Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
13177528_815698308563685_5889473589428258350_n
Actualités Tony Taylor : « J’ai hâte de jouer ici ! »

Tony Taylor : « J’ai hâte de jouer ici ! »

Il est arrivé samedi matin après une nuit dans l’avion en provenance de New York. Le soir même, il était sur le banc auprès de ses futurs coéquipiers. Pendant la rencontre contre le CSP Limoges, Tony Taylor, appelé en renfort pour les playoffs, s’est levé, a encouragé les joueurs de la SIG avec un enthousiasme qui faisait plaisir à voir. Avant cela, il avait répondu à quelques questions…

  • 13177524_815698425230340_6849905552493704683_n

    Retrouvailles avec Mardy Collins...

    Tony, il y a quelques jours tu étais à Chalon pour le Final Four de la FIBA Europe Cup. Qu’est-ce qui t’a poussé à accepter la proposition de la SIG ?

  • Je suis rentré directement de France à Sleepy Hollow, près de New York, parce que ma saison en Russie était terminée, pour voir ma famille qui me manquait beaucoup après de longs mois en Sibérie. Et à peine rentré, j’ai eu un appel de mon agent. L’opportunité de jouer les playoffs avec Strasbourg était énorme. J’ai envie d’aider cette équipe à décrocher ce titre…

 

  • La présence de Mardy Collins a-t-elle joué un rôle dans ta décision ?
  • Évidemment. Nous sommes restés en contact toute la saison et j’ai pu parler avec lui de l’équipe, des joueurs, des coaches, et il ne m’en a dit que du bien. De même pour la ville et les fans de la SIG. C’était donc une décision facile pour moi. J’ai suivi toute la campagne d’Eurocup de Strasbourg, j’ai vu quelques matches et j’étais triste de voir leur défaite dans le match 2 à Istanbul !

 

  • Comment s’est passée ta saison à Krasnoïarsk ?
  • Notre présence dans le Final Four FIBA était un vrai exploit car c’est la première fois dans l’histoire du club que Krasnoïarsk est allé aussi loin. Nous avons terminé 10e en VTB League, une ligue extrêmement relevée et je suis plutôt content de ma saison.

 

  • Que sais-tu du championnat français, de ses équipes et de son niveau ?
  • J’ai vu des matches et je sais qu’il y a beaucoup de bonnes équipes avec des marges très étroites entre elles. Tu gagnes un match, tu es dans les trois premiers, tu en perds un, tu peux être neuvième ! C’est une ligue difficile avec des joueurs très athlétiques, rapides, durs. J’avais joué la saison dernière avec Mardy contre Paris et cette saison j’ai découvert Chalon…

 

  • Quels sont tes centres d’intérêt lorsque tu ne joues pas au basket ?
  • J’aime bien le cinéma, les séries télévisées, voir du pays, me balader, discuter avec mes amis et profiter de ma famille, surtout quand je suis chez moi. J’aime aussi faire la cuisine…
13116242_815698445230338_6969276349080178580_o-2

En discussion avec Vincent Collet.

Deux heures plus tard, Tony Taylor attendait, devant le vestiaire strasbourgeois, la sortie de Mardy Collins, avec lequel il allait quitter le Rhenus. Des étoiles plein les yeux… « J’ai adoré cette ambiance ! En Russie, les matches étaient bien moins suivis et beaucoup plus… silencieux ! Quel match ! Dur, difficile, mais l’équipe a bien joué. J’ai vraiment hâte de monter sur le parquet… »

Interrogé sur sa présence possible au Havre, il lâchait : « J’espère que je pourrais jouer le dernier match de saison régulière pour m’habituer à mes coéquipiers, me familiariser avec les systèmes de jeu et être prêt dans une semaine à jouer les playoffs ». Avant de conclure : « Je vais passer le week-end à faire des devoirs en regardant quelques matches de la SIG en vidéo ! »

Propos recueillis par Jean-Claude Frey