Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG_Le Mans_Mardy Collins1
Actualités Une première manche capitale…

Une première manche capitale…

Comme lors des grandes heures de la coupe d'Europe, la SIG aura besoin d'un grand Mardy Collins (ici entre les Manceaux Yarou et Travis).

C’est une série excitante qui débute ce samedi au Rhenus (20h30 en direct sur MCS) entre la SIG et Le Mans, respectivement deuxième et troisième de la saison régulière. L’enjeu ? Une place en finale contre Monaco ou l’ASVEL. Si la première manche donnera une indication, il faudra en gagner trois et l’attente pourrait être longue pour connaître l’heureux élu…

Le délicieux parfum des playoffs… Il enivre, il motive, joueurs, entraîneurs et supporters des deux camps. Oubliés les affrontements de la saison régulière, la double victoire du Mans sur les Strasbourgeois, surtout celle d’avril, marquée par la double disqualifiante infligée à Vincent Collet et à Mardy Collins. Cette fois, on ne calcule plus. « On a eu la bonne idée de passer les quarts en deux tours car les matches contre Le Mans seront acharnés. Une vraie lutte, compliquée. On va essayer de rétablir l’équilibre car on a été plutôt dominé lors des deux confrontations précédentes. Nous n’étions pas non plus à notre meilleur niveau. Cette fois, il faudra l’être », commence Vincent Collet.

Des statistiques qui font peur
SIG_Le Mans_Bangaly Fofana et Romeo travis

Bangaly Fofana devra, avec ses équipiers, contenir Romeo Travis (à gauche), car Mouphtaou Yarou et Mike Gelabale (à droite) sont prêts à intervenir.

S’il a été, longtemps, dans le quatrième quart temps de la belle disputée à Antarès, un supporter acharné de… Gravelines, le coach de la SIG a dû se résoudre à affronter, avec sa troupe, celui que tout le monde voyait se dresser sur sa route : le MSB d’Erman Künter. « L’équipe la plus physique du championnat, la meilleure au rebond », ajoute Collet. Avec 39,12 prises par match en saison régulière (voir infographie), Le Mans a dominé toutes les autres équipes (la SIG était 13e avec 32,82 rebonds). Aussi forts sous leur cercle (26 rebonds défensifs contre 24,4 à la SIG) que sous celui de l’adversaire (13,15 rebonds offensifs contre 8,38 à la SIG, 17e sur 18), les Manceaux sont encore montés d’un cran en playoffs (43,3 rebonds en moyenne !) à l’image d’un Romeo Travis aussi performant dans l’exercice que Yarou, top rebondeur de ProA.

« Ils sont aussi très agressifs en attaque, insiste Collet, avec McKee, Amagou, Konaté. Il faudra s’opposer à cette agressivité ». Profiter de l’avantage du terrain même si le sélectionneur n’y accorde pas une importance démesurée. « Ils peuvent gagner chez nous mais nous pouvons aussi prendre un match là-bas. Il faut remporter trois victoires mais il ne serait pas opportun de perdre cet avantage de la salle dès le premier match. La série ne fait que commencer et elle peut durer longtemps ».

La référence à la saison dernière et au « sweep » (3 victoires à 0) n’a plus guère d’intérêt car les équipes sont différentes. Rodrigue Beaubois, par exemple, a changé de camp et sera très motivé. « On les prend très au sérieux. On sait que ce sera dur. En plus, avec Romeo, ils sont encore plus consistants. Il apporte beaucoup de choses sur le terrain : de la dureté, de l’intensité en défense. Ça rend Le Mans très difficile à jouer mais on a bien préparé ces matches », estime le Guadeloupéen.

Mais tous, ils ont envie d’aller jusqu’au bout cette année et cela passe par un premier succès, ce samedi au Rhenus. « Ce premier match est le plus important. Pas sûr dès lors que Le Mans en gagne trois de suite. Et s’il faut jouer un cinquième match, on reviendra au Rhenus… », calcule déjà Collet.

Élever encore son niveau

Ce qu’on attend des joueurs de la SIG, c’est qu’ils élèvent encore leur niveau. Comme ils ont su le faire entre le premier et le deuxième match contre Pau-Orthez. Qu’ils se mettent en mode Eurocup… « Il faudra de la constance dans l’effort. Pas de baisse de régime, pas de trou. Faire une entame énorme et tenir cette intensité pendant quarante minutes ». L’effectif alsacien plaide en faveur des Strasbourgeois qui gèrent au mieux les temps de jeu, pendant que certains Manceaux restent sur le parquet 36 ou 37 minutes. Ça passera sans doute samedi, mais avec l’accumulation des rencontres, au fil de la série, ce sera de plus en plus difficile.

A la SIG d’en profiter. A Fofana, Duport, Howard, homme-clé face à Travis, Weems ou Collins, de limiter l’impact des « athlètes » sarthois sous les paniers, car on n’ose imaginer que la SIG domine soudain le rebond. Aux arrières, Campbell, Taylor et Beaubois, de contenir McKee qui souffrira peut-être de l’absence d’un back-up, à Lacombe et Leloup de mettre l’indispensable dureté face à Gelabale ou Lofton, capables de dégainer de partout.

Le Rhenus, prêt à pousser comme aux plus belles heures, fera le reste. Avant de remettre le couvert dès lundi !

Jean-Claude Frey

STRASBOURG - LE MANS EN CHIFFRES

infographie SIG-Le mans_V2