Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Vincent Collet
Actualités Vincent Collet : « Ne pas vivre le scénario d’Oldenbourg à l’envers »

Vincent Collet : « Ne pas vivre le scénario d’Oldenbourg à l’envers »

Après un match aller remporté de neuf points, les Alsaciens abordent le retour contre Nizhny Novgorod, mercredi à 20h, avec une faible avance. Mais la fin du premier round  a aussi montré qu’il ne faudra surtout pas lever le pied. Qui de mieux placé pour parler de cet affrontement que Vincent Collet. Lui qui n’avait pas apprécié la fin de match de ses joueurs il y a une semaine, espère bien que le sérieux sera de mise de la première à la dernière minute.

- A 48h du match retour contre Nizhny Novgorod, dans quel état d’esprit est le coach ?
Vincent Collet : « Je suis remonté car c’est un moment important de ma carrière de coach en club. C’est ma première possibilité d’atteindre une demi-finale européenne. Il y a forcément une excitation particulière. Mais surtout l’autre sentiment qui domine, c’est la vigilance. Je sais ce que le fait d’avoir gagné le premier match à l’extérieur sous-entend dans la tête de beaucoup de monde… Ce sentiment d’avoir fait le plus dur. On a montré au tour précédent que c’était complétement faux ! Novgorod est capable de venir gagner ici de 10 points. Bien sûr, on va tout faire pour que ça n’arrive pas mais le fait d’en avoir conscience permet de tout faire pour les en empêcher… On a eu beaucoup de réussite lors du match aller. On ne peut pas espérer refaire exactement la même chose, donc il faut aussi que l’on envisage de faire un autre match. Il faut que celui qui arrive soit différent pour espérer qu’il tourne encore en notre faveur ».

- On avait beaucoup parlé de la préparation du match retour face à Oldenbourg. Qu’en est-il pour celui-ci ?
V.C. : « Cette fois nous avons pu mieux préparer le match aller. Le premier match contre Oldenbourg était deux jours après la Leaders Cup. On n’avait pas eu le temps de parfaitement le préparer. Résultat : on avait plutôt mal exploité leur défense. On avait travaillé entre les deux matches. Là c’est différent. Offensivement, on a fait un très bon match à Novgorod. Il faut s’attendre à en faire un moins bon mercredi. C’est dans les autres aspects, notamment en défense, qu’on doit vraiment mettre le ‘‘focus’’. Sinon, oui on travaille un peu de la même façon. On a fait une vidéo sur Novgorod avant le match contre Antibes. On essaye de mettre à profit tous les moments pour se préparer le mieux possible… En faisant aussi attention à la régénération. Pour faire un grand match défensivement on aura besoin de fraîcheur en plus de la détermination… Sur laquelle je n’ai aucune crainte ».

- Je pense que, comme tout le monde, vous craignez le réveil des Russes …
V.C. : (il coupe) « Il faut en être sûr ! La fin de match mercredi dernier, ce qu’elle a de plus terrible, en plus des points repris, c’est de leur avoir montré que l’on pouvait être instable. Après 37 bonnes minutes, on s’est arrêté. Nous avons montré une vulnérabilité qu’ils ne vont pas manquer d’exploiter et qui surtout les a reboostés. Ils nous ont mis 13-0 en 1’30 donc c’est évident qu’ils vont revenir à fond ! Il faut donc faire très attention à ne pas vivre le scénario d’Oldenbourg à l’envers. Il faudra être prêt dès l’entame du match et être très solide en protégeant notre cercle, en évitant de les mettre en confiance ».

Vincent Collet_4

Vincent Collet: "Il faudra être prêt dès l’entame du match et être très solide"

- Le plus gros danger de la SIG n’est-il pas elle-même ?
V.C. : « Nous avons une ossature d’équipe qui a connu pas mal d’expériences. J’espère vraiment que cela nous permettra d’éviter certaines erreurs du passé et d’être beaucoup plus solide dans l’approche. Il n’y a rien qui remplace l’expérience. Quand tu as vécu, et souffert qui plus est, tu finis par pouvoir avoir la meilleure approche possible ».

- Une qualification serait historique pour le club, mais si nous regardons plus loin, ce serait aussi et surtout une belle promotion du basket français.
V.C. : « Ce n’est que la deuxième coupe d’Europe mais on sait qu’elle a une vraie valeur. Depuis plusieurs années, des équipes se qualifient pour le Last 32, certaines vont au tour final : Nanterre il y a deux ans, Paris l’année dernière, Limoges et nous cette année… Progressivement, on recolle au peloton. Une qualification serait un pas supplémentaire. Ce serait un signe positif pour le basket français, même si on en veut davantage et qu’il en faut encore plus pour être totalement satisfait ».

- Avant de finir, un mot pour les supporters qui ont rapidement répondu présent pour ce match ?
V.C. : « Dans la vie d’un club comme le nôtre, dont l’histoire est encore jeune et peu fournie, c’est quelque chose qui aide à construire et à faire grandir. Ce sont des aventures qui peuvent être magnifiques. Je souhaite vraiment que l’on se qualifie mercredi car, en plus, nous avons la chance de jouer devant notre public et donc nous pourrions le partager avec nos supporters. Après, si nous avons le bonheur de nous qualifier, nous jouerons le deuxième match de la demi-finale à l’extérieur, quel que soit notre adversaire, et ça n’aurait pas la même saveur. Même si je prends quand même (sourire) ! Ce match peut être un moment fort de l’histoire du club et peut être fédérateur pour la suite de la saison. Et même plus loin ! On se rend compte de l’engouement. Les gens sentent que c’est important et que ça représente quelque chose d’être en quart de finale de l’Eurocup ».

Interview réalisée par Franklin Tellier