Basket
playoff_site.jpg
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
DSC_8411
Actualités « Maintenant, il faut la gagner ! »

« Maintenant, il faut la gagner ! »

Louis Campbell, le capitaine, est allé féliciter tous ses coéquipiers, les uns après les autres, une fois la qualification acquise...

Formidable continuité dans la performance pour la SIG qui disputera à partir de la semaine prochaine sa quatrième finale de suite. Le Mans, balayé en trois manches très disputées, a été vaincu en prolongation (80-87) et les Strasbourgeois pouvaient savourer…

Vincent Collet était satisfait de la manière, au moins autant que du résultat : « Dans le premier quart temps, ils prennent neuf rebonds offensifs, dans le deuxième aucun, ce qui nous permet de revenir à la mi-temps. Les Manceaux ont joué avec beaucoup de cœur et d’énergie mais nous aussi. Sur la fin, on a su ne pas lâcher. On a certes manqué quelques occasions à la fin du temps réglementaire, mais on a fait les stops derrière et Louis a arraché la prolongation aux lancers-francs. On est content de cette qualification car elle nous évite un quatrième match même si on a senti qu’ils étaient très entamés en prolongation. On s’est appuyé sur un Mardy Collins en mode Eurocup qui a aussi été très présent au rebond et sur Kyle Weems qui a trouvé beaucoup de solutions au poste haut. On a eu un bel engagement défensif au début de la prolongation et si on a beaucoup souffert au rebond offensif pendant tout le match, on a pris les deux plus importants, avec Bangaly Fofana pour nous permettre de rester dans la course ».

Pour la finale qui se profile, le coach de la SIG plaisante : « Monaco et Villeurbanne doivent être contents en se disant que le plus dur est fait… » Allusion directe aux trois finales perdues et pour anticiper les inévitables questions auxquelles il devra répondre prochainement, il lance : « On doit se souvenir que l’équipe qui arrive en finale est celle qui est allée en finale de l’Eurocup. Tout le reste doit rester derrière nous. Il faudra être prêt samedi prochain. Je n’ai aucune préférence pour notre adversaire, les deux équipes sont fortes mais laissons-les s’expliquer. Pour la première fois depuis Noël, les joueurs et le staff vont avoir deux jours de repos. Si Villeurbanne se qualifie, le premier match sera chez nous et il sera très important. S’il est à Monaco, ce ne sera pas encore décisif… »

Bangaly Fofana : « On n'a jamais lâché »

Pour Bangaly Fofana, cette qualification en trois matches est « une grosse satisfaction. On savait que ce serait dur. On s’attendait à cette bataille et c’était important d’être à leur hauteur à la mi-temps. Et puis dans le quatrième quart temps, on s’est accroché même en étant derrière et on n’a jamais lâché, on a continué à y croire. Les matches d’Eurocup nous ont beaucoup servi. On y a mis beaucoup de cœur, ce soir. Dans la prolongation, on a eu un avantage psychologique en revenant de l’arrière et les paniers marqués dès le début de la prolongation ont été décisifs. Avec les ‘’monstres’’ qu’ils ont à l’intérieur, gagner le rebond (NDLR : 45 à 42) c’est vraiment bien. On s’était fait marcher dessus dans le premier quart et si on n’avait pas réagi, on aurait eu du mal à gagner. L’absence de Travis à la fin ? Je ne sais pas, mais Mike Gelabale non plus, n’a pas joué. Je ne fais aucune spéculation là-dessus. Ils avaient juste moins de lucidité que nous à la fin ». Interrogé sur la fin de cette saison très aboutie, le pivot de la SIG a ajouté : « La finale ? On oublie tout maintenant, même la finale de l’Eurocup. On ne connaît pas encore notre adversaire mais on va se préparer tranquillement. On n’aura pas de pression par rapport aux saisons précédentes parce que c’est une nouvelle équipe. Je n’ai aucune préférence, j’ai vu les deux matches, les deux équipes jouent dur, et quand on voit leur niveau, on ne peut pas avoir de préférence ».

Martial Bellon : « Il faut maintenant la gagner »

Martial Bellon, le président de la SIG, présent au Mans, était évidemment satisfait de cette nouvelle performance : « Cette quatrième finale prouve la régularité du club et couronne tout le travail accompli depuis des années. Maintenant, il faut enfin la gagner pour que la SIG soit vraiment reconnue comme un grand club. Depuis le début de la saison notre objectif c’est le titre. Peu importe l’adversaire. Pour être champion, il faut battre toutes les équipes ».

Dans le camp manceau, Erman Künter, estimait que « cette fois-ci, [on] était vraiment très proche. Si au moins, on avait eu Roméo sur le terrain à la fin. Il est tombé sur la tête et a voulu revenir sur le parquet mais il avait le regard vide et va sans doute passer la nuit à l’hôpital (NDLR : grand seigneur, Travis est venu dans la soirée féliciter ses anciens coéquipiers à leur hôtel). Mike a un problème musculaire, il m’a dit que ça n’allait pas bien. Si on avait gagné ce soir, est-ce qu’on aurait pu aller plus loin ? Il s’est passé ce que je prédisais depuis trois mois en raison d’un manque de rotations. On a beaucoup tiré sur Tywain McKee et lorsqu’on a pris cinq points dès le début de la prolongation, les joueurs ont eu la tête sous l’eau. De toute façon, je ne vois pas comment on serait revenu samedi ».

Pour ponctuer une saison qui s’achève, le « Malin du Bosphore » avouait être « très fier, en tant que coach, de ce que les joueurs ont montré. On peut regretter d’avoir laissé filer la deuxième place alors qu’on avait battu deux fois Strasbourg en perdant trois matches à domicile. Mais la réaction après le deuxième match contre Gravelines m’a beaucoup plu. Il reste toutefois des regrets… »

Pape-Philippe Amagou (14 points), qui s’était beaucoup dépensé, reconnaissait qu’ « une fois de plus, c’était une grosse déception. Ça s’est joué à des détails, un lancer-franc manqué, un rebond lâché, une balle perdue. Ils ont plus de rotations et à la fin, dans la prolongation notamment, ça a joué. La sortie de Roméo Travis nous a fait mal. Il était K.-O., groggy mais ça n’enlève rien à la victoire de Strasbourg. Ce soir, à chaud, je n’ai pas envie de dire que c’était une belle saison, même si on a gagné un trophée (NDLR : Le Mans a succédé à la SIG au palmarès de la Coupe de France). J’espère vraiment que la SIG sera championne. C’est tout le mal que je souhaite à ses joueurs ».