Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Le Mans_Bangaly Fofana et Rodrigue Beaubois
Actualités Ils ne méritaient pas ça !

Ils ne méritaient pas ça !

La SIG s’est battue comme elle a pu, avec les moyens du bord face à une très bonne équipe mancelle. Mais alors qu’elle était revenue à six points à trois minutes de la fin (66-72), deux fautes techniques et deux fautes disqualifiantes à Vincent Collet et Mardy Collins ont décidé du sort du match (66-82) que Le Mans avait certes mérité de gagner.

Après l’ovation du Rhenus aux finalistes de l’Eurocup, il fallait rapidement remettre le nez dans le guidon… même si les jambes étaient lourdes. En fait, c’est surtout l’adresse qui fit défaut dès le début et c’était probablement lié à la fatigue. Le Mans, qui n’a pas joué depuis une semaine et eu tout loisir de préparer ce choc, en profitant pour filer à 2-8 (3e’) grâce à Yarou, Gelabale et Amagou. Beaubois et Collins se rebiffaient (7-8, 4e’) mais Romeo Travis, au Rhenus comme dans son jardin, inscrivait 7 points à 100% et obligeait Collet à prendre un temps mort (7-16, 7e’). A l’évaluation, la différence était abyssale (4 à 25), les Sarthois dominant comme prévu le rebond.

Le Mans domine…
SIG_Le Mans_Mardy Collins2

Collins qui défie Yarou a été longtemps le plus percutant, avant de finir le match aux vestiaires !

La défense avait péché et Collet fit appel à Lacombe et Leloup pour colmater les brèches. Le retour à 14-18, puis à 16-20 en début de deuxième quart sur un panier de Lacombe consécutif à un bijou de passe de Frank Ntilikina, laissait présager un match enfin serré. Hélas, Cornélie, Konaté, Lofton et ce diable de McKee qui venait semer la panique dans la raquette alsacienne, plombaient l’atmosphère d’un 2-12 sans appel (18-32, 15e’). A 2 sur 10 à trois points (1 sur 5 pour Beaubois), la SIG était toujours abandonnée par l’adresse. Frank Ntilikina délivrait trois passes mais souffrait en défense face au métier et à la vitesse de McKee et nanti de trois fautes, rejoignait le banc.

Campbell sonnait la révolte de deux primés, Collins lui emboîtait le pas derrière l’arc et les Strasbourgeois retrouvaient des couleurs (31-38, 19e’). Le Rhenus grondait, mécontent des sanctions qui tombaient sur les joueurs de la SIG. Mais c’est surtout le faible rendement de Weems (0 sur 5 à la pause, -4 d’évaluation, 0 sur 9 au final) et le rebond manceau (20 prises à 11) qui avaient handicapé les hommes de Collet. Et au repos, l’écart avait à nouveau gonflé (31-42) grâce aux lancers-francs (10 sur 12 au MSB). La SIG, elle, n’en avait tenté aucun…

Les débats s’équilibrent

Le collectif strasbourgeois allait remettre la SIG en selle avec Fofana à la conclusion. Un 8-0 pour revenir à 39-42 (23e’), aussitôt suivi d’un… 2-11 (41-53) ! Le Mans avait changé de défense et Yarou, Gelabale et les autres dominaient outrageusement le rebond (31 à 19 après 30’). Tout était à refaire mais la SIG s’y attelait avec ardeur, avec Leloup ou Campbell en figures de proue : 48-53 puis 52-57 à l’entame de la dernière période.

Beaubois puis Collins permettaient aux finalistes européens de rester dans la course malgré Cornelie et Travis (58-63, 34e’), mais trois primés de suite, signés… Cornélie, Lofton puis Amagou regonflaient dangereusement le matelas manceau : 58-72 (35e’). La SIG allait-elle avoir les ressources pour refaire une énième fois son retard ? Collins partait à l’abordage, sabre au clair et à 64-72 (37e’), Künter était obligé de prendre un temps mort. Les Alsaciens se rapprocheront encore à six petits points (66-72) avant un terrible coup du sort...

Confusion totale

Une faute offensive de Collins, et les protestations de Vincent Collet étaient sanctionnées exagérément de deux fautes techniques valant disqualification au coach strasbourgeois. Gelabale inscrivait les lancers-francs, avant... une seconde faute disqualifiante à Collins. Le Rhenus se déchaînait malgré les appels au calme du speaker et du président Bellon. Le 0-10 final était anecdotique et le match se terminait dans la plus grande confusion...

 Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – LE MANS 66-82. Rhenus Sport. 5 235 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Paic et Arnoux.

Les périodes : 14-20, 17-22 (mi-temps : 31-42), 21-15 (52-57), 14-20.

Les statistiques