Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Novgorod_0003
Actualités Vincent Collet : « J'ai fait mon premier tour d'honneur ! »

Vincent Collet : « J'ai fait mon premier tour d'honneur ! »

Tour d’honneur, supporters sur le terrain pour communier avec leurs favoris, la joie était totale après la qualification pour les demi-finales de l’Eurocup arrachée à Nizhny Novogorod (91-91).

Vincent Collet était en sueur, ému à titre personnel, mais aussi rincé par 50 minutes d’une incroyable intensité. « C’était le match qu’on craignait. On voulait vraiment empêcher un tel début de match et le scénario était à l’inverse de ce qu’on souhaitait. On a été dominé, ce soir, mais on a eu le mérite de ne pas lâcher. On a beaucoup plié et on a attendu la 28e minute pour avoir une défense à la hauteur. On a ensuite tenu grâce à la partie titanesque, « gobérienne », de Fofana. Sa défense a été décisive. Mais on a continué à ne pas bien jouer en attaque, on a manqué de fluidité. On avait tendance à chercher des solutions individuelles. On s’est alors appuyé sur notre courage, sur l’envie énorme et sur notre salle qui a été formidable. Vers la fin du 3e quart temps, Nizhny Novgorod a heureusement baissé de pied. Ce sera difficile samedi contre Chalon, mais ce qui est important, c’est qu’on puisse à nouveau livrer un combat de ce type contre Trente, la semaine prochaine. J’espère qu’on pourra se libérer. On est maintenant dans le dernier carré et on n’a pas grand-chose à perdre… A titre personnel, je suis très ému et ce type de qualification, avec des qualités de cœur exceptionnelles, fait très plaisir. Ce match retour à domicile, qui sera le seul, était très important car il a permis au public de communier avec les joueurs. J’ai même fait mon premier tour d’honneur depuis que je suis à Strasbourg… »

Kyle Weems : « Une saison exceptionnelle, quoi qu’il arrive »

Kyle Weems, héros de la soirée avec 35 points et 31 d’évaluation, analysait calmement ce match nul qui ressemblait fort à une victoire : « Je n’étais pas revanchard par rapport au match aller, mais les Russes étaient beaucoup plus concentrés sur Mardy et sur les joueurs qui drivent, qui jouent dans la peinture que sur moi. J’ai eu des opportunités et je les ai saisies… C’est un de mes meilleurs matches européens. Bien sûr, ils ne nous ont pas donné le match, on a eu à le chercher, à chaque instant, à chaque minute. Mais on n’a jamais lâché, même à -18. Les fans nous ont poussé et ont y est parvenu ! Je veux aussi m’excuser auprès de Nizhny Novgorod et de son très bon coach pour avoir dunké le dernier ballon. Mardy me l’a donné et j’ai enchaîné. Il n’y avait aucun irrespect dans ce geste et je m’en excuse à nouveau. On n’a pas fait la faute qui aurait pu nous éviter la deuxième prolongation, on voulait faire dribbler Rudd. Quand c’est si serré, quand le match se joue à si peu, ce sont des erreurs qui peuvent être lourdes de conséquence. On a encore appris ce soir… »

Puis l’ailier strasbourgeois a parlé de son adversaire en demi-finale : « Si Trente est en demi-finale, ce n’est pas un hasard. Ils ont de bons shooteurs, une bonne défense, mais on va d’abord se concentrer sur Chalon qui vient samedi et qui nous avait battu à l’aller. J’ai eu des hauts et des bas cette saison, mais c’est définitivement une saison exceptionnelle pour moi ! »

Ainars Bagatskis, le coach letton de NN, était très fair-play : « Strasbourg nous a surpris la semaine dernière avec un excellent pourcentage mais j’avais dit aux joueurs que cette défaite de neuf points de changeait rien. On a continué à travailler. Le match d’aujourd’hui nous a prouvé qu’on est sur la bonne voie. On a perdu 22 ballons et donné 17 rebonds offensifs, c’était la clé du match. Seuls deux joueurs ont l’expérience de ces matches-là. Alors on a beaucoup appris ce soir. On avait joué il y a trois jours contre Kazan avec une prolongation, deux ce soir, ce n’était pas facile. Strasbourg est pour moi le favori de l’Eurocup. C’est votre chance… Rien n’a changé depuis que j’ai joué dans cette salle en quart de finale avec Dijon. L’ambiance était formidable, ne changez rien… »