Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
ASVEL SIG MATT HOWARD
Actualités De plus en plus cruel…

De plus en plus cruel…

Il n'y avait pas faute de Darryl Watkins sur Matt Howard, selon les arbitres... A l'arrivée, c'est l'ASVEL qui a soulevé le trophée !

L’ASVEL a décroché son 18e titre de champion de France, la SIG a échoué une quatrième fois d’affilée. Dans ce 5e match décisif, Villeurbanne a longtemps fait la course en tête, maîtrisant son sujet, avant de creuser l’écart sur quelques coups de sifflet suspects. Dans un retour improbable, la SIG a pourtant failli retourner la situation : 77-80. Dommage que le trio arbitral ait pris trop d’importance…

Le public était resté debout jusqu’au premier panier, mais c’est Nicolas Lang qui ouvrait le score sur… trois lancers-francs après deux échecs alsaciens. L’avantage du terrain n’était pas flagrant, malgré le soutien inconditionnel du Rhenus. Le capital confiance semblait plutôt être du côté de l’ASVEL qui continuait à perturber sérieusement le jeu collectif de la SIG. Collins avait réveillé les travées d’un dunk rageur, mais Andersen « postait » : 2-7 (3e’). Beaubois et Fofana, grâce à un « and one », puis Collins remettaient la machine en route (9-9,4e’), alors que Campbell et Weems (0 sur 3 derrière l’arc) échouaient, sur des tirs parfois précipités. En face, Ware et Lang faisaient mouche au loin : 9-17 (6e’), obligeant Collet à un premier temps mort.

La domination physique de l’ASVEL
SIG ASVEL RODRIGUE BEAUBOIS

Beaubois (23 points) a tenté de secouer son équipe, ballottée pendant trois quarts temps, mais cela n'a pas suffi.

Ware corsait la note juste après (9-20, 7e’) et on voyait déjà resurgir les vieux démons… A l’évaluation, la domination physique des Villeurbannais se voyait de façon plus flagrante encore : 3 à 26 ! L’apport de Duport fut précieux pour finir le quart temps (15-22) mais dès l’entame du deuxième, Jackson associait Andersen et Watkins ! Pendant que Romain Duport était sanctionné de deux fautes offensives de suite pour des écrans irréguliers… L’ASVEL reprenait aisément les devants (15-26 puis 17-29, 13e’), quand Collet relança Weems et Collins. Le 10-2 instillé par le duo US fit le plus grand bien (27-31, 15e’) mais il fallait faire front dans le combat, et surtout trouver des ouvertures dans une défense très hermétique, l’adresse au large (2 sur 12 à trois points en 20 minutes) étant elle aussi défaillante. Beaubois maintint le navire à flots, tant bien que mal, Howard luttait tout en souffrance et la SIG se rapprochait (32-37, 17e’). Ce qui n’était pas du goût des Villeurbannais qui bouclaient la mi-temps avec six points d’avance : 34-40.

Casper Ware dans le costume de… Pooh Jeter !

Collins fit renaître l’espoir dès la reprise (36-40), mais il sera de courte durée. Car Casper Ware, déjà bourreau de Monaco, avait décidé d’enfiler le costume de… Pooh Jeter ! Comme le Limougeaud, il sera désigné MVP un peu plus tard. D'un 3 sur 3 à trois points il portait le fer en profondeur : 38-52 (25e’). La SIG était dans les cordes. Et cela n’allait pas s’arranger ! Deux minutes plus tard, alors que les Strasbourgeois cherchaient à refaire leur retard, M. Bissang expulsait le speaker, ne sifflait pas une faute sur un tir à trois points de Weems avant d’infliger une faute technique à Vincent Collet… C’en était trop. L’ASVEL n’avait pas besoin de cela pour faire un beau champion de France pour avoir su faire déjouer le favori…

Car dès lors ce fut l’avalanche pour un 5-22 qui ne semblait plus guère laisser de chance aux Alsaciens : 43-65 et 48-67 à la fin du quart temps !

Vaillants jusqu’au bout…

Fidèles à eux-mêmes, les hommes de Collet ne lâcheront rien. Jusqu’au bout. Vaillants mais un peu tard, ils firent à leur tour déjouer l’adversaire. Une défense héroïque, qui provoquait des pertes de balles, un Fofana guerrier et un Beaubois de feu. Pour revenir d’abord à dix points (61-71, 34e’), puis à cinq (67-72, 37e’) et même à un point à quelques secondes de la fin : 74-75 ! Mais l’ASVEL tiendra bon, contre vents et marées. La SIG, pour la quatrième fois, voyait son adversaire brandir le trophée. Qui est plus devant ses propres fans ! Cette fois, il sera dur de s’en remettre…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – LYON-VILLEURBANNE 77-80. L’ASVEL remporte la série 3-2. Rhenus Sport. 6 166 spectateurs. Arbitres : MM. Bissang, Viator et Difallah.

Les périodes : 15-22, 19-18 (mi-temps : 34-40), 14-27 (48-67), 29-13.

Les statistiques