Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG PAU MATT HOWARD
Actualités En position de force

En position de force

Matt Howard, qui prend J.K. Edwards de vitesse, a été pénalisé par les fautes. Il devra apporter davantage en Béarn.

Après avoir pris l’avantage au Rhenus (1-0), la SIG peut boucler son quart de finale contre Pau-Orthez dès lundi soir (20h30, en direct sur MCS). A condition de retenir quelques leçons du premier match…

Les playoffs, c’est un moment à part dans une saison. Les joueurs, et davantage encore leurs entraîneurs, le savent bien. Le public, à son tour, apprend que les matches de série se suivent et… ne se ressemblent pas. Et qu’on ne peut pas faire de plans sur la comète à propos d’un premier match pour en tirer des conclusions définitives concernant le second.

La référence aux Spurs
SIG PAU TONY TAYLOR2

Tony Taylor et "Juice" Thompson : leur duel peut décider de l'issue de la série.

La réalité, c’est que la SIG, même en se faisant peur, a remporté le match#1 et qu’elle se trouve en position de force pour aborder le rendez-vous de ce lundi. « Aucun match ne ressemble à un autre. On se rappelle de ce qui nous est arrivé contre Nanterre en 2013 ». Et le coach de faire aussi référence à la confrontation récente entre San Antonio, impérial en saison régulière dans sa salle, vainqueur de 40 points du match#1, puis surpris chez lui à deux reprises par Oklahoma pour laisser échapper une série qui semblait pourtant promise à Parker, Diaw ou Duncan. « Il faut le garder en tête. L’autre règle, c’est l’adaptation d’un match à l’autre. Il faut se servir de ce premier match pour préparer les suivants ».

S’il trouve des raisons d’espérer dans l’intensité du début de match, dans la domination exercée sur 35 minutes, Collet a vu aussi des choses qui lui ont moins plu et qu’il faudra rectifier lundi. « Le moins bon quart temps défensif, c’est le 4e, ce n’est pas normal. C’est le money time. On a donné 42 points en 30 minutes, 25 dans le dernier quart. Il faudra être plus sérieux… Et on doit aussi s’améliorer en attaque, notamment dans le pourcentage de réussite ».

Et puis, il ne faudra pas oublier que le deuxième match se jouera dans un Palais des sports palois incandescent qui n’a plus connu les playoffs depuis dix ans ! « La salle de Pau a pesé longtemps sur les playoffs et ce sera encore le cas, insiste Vincent Collet. L’écart final du premier match va encore apporter un supplément de spectateurs. Ils ont fait un petit match et ils étaient en mesure de le gagner à la fin… »

Les ressources sont là…

Sera-ce suffisant pour « alléger » la pression sur les épaules béarnaises ? « On a de bonnes raisons d’y croire, estimait Wilfried Yeguete à l’issue du match de samedi. On était dans le match à la fin même s’ils ont mené largement par moments. C’est notre marque de fabrique, on n’abandonne jamais. On n’a perdu que de cinq points et on peut rectifier les petites erreurs qui nous ont coûté cher ». Son coach, Eric Bartécheky, s’il reconnaissait la qualité de l’adversaire et la longueur de son banc, n’en est pas moins reparti frustré : « Chaque possession est importante en playoffs et on n’a pas été assez dur. Un match ne fait pas l’autre. Ce sera un autre match, dans un autre contexte, et on aura déjà beaucoup donné physiquement avec un effectif plus court… »

Pour ne pas tirer sur ses joueurs majeurs, le coach palois a fait appel à ses deux espoirs (16’30 cumulées pour le duo). Mais Thompson a tout de même joué près de 37 minutes, Harris et Smith plus de 30. Alors qu’en face, aucun joueur n’a atteint les 25 minutes de temps de jeu. « Ce sera tout de même compliqué, admet Collet. Ils vont se sublimer. Ils seront sans doute aussi plus adroits (NDLR : Pau-Orthez a manqué ses 18 premiers tirs à trois points avant de marquer les trois derniers) et il ne faudra pas que ce soit à cause de nous, parce qu’on a moins bien défendu ».

Fofana : « Notre expérience européenne doit nous aider »

L’homogénéité de l’équipe, la capacité à voyager, éprouvée à travers toute l’Europe, l’envie d’aller au bout, autant d’arguments qui plaident toutefois en faveur de la SIG : « On va tout faire pour plier la série, tout en se préparant à jouer un troisième match mercredi », estime encore Collet.

Héros du premier match, désigné MVP par Ma Chaîne Sport, Bangaly Fofana (11 points avec 5 sur 5 aux tirs, 6 rebonds, 3 fautes provoquées, 18 d’évaluation) est plutôt confiant : « Il y a beaucoup de bonnes choses à retenir de ce premier match. On ne les a pas laissés se mettre en confiance. Personnellement, je suis bien rentré dans la partie, j’ai eu de bons ballons. Je vais essayer d’avoir le même impact à Pau. Mais ce sera loin d’être facile. Il sera primordial de commencer là-bas comme chez nous, pour les faire douter. Notre expérience européenne, dans des contextes difficiles, doit nous aider à cela ».

La recette, ils l’ont. Il n’y a plus qu’à l’appliquer. En sachant bien que cette fois, les Béarnais ne leur faciliteront pas la tâche…

Jean-Claude Frey