Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
DSC_8433
Actualités Arena : la SIG signe une convention avec la Caisse des dépôts

Arena : la SIG signe une convention avec la Caisse des dépôts

La SIG a franchi une nouvelle étape dans son projet d’Arena en signant ce vendredi matin une convention d’intention avec la Caisse des dépôts et consignations qui apportera son soutien logistique et financier au club strasbourgeois.

512px-Logo_groupe_Caisse_des_Dépôts.svgPatrick François, directeur régional de la CDC (Caisse des dépôts et consignations) et Martial Bellon l’ont reconnu d’emblée : c’est un moment important dans l’avancement du projet d’agrandissement du Rhenus. « La Caisse est prête à développer ses capacités d’investissement et d’ingénierie auprès de la SIG dans le cadre de ce projet original », a souligné M. François. C’est d’ailleurs ce que précise le document d’intention signé par les deux parties. Dans le cadre de ce partenariat, la Caisse des dépôts apportera de l’ingénierie financière, en contribuant au montage économique de plusieurs façons : elle contribuera à la mobilisation de partenaires privés tout en en devenant investisseur direct du projet. « Il s’inscrit dans le développement du quartier européen du Wacken, et nous sommes à notre place, à côté d’un projet qui est certes sportif, mais pas que… », a indiqué Patrick François. Avant de conclure : « notre mission est d’accompagner l’attractivité des territoires et à ce titre, le projet de la SIG entre parfaitement dans ce cadre ».

Martial Bellon : « Vers la fin progressive du sport professionnel… municipal »
DSC_8427

Alexandre Schnell, directeur territorial Eurométropole de la CDC, Patrick François, directeur régional de la CDC, Martial Bellon, président de la SIG et Aymeric Jeanneau, manager général développement de la SIG (de gauche à droite), lors de la conférence de presse.

Martial Bellon, le président de la SIG, honoré de la confiance que lui apporte la CDC, a ensuite présenté à la presse les grandes lignes du projet et sa philosophie. Augmenter la capacité d’accueil de la salle (6 100 places actuellement, dont 5 700 en moyenne sont vendues à chaque rencontre) pour passer à 8 000 avec une possibilité d’extension ultérieure à 10 000 pour un coût supplémentaire de 2,5 millions d’euros seulement. « On avance avec ambition et prudence », a-t-il tenu à préciser. Muscler les espaces d’hospitalité pour le monde économique (loges, lieux d’accueil permanent pour les entreprises avec salons, salles de réunion, amphithéâtre). « Notre ambition, car nous sommes des entrepreneurs et il nous faut des projets, c’est de marier le monde économique au sport de haut niveau. Le monde sportif doit davantage se tourner vers les entreprises que vers les collectivités. Nous allons vers la fin progressive du sport professionnel ‘’municipal’’ », a-t-il affirmé.

Le projet de la SIG est innovant à plus d’un titre. Le club deviendrait propriétaire de son équipement – « comme l’Olympique Lyonnais avec le Stade des Lumières, ou le Racing Métro 92 en rugby » – avant qu’il ne revienne au terme du bail, dans le giron de la collectivité, il serait entièrement financé par des fonds privés, et s’accompagnerait, pour lui trouver une rentabilité, d’une série de commerces de proximité et de destination – sports, loisirs, bio – inscrits dans le futur quartier d’affaires, de restaurants, sur une superficie de 4000m2. Le tout pour un montant de 8 millions d’euros qui s’ajouteraient aux 22,5 millions du projet d’agrandissement du Rhenus.

S’installer dans le top 20 européen

Un financement basé sur la signature avec un « namer » qui donnerait son nom à la future enceinte en échange du montant alloué, sur le loyer que la SIG verserait désormais à sa filiale « SIG Arena », aux loyers des surfaces commerciales et sur l’organisation d’événements économiques et culturels aux dates où la salle serait disponible.

« Nous avons pour ambition, à l’horizon 2020, de rejoindre le top 20 européen au plan économique, même si nous l’avons atteint cette saison, au plan sportif, avec la finale de l’Eurocup qui nous situe en 18e place. Sur le plan français, nous voulons rester durablement parmi les trois ou quatre meilleurs clubs de ProA. Notre budget sera cette saison de 7 à 7,5 millions d’euros et en atteignant les 10 millions, nous pourrions figurer parmi les 20 premiers clubs européens », a expliqué Martial Bellon. D’où l’obligation de générer de nouvelles recettes et de trouver de nouveaux partenaires économiques.

La SIG mise donc, pour mener son projet à bien, sur la notoriété acquise au cours des années, symbolisée par sa visibilité – elle a été le club le plus télévisé cette saison – grandissante. Même si les droits télévisés (environ 500 à 600 000€ cette saison) sont loin d’être comparables à ceux dont va bénéficier le Racing Strasbourg en Ligue 2 (6,5 millions). Les chiffres des sports eux-mêmes n’étant pas comparables : 800 millions de droits TV pour le football, 80 pour le rugby, 10 seulement pour le basket-ball.

Les dirigeants qui entourent Martial Bellon, qui bénéficie aussi du travail permanent d’Aymeric Jeanneau, manager général en charge du développement, avancent donc à grands pas. Prochain rendez-vous à l’automne…

Jean-Claude Frey