Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG_Galatasaray_Mardy Collins6
Actualités Un coussinet pour aller à Istanbul !

Un coussinet pour aller à Istanbul !

Au terme d’un match longtemps verrouillé, la SIG qui ne s’est débridée que dans le dernier quart temps, a remporté le match aller de la finale face à Galatasaray sur un score étriqué : 66-62. Un tout petit coussinet pour espérer décrocher l’Eurocup dans la bouilloire d’Istanbul. Après tout, compte tenu des capacités des Strasbourgeois à voyager, pourquoi ne pas y croire ?

Le match avait commencé bien avant le coup d’envoi, avec l’entrée des joueurs. Galatasaray sifflé, les joueurs de la SIG acclamés comme jamais par un Rhenus plein jusqu’aux cintres ! Une ambiance de… finale ! Même SIG’Oh, la mascotte, avait volé dans le ciel de la salle à la présentation des joueurs… Après 24 heures au vert, les hommes de Vincent Collet étaient entrés dans le vif du sujet bien avant l’heure... Encore fallait-il, face à un événement aussi énorme, ne pas céder sous un trop plein d’émotion.

Un match verrouillé

Le début fut pourtant crispé et crispant et ce n’est qu’à la 3e minute que Kyle Weems ouvrait le ban derrière l’arc. Ce sera la seule réussite à trois points pour des deux équipes jusqu’à la mi-temps malgré… 19 tentatives ! L’enjeu avait pris le pas sur le jeu, les deux équipes défendaient dur mais les maladresses étaient nombreuses… Dans ce match verrouillé, la SIG avait manqué quelques occasions de s’envoler, même si elle menait 7-4 après sept minutes. Collet avait fait ses premiers changements mais l’attaque restait muette ou presque.

Trop de crispation

Heureusement, la défense était solide et Galatasaray à la peine. L’entrée de Caleb Green, les paniers de raccroc de Micov avaient fixé le score à la fin du premier quart : 7-8. Un score de benjamins ! 3 sur 18 aux tirs pour la SIG, 4 sur 13 pour les Turcs. A se frotter les yeux…

C’était à se demander laquelle des équipes allait se lâcher enfin. Matt Howard se battait comme un beau diable, arrachait des rebonds, provoquait des fautes, Collet relançait Weems et Collins pour trouver un peu de liant offensif (12-14, 13e’) mais c’est Galatasaray qui s’échappait : 12-19 (14e’). La SIG avait pourtant déjà provoqué six pertes de balles mais n’en avait pas tiré profit. Alors que Lasme venait conclure sous le cercle… De même, McCollum, très bien défendu par Beaubois puis Campbell, avait été très discret…

Une contre-attaque de Weems, un panier en force de Weems redonnaient des couleurs aux Strasbourgeois et de la voix à leur formidable public (19-20, 17e’) avant l’égalisation tant espérée (23-23). Mais à la mi-temps, ce sont à nouveau les Turcs qui avaient pris un très léger avantage… Les statistiques, elles, faisaient peur, la SIG affichant un tristounet 30% (10 sur 33), Galatasaray guère mieux (36% avec 9 sur 25 dont 0 sur 9 à trois points) !

Campbell donne le rythme

Si Beaubois avait enfin trouvé la mire à trois points, Galatasaray n’avait pas attendu (26-28, 22e’). Pire, trois balles perdues d’affilée qui portait le passif à 11 déjà, avaient permis à McCollum puis à Schilb d’ouvrir leur compteur et aux Turcs de filer à 26-34 (23e’). Il y avait le feu à la maison et Collet appelait aussitôt un temps mort. La SIG, menée 29-38, n’avait pas assez bougé le ballon, et en trouvant enfin du rythme et rappliquait à 37-41 puis 40-43 sur un « triple » du vétéran strasbourgeois. Mieux un nouveau primé de Leloup redonnait l’espoir à tout le peuple rouge (43-45) mais Fofana manquait juste avant le buzzer du 3e quart temps, la balle d’égalisation !

L’adresse revient pour « Lou » et Leloup

Blake Schilb reprenait par un panier à l’angle zéro (43-48), mais les Strasbourgeois, dos au mur, allaient enfin se lâcher ! Le 3e primé de Leloup, le 3e de « Lou » Campbell, faisaient se dresser le Rhenus : 54-52 (33e’). Il fallait alors tenter de se procurer un petit matelas avant de se rendre sur les bords du Bosphore la semaine prochaine. Il fallait mettre les barbelés en défense, et à l’image de Weems dont ce n’est pas la qualité première, les joueurs de la SIG s’y employaient. Galatasaray n’était évidemment pas de cet avis et résistait. La furia alsacienne ne se laissera pas reprendre et Howard, puis Leloup, assuraient un succès précieux qui permet d’y croire jusqu’à mercredi prochain. Il faudra être forts comme des Turcs pour arracher le trophée aux Strasbourgeois !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – GALATASARAY ISTANBUL 66-62. Rhenus Sport. 6 166 spectateurs. Arbitres : MM. Rocha (Portugal), Pukl (Slovénie) et Perez (Espagne).

Les périodes : 7-8, 16-16 (mi-temps : 23-24), 20-21 (43-45), 23-17.

Les statistiques