Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG LE MQNS KYLE WEEMS
Actualités Ce n’est qu’une victoire…

Ce n’est qu’une victoire…

Kyle Weems (22 points à 9 sur 13 dont 4 sur 6 à trois points, 22 d'évaluation) qui tire par-dessus Romeo Travis, a montré le chemin, en terme d'adresse.

La SIG a marqué les esprits en dominant Le Mans dans la première manche des demi-finales : 85-64. Un succès important, psychologiquement, mais un seul… Il en faudra trois pour se hisser en finale. La démonstration a été totale et la SIG a même rivalisé au rebond ! Mais il faudra éviter l’excès de confiance et aborder le match#2, lundi, comme celui-ci. Pied au plancher avec une défense de fer…

Sous l’œil avisé d’Arsène Wenger, le coach d’Arsenal et grand connaisseur des choses du basket-ball, cette première demi-finale, si prometteuse, démarrait au mieux. Intense, engagé, d’un très haut niveau, bref, des… playoffs ! Amagou défendait dans le short de Beaubois, Campbell ne lâchait pas McKee d’une semelle. Et si la SIG souffrait tout de même au rebond, et d’un déficit d’adresse à trois points (0 sur 4 pour commencer), elle restait toutefois dans les roues des Manceaux. Et à l’issue d’un premier quart de haut vol, à 20 partout, on était passé par… quatre égalités. Romeo Travis était partout, comme prévu, mais la SIG pouvait compter sur Kyle Weems, adroit et… oublié par la défense mancelle.

La défense fait l’écart…
SIG LE mANS TONY TAYLOR

Tony Taylor a sérieusement compliqué la tâche de Tywain McKee. Ce fut l'une des clés du match.

McKee drivait comme toujours mais au fil des minutes, avec Lacombe puis Taylor, au relais de Campbell, il finit par ne plus être aussi efficace. Collet avait fait les premiers changements et l’entrée de Howard fut particulièrement bénéfique en fin de période. Mais ce sont les Sarthois, qui s’étaient déployé en défense de zone, qui firent le premier break (20-25, 12e’), grâce à Cornelie et Amagou. C’est le moment choisi par la SIG pour monter en puissance. Une défense de fer pour provoquer la maladresse adverse (4 sur 17 dans la période après le 9 sur 19 initial), un rebond solide qui évitait les deuxièmes chances, et un collectif qui offrait trois réussites derrière l’arc à Leloup (deux fois) puis à Weems, et des paniers à Fofana. Résultat : un… 15-2 inespéré dans un match que l’on prévoyait si serré. Mais à 35-27 (17e’), Le Mans réagit bien sûr, par Lofton, heureux d’avoir trois lancers francs, puis Yarou (35-32), mais grâce à son énorme défense, la SIG virait en tête (39-32), récompensée par un bel écart à l’évaluation (52 à 32).

La SIG un ton au-dessus

Il fallait être bien naïf pour croire que le Mans n’allait pas réagir. Mais le souci pour les hommes d’Erman Künter, c’est que la SIG restait dans le même tempo défensif. Et au fil des minutes, à l’image de McKee, écoeuré par la pression qu’on lui imposait, Le Mans déjouait. Seul Mike Gelabale (8 points sur les 11 marqués en neuf minutes) maintenait son équipe à flot (42-37), mais il ne pouvait pas résister à la furia d’un Kyle Weems en mode playoffs (13 points dans la période !). L’écart enflait (47-37, 51-40 puis 58-43), la gestion était impeccable (4 balles perdues en 30 minutes), Beaubois était un modèle d’équipier, dur en défense et passeur, ne négligeant pas de mettre au passage un petit panier à trois points.

Erman Künter avait beau pianoter sur son banc, il ne trouvait pas le remède. La deuxième faute de Romeo Travis, sorti tôt dans le deuxième quart, avait perturbé le bel agencement de son équipe. Et comme Lacombe, puis Taylor restaient en mode guerrier, que Leloup scorait au large, tout comme… Duport, les Manceaux rendirent les armes : 71-49 (35e’). Collet offrait même sa chance à Frank Ntilikina puis à Olivier Cortale qui surent la saisir.

Le final n’avait plus guère d’importance, chacun cherchait à économiser ses forces, voire à cacher son jeu en prévision du match#2 de lundi. L'écart n'avait bien sûr aucune importance, et il ne faudrait surtout pas en tirer le moindre enseignement. Pour éviter le syndrome de Nanterre en 2013...

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – LE MANS 85-64. Rhenus Sport. 5 946 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Chambon et Thépenier.

Les périodes : 20-20, 19-12 (mi-temps : 39-32), 22-14 (61-46), 24-18.

Les statistiques