Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
ASVEL SIG shooting
Actualités Tous les voyants sont… au vert

Tous les voyants sont… au vert

Astroballe, Villeurbanne, fin de matinée. La SIG lors de son dernier shooting avant l'épisode 3 des Finales LNB.

La SIG Strasbourg dispute ce soir (20h30, en direct sur SFR Sport 2) le match le plus important de sa saison. L’épisode 3 des Finales LNB qui pourrait lui permettre de décrocher le trophée après lequel elle court depuis trois ans. Plongée dans l’intimité du groupe, à quelques heures du coup d’envoi.

Pour eux, joueurs et membres du staff, la finale a commencé mercredi, lorsqu’ils sont montés, devant le Rhenus, dans le bus qui devait les emmener à la gare de Strasbourg. Il était 15h45. Ou plutôt 15h46, car Kyle Weems, qui avait claqué la porte de son appartement en laissant les clés à l’intérieur, avait dû en catastrophe appeler Thierry Feltz, l’intendant du club, pour qu’il fasse l’aller-retour vers la Robertsau avec un double…

Pour le reste, le voyage s’est déroulé sans histoire ou presque. Un téléphone oublié dans un bureau du Rhenus a été acheminé avec diligence à la gare par Delphine, l’employée de la billetterie. L’intéressé a apprécié. Et mis à part deux couples d’Anglais et d’Espagnols, privés du train de 11h12 pour cause de grève et qui s’étaient installés aux places destinées à la délégation alsacienne, pas d’anicroche. Grâce à la diligence du contrôleur, tout est rentré dans l’ordre.

L’avertissement de Cleveland

Sieste pour les uns, lecture, jeux sur smartphone, révision du bac ou… vidéo des premiers matches contre l’ASVEL pour les autres, chacun a tué le temps comme il pouvait. A l’arrivée dans la capitale des Gaules, les Lyonnais de naissance, Lacombe et Tavano, ou d’adoption comme Fofana, ont salué leur famille et leurs amis. Et après un dîner très classique de veille de match – crudités, poulet, pâtes –, ils ont goûté ce qu’ils espèrent avoir été une dernière nuit avant le sacre. Dans le cadre du Novotel de Bron, que Collet connaissait bien. Des mises au… vert avec l’ASVEL quand il en était le joueur, jusqu’au passage, il y a quelques saisons, avec l’équipe de France de Tony Parker.

Les choses sérieuses ont commencé en milieu de matinée, avec la séance vidéo programmée par le trio d’entraîneurs. Vincent Collet a voulu, avant de passer en revue quelques systèmes sur l’écran et de donner quelques consignes, évoquer les finales NBA de la nuit. « Pour avoir vu l’épisode 2 entre Golden State et Cleveland, personne n’aurait imaginé ce retour des Cavaliers, victorieux de 30 points ! » a martelé l’entraîneur de la SIG. Avant d’évoquer le choc entre les verts et les rouges : « Même si nous avons trois chances devant nous, même si nous sommes bons ce soir, nous pouvons perdre car l’ASVEL aura fait un match exceptionnel. Mais il faudra, si on veut alors conclure samedi, avoir eu la bonne attitude ».

Dans la foulée, le bus a mené la troupe à l’Astroballe où près de 6000 T-shirts verts garnissaient les gradins. Derniers réglages, dernières consignes, derniers « chambrages » entre coéquipiers. Au retour à l’hôtel, si Louis Campbell a eu la joie de pouvoir embrasser ses trois fillettes, Maliyah, Naomi et Asiah et son épouse, le rituel d’avant-match a aussitôt repris ses droits : repas sportif, puis sieste, collation et départ pour la salle.

Si désormais tous les voyants sont au vert, la SIG, ce soir, veut passer au rouge !

A Lyon, Jean-Claude Frey et Franklin Tellier