Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Sluc Nancy_SIG_Andy Panko et Paul Lacombe
Actualités La SIG reprend des couleurs

La SIG reprend des couleurs

Fin de la mauvaise passe contre une courageuse équipe de Nancy, très diminuée : 72-80. Si la SIG a encore montré quelques faiblesses en défense, autorisant 12 paniers à trois points aux Lorrains, elle a remis la marche avant en attaque, où la balle a bien bougé et où le collectif a remis de l’huile dans les rouages.

Face à une équipe de Nancy décimée – les frères Pietrus et Bell blessés – la victoire était le minimum que l’on pouvait attendre de la SIG. Mais Vincent Collet espérait bien que sa formation allait aussi y mettre la manière. Plutôt en vue en attaque avec Collins, Fofana et Weems, les Strasbourgeois laissaient cependant beaucoup d’espace à Tchicamboud, Panko ou Sene qui ne se faisaient pas prier pour enquiller les « primés » (3 sur 5). Les deux formations avaient pris huit tirs à trois points pour en convertir cinq, alors qu’elle n’avaient tenté leur chance qu’une seule fois à deux points.

Nancy vaillant de bout en bout
Sluc Nancy_SIG_Matt Howard

Le retour de Matt Howard (qui devance Andy Panko) a été précieux pour les Strasbourgeois.

La SIG mettait du rythme en attaque et en montant d’un cran en défense, elle réussissait le premier décrochage (11-17, 7e’). Le temps mort de Weisz était suivi d’effet et Sy, puis Tchicamboud continuaient le festival longue distance (5 sur 8) pour égaliser à 17 partout.

La période s’était achevée par un tout petit avantage (19-20) mais Collet avait déjà bien davantage fait appel aux remplaçants (Lacombe, Leloup, Howard, Duport puis Ntilikina) que son homologue nancéien, bien démuni de ce côté-là. Et, alors que les deux équipes passaient en défense de zone, le jeu de passes de la SIG faisait merveille (12 passes pour les 13 premiers paniers) et les Alsaciens creusaient l’écart : 26-35 (16e’). Seul Leloup était dans le dur, manquant même un dunk en contre-attaque. A 33-37 (19e’), Collet avait demandé à ses joueurs d’éviter le relâchement et de faire grandir le pécule. Il sera entendu car Collins (5 passes à la pause) servait deux « caviars » à Fofana avant de piquer la balle à Tchicamboud puni d’une anti-sportive ! De quoi faire gonfler le matelas avant la pause : 33-43.

Le bon retour de Howard

Dès la reprise, Collins et Beaubois, de très loin, poussaient l’avantage à 15 points (33-48), mais dans la foulée, l’attaque, prise au piège des 24 secondes à trois reprises, piétinait. Et en face, Tchicamboud puis Sene, encore à 6,75m, Falker au rebond offensif, enfin Panko près du cercle, réduisaient dangereusement l’écart : 43-50 (25e’). Une série de Weems, des paniers de Duport, un Matt Howard très précieux (13 points à 6 sur 7, 3 passes, 14 d’évaluation en 20 minutes), Lacombe (8 passes) et Collins (9) pour faire courir le ballon et la SIG reprenait ses distances malgré le très bon match de Benjamin Sene (20 points en… 38 minutes) ou celui de Panko (36 minutes). Falker (37) et Tchicamboud (36) étaient eux aussi très utilisés sans que la fatigue ne pesât trop : 54-64 (30e’).

Mieux même, ou pire du point de vue strasbourgeois, Nancy venait souffler dans la nuque des Alsaciens (63-67, 34e’). Collet demandait un temps mort, jouait en « small ball » pour récupérer quelques ballons et profiter des lancers-francs : 65-78 (38e’). Le break était définitivement fait.

La SIG s’était remise dans le sens de la marche, avait parfaitement fait bouger le ballon (28 passes pour 9 balles perdues seulement) et même si cela manquait encore un peu d’agressivité en défense, ou de placement sur les lignes de passe, l’essentiel, la victoire, était acquis. Il faudra remettre cela dès lundi face à Pau-Orthez, qui a décroché à Châlons/Reims son 13e succès en 15 matches. La SIG prendrait alors une belle option sur le top 4 et pourrait sereinement préparer le match de l’année : cette finale d’Eurocup contre Galatasaray que tout le monde attend…

Jean-Claude Frey

 Le match en vitesse

SLUC NANCY – SIG 72-80. Palais des Sports Jean-Weille à Gentilly. 5 000 spectateurs environ. Arbitres : MM. Rosso et Vansteene, Mme Delaune.

Les périodes : 19-20, 14-23 (mi-temps : 33-43), 21-21 (54-64), 18-16.

Les statistiques

Le classement

classement Proa J29