Basket
banniere_internet_aeroport.jpg
banniere_internet_aeroport.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
ASVEL SIG KYLE WEEMS
Actualités Un joker grillé

Un joker grillé

La SIG a subi un sacré coup d’arrêt après 13 victoires de suite, au moment où elle s’attendait à cueillir les plus beaux lauriers dans ces Finales LNB 2016. Pour avoir encaissé un 17-0 en fin de premier quart temps, elle a perdu toute chance dans ce 3e épisode (90-69). Pire, elle a perdu Campbell (claquage musculaire de la paroi abdominale) jusqu’à la fin de la série et peut-être Lacombe, touché à la cheville !

ASVEL SIG TONY TAYLOR2

Tony Taylor (16 points à 100%, 16 d'évaluation) a été le meilleur joueur de la SIG. Insuffisant face à la furia de l'ASVEL.

Dégagés de toute pression après les deux succès du Rhenus, la SIG voulait conclure. A Villeurbanne, même les supporters les plus fervents, les « Green Gones », semblaient douter, si l’on en croit la banderole déployée à l’Astroballe : « Les GG remercient nos joueurs pour ce beau parcours : finalistes… »

La maladresse était villeurbannaise au début, et un dunk de Fofana sur un rebond offensif, un primé de Weems puis un autre de Beaubois avaient lancé les Strasbourgeois de la meilleure des façons : 3-8 (3e’). L’ASVEL n’avait eu que trois lancers-francs d’Andersen à se mettre sous la dent. Kahudi et Lighty trouvèrent des ouvertures dans la défense alsacienne mais Collins et Howard répliquaient aussitôt : 7-12 (6e’). Que s’est-il alors passé dans les têtes des SIGmen ? Comme à son habitude, Collet avait lancé son banc. En face, J.D. Jackson, qui cherchait la bonne formule, avait envoyé Lighty à la place de Lang après 50 secondes seulement, puis Meacham en lieu et place de Ware après deux minutes de jeu.

Lighty, au bon souvenir de Nanterre…

Les deux anciens Nanterriens, très critiqués dans le Rhône pour être passés totalement à travers des deux premiers épisodes, étaient attendus au tournant. Sous le regard de Tony Parker, le président, mais aussi de Jo-Wilfried Tsonga, le tennisman, le duo « vert » prit soudain feu, avec l’improbable Edouard Choquet aux manettes. La SIG ratait des paniers faciles, par Howard et Collins, donnant du jeu rapide et de l’euphorie à l’ASVEL. Un 10-0 d’abord, stoppé par Collet, mais après le temps-mort (8e’), l’hémorragie se poursuivit pour atteindre… 17-0 ! Les deux lancers-francs de Lacombe, peu avant la fin du quart temps, atténuait à peine l’addition (24-12). La SIG était dans les cordes.

David Lighty (14 pts des 29 de l’ASVEL, dont 10 d’affilée) ajoutait un nouveau panier derrière l’arc (29-14, 11e’) et si Leloup puis Taylor tentaient d’endiguer la vague à trois points : 31-20 après 15 minutes de jeu. Collins avec un « and one » ramenait la SIG à dix points (33-23). C’est le moment choisi par Casper Ware pour planter deux flèches assassines : 41-23. Tout était à refaire…

Campbell out jusqu’à la fin, Lacombe peut-être…
ASVEL SIG LOUIS CAMPBELL

Louis Campbell qui échappe à Casper Ware a joué son dernier match de la saison. Blessé, il devra regarder ses coéquipiers depuis le banc, samedi.

Howard était à la peine, Campbell, touché à la hanche pour avoir percuté les gradins, rejoignait le vestiaire avec le Dr Moncade. Et au repos (43-30), après un primé de Duport et une nouvelle série de Collins, le titre était encore très loin de Strasbourg…

Alors qu’on attendait la réaction de la SIG, c’est l’ASVEL qui repartait pied au plancher : 49-30 (22e’). Beaubois sonnera la révolte (11 points dans la période) mais aux exploits offensifs, il ajoutera au plus mauvais moment (56-48, 28e’), une perte de balle et un mauvais choix ! Kahudi avait pris le match à son compte quand la SIG devint menaçante, maintenant l’écart. Quant à Ware, il ponctuait le quart temps d’un 5e primé (sur 7 tentatives) pour crucifier les Strasbourgeois : 66-50.

Le dernier quart – la SIG les aura perdu tous les quatre –, dans lequel, totalement abattus, les Strasbourgeois furent incapables de réagir, ne sera qu’une formalité pour Villeurbanne, devenu euphorique. Aux hommes de Collet de démontrer dans l’adversité, cruelle, qu’ils sont orgueilleux et qu’ils sauront redresser la barre samedi dans un épisode 4 qui remettra le feu à l’Astroballe. Comme on pouvait le redouter, tout est relancé !

A Villeurbanne, Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

LYON-VILLEURBANNE – SIG 90-69. La SIG mène la série 2-1. Astroballe. 5 800 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Difallah et Bardera.

Les périodes : 24-14, 19-16 (mi-temps : 43-30), 23-20 (66-50), 24-19.

Les Statistiques