Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Chalon_0001
Actualités Une bonne chose de faite

Une bonne chose de faite

Entre deux matches de coupe d'Europe, la SIG a parfaitement géré un match pas facile contre des Chalonnais qui concèdent leur troisième défaite d'affilée en ProA (86-78). Le neuvième succès de suite en ProA consolide la première place et surtout, donne un maximum de confiance pour aborder les échéances énormes qui se présentent.

Après l’épopée européenne des deux équipes, on pensait bien que ce match de ProA se jouerait en grande partie sur la fraîcheur. Les Chalonnais, de retour d’un périple de 14 heures en Ukraine, avaient enchaîné dès le lendemain avec leur déplacement en Alsace et semblaient émoussés. Fidèles à leur habitude, ils artillaient à trois points dès l’entame et si Roberson, puis Evtimov échouaient, Kalinovski débloquait le compteur bourguignon. Auparavant, Collins et Fofana, puis Beaubois, avaient donné le ton d’une équipe strasbourgeois bien en place, patiente, trouvant des solutions face à la défense adverse : 6-3 (2e’).

Un collectif contre des individualités
SIG_Chalon_0009

Frank Ntilikina a eu beaucoup de temps de jeu et s'est montré à son avantage.

Très vite aussi, Vincent Collet ouvrit son ban, lançant Leloup et Lacombe puis, peu après, Frank Ntilikina. Pas de quoi baisser de régime et la SIG creusait un premier écart : 22-8 après un 11-0 et 24-10 à la fin de la période. La meilleure attaque de ProA était au pain sec, prise dans la nasse tissée par Fofana notamment, et avec un faible 2 sur 9 à trois points, plus encore un misérable 1 sur 7 à deux points, le tout en 9 minutes, Chalon avait péché parfois par gourmandise. Booker était de plus très bien tenu et ce 4 sur 17 faisait mauvais effet face au joli 10 sur 14 de la SIG. L’évaluation (33 à 6) reflétait bien la domination alsacienne.

Choulet, qui avait rapidement écopé d’une faute technique, envoyait Brownlee, Michineau et Bouteille pour trouver un peu d’allant, mais avec Ntilikina (5 points, 2 rebonds et 7 d’évaluation en près de 10’) et Romain Duport, pourtant moins adroit qu’à l’accoutumée, la SIG creusait encore l’écart : 31-14 (14e’). C’était bien trop tôt pour croire que la partie était pliée car en peu de temps, avec la première réussite (à la 7e tentative) de Hazell, deux primés de Brownlee et l’impact de Lessort, l’Élan infligeait un 2-15 qui relançait le match : 33-29 (17e’). Et pendant ce laps de temps, l’évaluation (-1 à 20) donnait un indice peu favorable du passage à vide alsacien…

Le temps mort de Vincent Collet recadrait tout cela et la SIG repartait du bon pied. Un alley-oop pour Fofana, des interceptions conclues par Beaubois, et surtout un Kyle Weems à la confiance retrouvée après son énorme match européen. Ainsi, à la mi-temps, la SIG avait remis les pendules à l’heure (47-35)… Et les neuf joueurs entrés en jeu avaient déjà tous scoré.

Une gestion efficace

Pas question de relâcher la pression car on sait avec quelle rapidité les Chalonnais peuvent inverser le cours d’un match. Sérieux, appliqués, s’appuyant sur un collectif léché (18 passes après 30 minutes, 23 au final), les Strasbourgeois maintenaient l’écart avant de le creuser : 59-42 (26e’). La zone strasbourgeoise gênait Chalon qui se contentait de 13 petits points dans le quart temps. Et surtout, Devin Booker (2 points, 2 d’évaluation) était vraiment dans un jour « sans » pour espérer aider son équipe… Chalon avait beau monter en pression en défense, il ne s’offrait que des actions sporadiques pour rester à distance : 66-48.

La SIG allait même réussir à faire se dresser le Rhenus peu après. Une interception de Louis Campbell qui lance Jérémy Leloup. Alors qu'il pouvait aller au cercle, il fixe habilement le dernier défenseur pour glisser à Rodrigue Beaubois qui propose une extra-passe lumineuse dans le dos à Frank Ntilikina, héros d'un soir, qui conclut : 71-51 (32e'). Chalon ne  lâchait pas pourtant et grâce à ses "remplaçants", Mathias Lessort notamment, dont la puissance au rebond fit quelques ravages (12 rebonds dont 7 offensifs, 26 d'évaluation), mais aussi Kalinovski ou le lutin Roberson de loin, se rapprochera à huit points (79-71, 37e') puis à six points à quelques secondes de la fin. Trop tard pour remporter le match. La SIG avait parfaitement géré son affaire.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – CHALON 86-78. Rhenus Sport. 5 339 spectateurs. Arbitres : MM. Bissang, Gueu et Pierre.

Les périodes : 24-10, 23-25 (mi-temps : 47-35), 19-13 (66-48), 20-30.

Les statistiques