Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
DSC_8315
Actualités Vincent Collet : « Il faudra être vigilant »

Vincent Collet : « Il faudra être vigilant »

Vincent Collet n’a pas aimé, mais alors pas du tout, les trois dernières minutes de son équipe pourtant victorieuse à Nizhny Novgorod (85-94). Et il l’a fait savoir à ses troupes dans les vestiaires. S’il ne veut pas oublier les 37 premières, il appelle toutefois à la vigilance pour le match retour. Car rien n’est fait…

« Je n’ai pas été respecté lors des deux derniers temps morts. Et je suis fâché. On a joué arrêté, la balle ne circulait plus, il n’y avait plus de rythme, on attendait la fin et les Russes ont retrouvé un peu d’euphorie. Tout s’en est mêlé et heureusement on a eu ces deux derniers paniers à trois points qui nous permettent de garder un petit écart, mais celui de Mardy Collins symbolise le ‘’mal jouer’’ de cette période. J’espère qu’on n’aura pas à le regretter ».

L’objectivité qu’on lui connaît l’obligeait d’emblée à cette mise au point mais il n’a pas occulté, bien évidemment, les 37 premières minutes de la rencontre : « Si on m’avait dit avant qu’on gagnerait de neuf, j’aurais signé de suite. Mais à +18 et trois minutes à jouer, je n’avais qu’une idée : en garder au moins 13 ou 14. Car je comprenais qu’ils pourraient revenir, mais alors qu’on pouvait jouer avec leur frustration, leur panique face à notre défense, on s’est arrêté ! On a facilité leur retour et leur baroud d’honneur. Si en première mi-temps on a eu du mal à les arrêter en défense eux aussi, heureusement, n’ont pas su nous stopper. En revanche, on a fait un effort défensif de la 21e’ à la 37e’ qui nous a permis de creuser progressivement en amenant les paniers qu’on voulait. C’est un très bon match, entaché par une fin de match poussive… »

Dans la perspective du match retour, Vincent Collet se veut très prudent : « Même si on est en ballottage favorable, rien n’est acquis. On a fait payer Oldenbourg, les autres peuvent le faire aussi. Dans cette compétition, l’humilité est une vertu qui ne devrait pas nous quitter mais on l’a laissée en route à la 37e’… Si au contraire on se qualifie et on apprend de ces erreurs, ça nous servira pour la suite. Si on veut se qualifier, on serait bien inspiré de défendre dur d’entrée pour ne pas les laisser entrer dans le match et travailler les ‘’switches’’ défensifs qu’ils nous ont imposés à la fin ».

Romain Duport (18 points à 8 sur 10, 22 d’évaluation) retenait la victoire mais pensait aussi aux lacunes du rebond en première mi-temps : « C’est dommage de n’avoir pas gardé les 20 points d’avance dans la perspective du retour, mais mentalement, on aurait peut-être joué moins concentré et moins agressif. Là, il faudra jouer à fond et c’est peut-être un mal pour un bien. J’ai été nul au rebond en première mi-temps, je n’ai pas fait mon job. Les deux équipes n’ont joué qu’en attaque en première mi-temps et ce n’est pas notre jeu… Sans cette réussite, nous aurions peut-être été à 10 ou 15 points derrière… » Son entraîneur savait que l’absence de Matt Howard serait préjudiciable sous les paniers : « Je le redoutais. J’ai râlé à la mi-temps. Au rebond, mais aussi dans l’impact défensif, nous n’y étions pas. Romain a été très bon en attaque pendant tout le match, et il s’est repris en défense en deuxième mi-temps ».

Mardy Collins : « on a joué notre jeu »
mardy-collins-strasbourg-ec15-photo-nizhny-novgorod

Avec 24 points, Mardy Collins, qui déborde Antonov, a été le meilleur réalisateur des quatre quarts de finale aller.

Mardy Collins, meilleur marqueur (24 points à 9 sur 12) et meilleure évaluation du match (27) a confirmé son renouveau : « On a fait un grand match à l’exception des dernières minutes. Si on joue au retour comme lors des 37 premières, on pourra atteindre les demi-finales. On ne sait jamais qu’on va avoir un si gros pourcentage de réussite mais notre but était de jouer notre jeu, nos systèmes pour trouver les meilleures situations et marquer des paniers faciles et on l’a bien fait. Cela nous a mis en confiance. En deuxième mi-temps, on a proposé une très grosse défense, à l’exception, comme je l’ai dit, des trois dernières minutes… »

Celles qui restaient en travers de la gorge de Vincent Collet : « Mardy a été remarquable jusqu’à cette fin de match où il a initié l’arrêt du ballon. Il était dans l’euphorie, a cru que cela durerait jusqu’au bout et a confisqué la balle ».

Enfin, le capitaine, Louis Campbell, se félicitait de la situation dans laquelle se retrouve désormais la SIG : « On a fait 37 minutes exceptionnelles mais les trois dernières ont été terribles ! C’est une question de maturité et il faudra mieux faire. Il ne faut pas oublier que cela se joue sur deux matches et qu’on additionne les points. On a fait une partie du travail et à domicile, il faudra qu’on sache qu’ils peuvent faire ce que nous avons fait à Oldenbourg. Ils n’ont plus rien à perdre. Ils étaient menés de 18 points et ont refait la moitié du retard en trois minutes… Neuf ça reste dangereux et il faudra se méfier ».

Quant à Ainars Bagatskis, le coach letton de Nizhny Novgorod, il ne s’avoue bien sûr pas battu : « Je connais ce coach et certains joueurs depuis de nombreuses années et je savais de quoi ils sont capables. Mais vous avez déjà vu Strasbourg aussi adroit en Eurocup ? Non pas un ou deux joueurs, mais tous ? 70% de réussite alors que de nombreux tirs étaient contestés. Je l’ai dit à mes joueurs, ils ne seront peut-être pas aussi adroits et neuf points, en basket, ce n’est pas beaucoup. Ce sera un autre jour, un autre match, et la chance va peut-être tourner. On verra bien. »

Voilà la SIG prévenue…

Recueilli à Nizhny Novgorod par Jean-Claude Frey