Basket
bandeau_site_promo_livre.jpg
bandeau_site_promo_livre.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
SIG-Vitoria_6_McCord-David
Actualités 22 ans en Europe : La SIG, de Cluj à Galatasaray

22 ans en Europe : La SIG, de Cluj à Galatasaray

Il y a dix ans, John McCord et la SIG avaient battu Vitoria en Euroleague. Un premier exploit retentissant qui en a vu naître bien d'autres par la suite...

La SIG disputera contre Galatasaray Istanbul, à l’occasion de la finale de l’Eurocup, les 156e et 157e matches européens de son histoire. Une épopée entamée il y a près de 22 ans en… Roumanie ! Retour sur la saga continentale des « rouge et blanc ».

Les anecdotes ne manquent pas et les anciens ne tariraient pas à vous les raconter. Mais à quelques jours d’un rendez-vous historique pour la SIG, nous avons voulu nous remémorer 12 saisons de compétition continentale. Tout avait débuté le 27 septembre 1994 au fin fond de la Roumanie, au-delà des Carpates. Ou plus exactement quelques mois plus tôt… En battant son voisin mulhousien du FCM, à Coubertin, la SIG s’était qualifiée pour la finale de la Coupe Busnel, la coupe de France de l’époque dans laquelle elle affrontera… le CSP Limoges, champion de France ! Les Limougeauds en Coupe des champions, les Strasbourgeois héritaient ainsi d’une place en Coupe Saporta, l’Eurocup des années 90. L’histoire se mettait en marche.

Éliminés par… des Suisses
SIG-Vitoria_4_Jeanneau-Prigioni

Aymeric Jeanneau débordant Pablo Prigioni: une image forte du match contre Vitoria.

La SIG avait lancé sa campagne par deux succès obtenus face à Cluj, le club de Gheorghe Muresan que le géant de 2,31m avait déjà quitté pour rallier Pau puis la NBA : 88-54 en Roumanie, 84-66 à Strasbourg pour… l’inauguration du Rhenus. Une formalité pour Olivier Weissler, Mark Stevenson, Gary Alexander et leurs coéquipiers.

Au deuxième tour et pour accéder aux poules de quarts de finale, l’adversaire n’avait rien d’un foudre de guerre : les Tessinois de Bellinzona. Un décevant nul à domicile (72-72) – il y a aura trois dans l’histoire avec celui obtenu contre Nizhny Novgorod le mois dernier – ne laisse rien présager de bon. Au retour, les Suisses domineront largement, menant de 18 points en seconde mi-temps et malgré un retour à 75-73 dans la dernière minute, la SIG sera éliminée (77-73). Une première peu glorieuse pour un club français contre… des Suisses, mais qui arrangeait finalement les finances du club, pas formatées pour un long parcours européen !

Six années plus tard, en 2000/2001, la SIG retrouve la Coupe Korac (4 victoires, 4 défaites) et la première rencontre de Coupe d’Europe contre un autre club français, Le Mans dirigé par un certain… Vincent Collet qui fait ses débuts sur le banc, puis la Coupe Saporta pour un bilan positif (6 victoires, 1 nul, 5 défaites) et enfin la FIBA Champions Cup en 2002/2003 (9 victoires, 7 défaites). Une saison à 16 rencontres, un record qui tiendra jusqu’en… 2015 ! L’année aussi (2003) du seul forfait, le contexte politique empêchant la SIG de se déplacer à l’Hapoel Tev Aviv.

Tout s’accélère en 2013
P1400562

Au lendemain du succès contre Vilnius en quart de finale de la Coupe Uleb, la presse est élogieuse.

Avec le titre de champion de France, en 2005, la SIG découvrira l’Euroleague et ses gros calibres, et un énorme succès sur Vitoria et ses stars (84-76), se contentant de trois succès en 14 matches. Un record qui tient toujours, car en 2013 et en 2015, les Strasbourgeois se contenteront également de trois victoires, mais avec davantage de prestige toutefois.

En réalité, c’est au cours des trois dernières saisons que le destin européen de la SIG s’est accéléré. Après quatre années sans coupe d’Europe, la venue de Vincent Collet et la « prise de pouvoir » de l’équipe Bellon, donnent une autre dimension au club.

A l’automne 2013, le Rhenus découvre tour à tour Anadolu Efes Istanbul, le Real Madrid, Bamberg, Kaunas et Milan, mais avec cinq défaites lors du tour aller, les chances seront nulles. Les succès contre les Allemands, les Lituaniens grâce à un « buzzer beater » du Général Campbell, et les Italiens mettront du baume au cœur. Dans la foulée, l’équipe de Collet se fait surprendre deux fois par Yuzhne, emmené par Jamal Shuler, Matt Gatens ou… Romeo Travis et ne passe pas la poule du Last32. 11 défaites en 16 rencontres, l’apprentissage est douloureux…

Versée en Eurocup pour avoir échoué au tournoi qualificatif à l’Euroleague contre… Villeurbanne à Ostende, la SIG fera un superbe parcours de 18 matches (12 victoires). Deux défaites seulement en dix matches de poule, concédées au Paris-Levallois, mais surtout des doubles victoires contre Bonn, Bamberg, Saragosse, Reggio Emilia et plus encore Kazan dans le Last32, qui donnent une nouvelle dimension à l’équipe alsacienne qui se découvre aussi, petit à petit, un public de plus en plus chaud. Las, la dernière marche, contre Saint-Pétersbourg, au Rhenus, sera celle de trop…

24 matches cette saison !

Avec la double confrontation contre Galatasaray qui se pointe à l’horizon, ce ne sont pas moins de 24 rencontres que la SIG aura disputés sur la scène continentale avant d’aborder les playoffs ! Et plus du tiers (37%) de son total historique en trois ans seulement, sous la houlette du tandem Collet-Bellon. Une sacrée performance… Et comment effacer des mémoires les moments vécus à l’automne avec les succès contre Fenerbahçe ou le Real, qui se disputent en ce moment une place dans le Final Four de l’Euroleague, ou le renversement de situation contre l’Étoile Rouge de Belgrade qui a donné bien du fil à retordre au CSKA Moscou, lors des quarts de finale !

Quelques records

ratio vic et def de la SIg en coupe d'europeSi Galatasaray sera le 6e club turc que la SIG va affronter dans sa longue histoire, on se rappellera encore de son plus « carton », face à d’autres Suisses, ceux de Lugano (112 points marqués), on essaiera d’oublier les 109 points encaissés contre le Khimki Moscou en 2005, et on soulignera avec plaisir que les deux meilleures performances individuelles sont toutes récentes : les 35 points de Kyle Weems (avec deux prolongations, il est vrai) contre Nizhny Novgorod, et les 30 points réussis par Antoine Diot la saison passée face aux Tchèques de Nymburk. Ou encore le quart de finale épique de la Coupe ULEB 2007, remporté contre Vilnius à l’aller (+13) avant l’élimination, pour une possession seulement, au retour en Lituanie.

Un an après le succès de Nanterre en Eurochallenge, 14 ans après la dernière finale européenne majeure d’un club français – Nancy avait été battu par Kuban en finale de la Korac 2002 (95-74) –, la SIG est face à son plus beau rendez-vous avec l’Histoire. Le plus excitant aussi…

J.C.F.