Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Vincent Collet
Actualités Vincent Collet : « A nous d’inverser la vapeur. C’est possible »

Vincent Collet : « A nous d’inverser la vapeur. C’est possible »

Pas d’abattement, mais beaucoup de lucidité, lors de l’analyse de cette défaite (68-74) qui ne bouche pas totalement la voie vers la finale. Mais il faudra réagir.

Vincent Collet admettait que « ç’aurait pu être pire vu notre début de match, c’aurait pu aussi être mieux. Le – 20 après aurait pu nous tuer. On a réagi, on est revenu avec un 17-0, mais lorsque nous n’avions plus que trois de retard, on a mal joué pour revenir, on a voulu égaliser trop vite à chaque fois que nous nous étions rapprochés. Je n’ai pas aimé le dernier tir à -2 avec 7 secondes à jouer. Mais c’est comme ça, on a fait la bêtise, cela ne change rien. Trente est en bonne position pour se qualifier mais ce n’est pas fini. On va aller là-bas pour leur faire la même chose. Leur début les a aidés, ils étaient fantastiques pendant 12 minutes. C’est une bonne équipe et ce sera dur. Je compte aussi sur des rendements différents dans le second match chez certains de mes joueurs. La vérité du match d’aujourd’hui ne devra pas être celle de la semaine prochaine. Sinon, on ne peut pas aller en finale. Trop de joueurs étaient ce soir en-dessous de leur niveau. Aussi à cause de Trente, qui a été meilleur que nous ce soir. On sait désormais pourquoi cette équipe est en demi-finale… Ce n’est pas faute d’avoir prévenu. A nous d’inverser la vapeur, c’est possible. Si on enlève les 12 premières minutes, ils n’ont marqué que 38 points. On a tout à gagner la semaine prochaine ».

Le coach analysait particulièrement l’entame exceptionnelle des Italiens : « Ils ont débuté avec un 7 sur 7 à trois points et même avec un joueur à 20% sur la saison, ça peut arriver. Les pertes de balles, l’impatience, en revanche, nous ont coûté cher. Il aurait fallu construire, or à chaque fois qu’on a perdu l’agressivité, on a été moins bon. C’est une équipe qui a des capacités hors normes car le pivot peut défendre sur les petits et leur piquer des ballons. Il faut vraiment changer certaines attitudes. Ce n’est pas facile mais on va travailler pour ».

SIG_Trente_jeremy leloup

Jérémy Leloup a dû compenser l'absence de Matt Howard au poste 4. Difficile face à une équipe aussi athlétique...

Jérémy Leloup faisait à peu de choses près la même analyse : « On aurait pu perdre bien plus avec l’entame qu’on a faite. Heureusement qu’on revient dans le match. On n’a pas baissé les bras, on a su réagir et on a vu que ça peut aller très vite des deux côtés. Dommage de finir à -6 on aurait pu être à -2 ou -4. Il reste quarante minutes, voire 45 ou 50. Il faut rester concentré et faire une meilleure entame, essayer de les surprendre. On a été trop « soft » en défense, on a fait des choix sur des joueurs et ils n’ont pas manqué un tir. Il faudra s’adapter sur quelques situations et on verra bien à l’issue du second match. Pour revenir et égaliser, on a manqué de lucidité. On a insisté avec les tirs extérieurs alors qu’ils avaient des problèmes de fautes et qu’on aurait dû les agresser. On n’a pas eu beaucoup d’adresse ce qui nous laisse beaucoup d’espoir. Le fait de bien voyager en Eurocup nous laisse aussi espérer. On a limité la casse et à nous de leur faire ce qu’ils nous ont fait, de reproduire le match d’Oldenbourg. Ce sont eux qui ont une certaine pression par rapport au résultat. A nous de nous en servir ».

Maurizio Buscaglia, satisfait du début de match de son équipe n’en restait pas moins prudent : « On a eu un bon impact dans les dix premières minutes, on a contrôlé le rebond, gardé la pression sur la ligne à trois points. On a bien débuté avec notre adresse derrière l’arc et cela nous a donné confiance. On savait que la réaction de Strasbourg allait venir. On n’a pas bien attaqué la grosse défense de Strasbourg dans le deuxième quart temps et la clé, on l’a trouvée à la fin de la mi-temps, dans les vestiaires : on a compris que pour attaquer la défense de la SIG il fallait bouger le ballon, faire un deuxième drive ».

Avant le match retour à Trente, il prévient : « Le match, c’est plutôt ce qui s’est passé en deuxième mi-temps. Ce n’est que le premier acte, on est prêt pour le second, on retourne chez nous avec confiance et avec l’idée très claire de la façon dont nous devrons jouer. Notre petite expérience lors des derniers matches à élimination directe nous a été utile. On reste sous pression. Mes joueurs doivent comprendre que les solutions aux problèmes sont souvent dans les choses très simples : presser sur demi-terrain, faire des coupes, poser un écran, pas forcément pour marquer sur la première intention… Ce sont de tout petits pas dans notre jeu qui peuvent nous mener loin. On a fait notre écart avec un improbable 7 sur 7 à trois points, mais il fallait continuer à garder confiance, et lorsqu’ils sont montés sur la ligne, il fallait alterner, driver vers le cercle, passer la balle. On l’a mieux fait en seconde mi-temps en restant très solide ».

Pour le pivot américain de Trente, Julian Wright, « c’est un match de 80 minutes contre une équipe qui joue bien, spécialement à domicile où ils ont gagné de gros matches. On respectera cette équipe parce qu’on sait ce qu’ils ont fait à Oldenbourg et à Nizhny Novgorod. On va juste essayer de jouer notre jeu, de prendre les rebonds et après tout on est en position favorable ».