau et dans un final enlevé, la SIG s’offrait un petit pécule grâce à Howard, Collins et Duport : 41-44. Même le retour d’Uter, désormais très bien tenu, n’avait rien changé…

Un match très fermé

Nouvelle physionomie à la reprise. Monaco défend plus fort et la SIG doit attendre plus de six minutes pour inscrire son premier panier, par Campbell. Seuls cinq lancers-francs lui permettent de maintenir la tête hors de l’eau. Les Monégasques ne sont pas euphoriques pour autant face à la défense alsacienne. Deux décisions sévères placent Monaco en tête (49-48) mais Campbell se déchaîne : 49-54 et 52-58 à la fin du quart temps. Howard et Weems traînent trois fautes mais la SIG n’a laissé que… 4 d’évaluation à son adversaire pour un petit 17 en sa faveur. Et mène largement dans ce domaine (51 à 70).

Monaco, à 3 sur 16 à trois points, insiste en périphérie car la raquette strasbourgeoise est fermée, et Uter s’y perd. Shuler (0 sur 8 jusque là), finit par trouver la mire derrière l’arc, et à trois reprises ! Cooper s’y met à son tour et dans cette rencontre crispante, tendue, archi-défensive, chaque ballon est précieux. Paul Lacombe, toujours plein d’énergie et d’envie – il sera nommé dans le cinq français de la 22e journée – trouve des solutions, mais c’est Mardy Collins qui sera l’homme du match. Si le retour de la Roca Team de 59-66 (36e’) à 68-70 (39e’) fera peur, l’arrière américain s’occupera de tout. Et Beaubois enfilera les derniers lancers-francs. Ceux qui font de la SIG le nouveau et seul leader du championnat…

Collet : « Nizhny Novgorod à l’esprit »

Dans les vestiaires, Vincent Collet félicitait chaleureusement sa troupe. « Ça n’a pas été facile. On a gagné grâce à notre défense. Sur la fin, on a un peu trop porté la balle à cause de leur défense. Mardy a fait un gros match, on a pris des rebonds offensifs importants sur la fin, merci Matt ! On va d’abord jouer Rouen samedi chez nous mais Nizhny Novgorod est déjà dans nos esprits… »

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

MONACO – SIG 70-76. Salle Gaston-Médecin. Arbitres : MM. Viator, Thépenier et Milliot.

Les périodes : 21-21, 20-23 (mi-temps : 41-44), 11-14 (52-58), 18-18.

Les statistiques