Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Le havre_bangaly Fofana et Jeremy Leloup
Actualités Répétition générale au Havre

Répétition générale au Havre

Pour finir la saison régulière, Bangaly Fofana et Jérémy Leloup devront s'opposer à JBAM, le solide pivot havrais.

La SIG se rend au Havre ce mardi, 18e et dernier, pour boucler la saison régulière de ProA. Un match sans enjeu qu’elle mettra à profit pour se mettre déjà dans le ton des playoffs en cherchant à intégrer au plus vite Tony Taylor, le meneur de jeu arrivé samedi.

Quelques minutes après que Paul Lacombe a parlé de match amical à propos de cette dernière sortie en Normandie, Vincent Collet déclarait en conférence de presse : « Il a dit ça ? Je suis un peu déçu… Ce sera tout sauf un match amical ». Le combo de la SIG voulait évidemment parler de match de préparation pour peaufiner le collectif avant les playoffs qui débutent samedi. « Le coach est malin. On va commencer à préparer un ou deux trucs… », avait-il lâché. Car d’enjeu, il n’y aura pas ce mardi, la SIG ayant définitivement verrouillé sa deuxième place alors que l’équipe havraise est fixée sur son sort depuis belle lurette. Scotchée à une seule victoire en 29 rencontres, la formation dirigée par le jeune Thomas Drouot, un moment annoncé comme futur assistant à Orléans, vient de signer un joli baroud d’honneur avec trois succès lors des quatre derniers matches, dont un particulièrement convaincant contre Villeurbanne avant celui obtenu à Antibes samedi (67-70) sur un panier du milieu du terrain de l’Américain Henry Dugat.

Avec Taylor, sans Campbell
SIG-CSP Limoges_Matt Howard_2

Matt Howard retrouve progressivement le bon rythme. De bon augure avant les playoffs.

Si la SIG a fait une belle démonstration contre Limoges, loin d’être un faire-valoir, notamment dans l’intensité, Collet souhaite voir encore plus de constance dans les efforts. En particulier lors des débuts de rencontre. Le match du Havre servira notamment à cela. « On ne peut pas simplement appuyer sur l’interrupteur samedi soir pour être au maximum », explique-t-il. Le Havre comme les autres formations rencontrées ces derniers temps, jouera crânement sa chance et n’aura plus rien à gagner. Ce qui devrait rendre la partie bénéfique…

Le programme allégé – pas d’entraînement dimanche et lundi – permettra aussi à tout un chacun de refaire du jus. Et Howard, meilleur homme du match contre Limoges, va encore monter en régime… « Matt a l’avantage, si l’on peut dire, d’avoir été à l’arrêt pendant six semaines. Il a donc une fraîcheur que les autres n’ont pas. Il a repris depuis trois semaines et va hausser son rythme progressivement », estime Collet. Et puis le technicien normand, qui a retrouvé ses proches au Havre, pourra intégrer Tony Taylor, son nouveau meneur, le feu vert de la LNB étant arrivé lundi dans l’après-midi. Cela tombe bien car Louis Campbell, parti aux Etats-Unis dans l’urgence pour assister aux obsèques d’un proche, sera en revanche absent. Ce qui n’empêchera pas la SIG de disposer d’un effectif suffisant pour s’imposer.

Qui en quart de finale ?

Comme la plupart des équipes déjà assurées d’être en playoffs (6), la SIG ne saura que mardi soir, au coup de sifflet final de toutes les rencontres, quel sera son adversaire en quart de finale qu’elle devrait entamer samedi au Rhenus. Si les trois premiers rangs sont définitivement établis (Monaco 1er, SIG 2e, Le Mans 3e), les cinq autres places seront déterminées entre six formations. Le classement serré (une seule victoire d’écart entre le 4e et le 8e, Dijon, 9e ayant toujours sa chance), les confrontations directes (ASVEL – Gravelines, Chalon – Dijon), rendent tout pronostic aléatoire. Il faudra sortir les calculettes vers 21h30. De surcroît, trois paniers averages (différence entre le match aller et le match retour) sont à 0 dont deux pour Chalon (contre Nanterre et l’ASVEL). Si ces équipes finissaient à égalité de victoires, il faudrait alors les séparer au… quotient général (attaque/défense). Et entre Nanterre et Chalon, il n’y a avant cette 34e journée que 3,4 millièmes d’écart en faveur des Franciliens. C’est dire que le score du dernier match pourrait aussi être déterminant.

Sur les 16 probabilités recensées avant cette ultime journée de ProA, la SIG pourrait affronter l’ASVEL dans cinq d’entre elles, Chalon dans quatre, Nanterre et Pau dans trois, mais aussi Gravelines dans un cas de figure. Si Dijon ne croisera donc pas la route des Strasbourgeois avant les demi-finales s’il parvenait à s’y hisser, Gravelines pourrait aussi être 7e dans plusieurs cas de figure, en perdant d’au moins 16 points à Villeurbanne.

Mais auparavant, avant de goûter à l’excitation des playoffs, il faut boucler la saison régulière et de préférence par une 25e victoire…

Jean-Claude Frey