Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
TRENTE-SIG (Retour demi finale de basket Eurocoupe)
Actualités Ils l’ont fait !

Ils l’ont fait !

Enooooooorme ! Plus que jamais à l’aise loin de leurs bases, avec un cœur fantastique, les Strasbourgeois ont réussi l’inimaginable au terme d’un incroyable suspense : 78-86 ! Pour deux petits points, la bande de Collet s’offre la finale de l’Eurocup contre Galatasaray (22 avril au Rhenus, 27 avril à Istanbul). La SIG est désormais dans la cour des grands…

fofana

Pas ménagé, Bangaly Fofana (ici entre Lockett à gauche, Sutton et Forray à droite) a encore été énorme...

Consciente de l’enjeu, convaincue qu’elle avait les moyens de reprendre les six points concédés au Rhenus la semaine passée, la SIG devait aussi et en tout premier lieu, résister à la pression du chaudron du PalaTrento. Il n’était plus temps, alors, de goûter à la « primavera » du Trentin où les pommiers étaient en fleurs, mais de laisser sueur et sang sur le parquet pour ne rien regretter. Pas de surprise dans les ''cinq'' de départ, du classique, mais pendant que Collins, bien en jambes, enfonçait la défense italienne, Forray venait provoquer les fautes dans celle d’en face. Il fallut pourtant attendre deux lancers-francs de Wright, pourtant pas un spécialiste de l’exercice, pour voir Trente ouvrir son compteur. La SIG avait déjà repris quatre points (0-4, 2e’) mais il était bien trop tôt pour imaginer une issue favorable…

Une bonne entame dans le chaudron italien

Mardy Collins continuait sur sa lancée (5 points et une passe pour Fofana) et en 3’45’’ la SIG avait effacé le débours de l’aller : 8-14 (5e’). Les deux coaches avaient procédé aux premiers changements, mais c’est essentiellement le rebond offensif de l’Aquila (7 dans le premier quart contre… 0 !) qui permettait aux Italiens de rester dans le coup. Pascolo (3 prises pour 10 points dans la période) se gavait sous le cercle alsacien et égalisait avant que Poeta ne donne le premier avantage pour conclure un douloureux 11-2 : 19-16 (8e’). Collet avait tenté le « small ball » avec Howard, mais le premier passage de Duport était déjà bénéfique et la SIG prenait les devants avant le buzzer : 19-21.

Du grand Duport

Trente, même follement encouragé, n’avait pas la même réussite derrière l’arc, échouant sur les… 7 premières tentatives. Duport (9 points dans le quart) creusait à 19-23, mais après un temps mort de Buscaglia, les Italiens se déchaînaient à nouveau pour passer un 10-2 qui changeait la donne : 29-25 (15e’). La défense de zone gênait considérablement la circulation de balle de Trente et les points deCollins, l’adresse d’un énorme Duport qui s’offrait un primé avant la mi-temps, relançaient totalement la course vers la finale : 33-36. Dommage qu’au buzzer, Pascolo héritait à nouveau d’un rebond offensif, validé après contrôle vidéo, pour réduire l’écart à sa plus simple expression au repos : 35-36. Pendant que Beaubois touché au genou, sortait en boitant. Rien de bien grave, heureusement !

La défense prend le pas
collins

Mardy Collins (20 points, 22 d'évaluation) qui dispute le ballon à Julian Wright a encore été exceptionnel en Italie...

Le match montait d’un cran encore dans le troisième quart… La SIG durcissait sa défense, le payait certes par des fautes, mais troublait Trente dont l'agressivité était freinée, mais qui restait dans la course : 41-43 (23e’). Collins, décidément grand joueur, un super Leloup, Duport encore et toujours, un primé de Campbell, donnaient forme à l’exploit : 43-53 (26e’). La troisième faute du « Général », puis celle de Leloup, auraient pu compliquer les choses, d’autant que le temps mort de Buscaglia était suivi d’effet : 47-53 (26e’). Les deux équipes étaient revenues à égalité sur l’ensemble des deux rencontres.

La solidité du banc alsacien, l’énorme match de Collins, la mobilité de Fofana, même si les arbitres sanctionnaient peu les vilains gestes sur lui, le joli collectif longtemps peaufiné (23 passes à 12), faisaient rêver la cinquantaine de supporters qui avaient fait le voyage au-delà des Alpes. Car au tableau d’affichage, la SIG avait pris un bel avantage : 51-62 (30e’).

Trente revient du diable vauvert

Les décibels avaient sérieusement baissé dans le PalaTrento, car la défense de la SIG faisait toujours merveille. Le réveil de Beaubois qui inscrivait ses premiers points rapprochait davantage encore la SIG de la finale : 53-72 (34e’), soit 13 points d’avance en cumulé !

Il fallait alors tenir… Car les Italiens, poussés par une salle déchaînée, jetaient toutes leurs forces dans la bataille, grattaient des ballons, parfois de manière illicite, pour égaliser à… 56 secondes de la fin par Lockett, devenu intenable : 71-77 !

Dans un final haletant, hitchkockien, des lancers-francs précieux avant un « primé »... insensé de Duport envoyaient la SIG en finale dans les bras de Galatasaray qui a éliminé Gran Canaria après prolongation !

A Trente, Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

AQUILA BASKET TRENTE – SIG 78-86 (match aller : 74-68). PalaTrento. 4 000 spectateurs. Arbitres : MM. Gkontas (Grèce), Kowalski (Pologne) et Ovinov (Russie).

Les périodes : 19-21, 16-15 (mi-temps : 35-36), 16-26 (51-62), 27-24.

→ LES STATISTIQUES

→ LES REACTIONS