Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
ASVEL SIG VINCENT COLLET
Actualités Vincent Collet : « Il nous a manqué beaucoup de choses »

Vincent Collet : « Il nous a manqué beaucoup de choses »

Après la douche glacée subie dans la fournaise de l’Astroballe (90-69), la SIG devra se remobiliser dès samedi, lors de l’épisode 4 pour espérer remporter le titre.

Vincent Collet faisait un amer constat à la suite de cette déroute, sans s’inquiéter de l’écart : « Pas sûr que l’ampleur revête une si grande importance. L’ASVEL avait été menée de 25 points lundi, pour finir à -12, et ils n’ont pas été impactés. Ce matin, je leur ai parlé de Cleveland et on a une fâcheuse tendance à suivre cette série, alors j’espère que Golden State va gagner le prochain match ! Il nous a manqué beaucoup de choses ce soir. La bataille de l’agressivité dans laquelle on a été surclassé après avoir gagné les deux premières. A partir de là, il y a beaucoup de choses qui disparaissent. On a aussi perdu notre jeu très rapidement, trop à la recherche de solutions individuelles, vouées à l’échec. Pour Louis Campbell, c’est très compromis mais Paul Lacombe, je l’espère, jouera au pire le 5e match. C’est la plus mauvaise nouvelle de la soirée. La défaite on peut s’en remettre, Villeurbanne l’a démontré. En revanche, l’absence de Campbell, c’est un vrai coup dur ! Tant qu’on n’a pas gagné ce troisième match, rien ne sera fait. Louis l’avait dit lundi mais je crois que personne ne l’a entendu. Le match de samedi ne sera pas très éloigné de celui-ci. Villeurbanne aura la même pression, sera toujours dos au mur, et nous, contraints d’en remporter encore un. Mais on serait bien inspiré de montrer un autre visage ».

ASVEL SIG VBANGALY FOFANA3

L'énergie de Fofana n'a pas suffi.

Bangaly Fofana a ciblé les manques : « Ce qui nous a manqué, c’est l’intensité. On est rentré trop tranquillement dans le match et quand ils ont accéléré, nous on s’est précipité en attaque et on n’a pas bien répondu en défense. Il va falloir analyser tout ça. Villeurbanne a vraiment bien joué, avait à cœur de se reprendre après les deux premiers matches. On savait que ce ne serait pas facile et inconsciemment on s’était peut-être dit que c’était fini. Ce n’est qu’un match, il faudra repartir au combat. On a acquis beaucoup d’expérience cette année et va encore apprendre de cette défaite pour rebondir. Ils ont mieux défendu, c’est sûr, mais on a aussi moins bien attaqué ».

John-David Jackson était évidemment ravi d’avoir retrouvé son équipe : « Ce soir, on a joué notre basket. Strasbourg, comme nous chez eux, n’a pas été dans le rythme et on les a distancés avec notre dureté. La réussite, la confiance, ont suivi l’équipe qui est la plus agressive. J’attends une réaction de leur part dans deux jours. On existe encore pendant au moins deux jours, grâce à notre envie et les joueurs peuvent être fiers de défendre leur chance jusqu’au bout. Notre attaque ç’a été le jour et la nuit par rapport aux matches précédents, le ballon a beaucoup mieux circulé, on a eu peu de déchets. Ils ont peut-être trop calculé ce soir… Nous, on a vite partagé le temps de jeu pour partager les fautes aussi et qu’aucun joueur ne se retienne en défense. Quand David Lighty joue comme ce soir, tout le monde le suit… Il a mis des tirs décisifs ».

ASVEL SIG david lighty

David Lighty s'est souvenu d'avoir remporté trois matches de finale de suite avec Nanterre...

David Lighty (20 points), héros du soir, estimait que « nous n’avions plus rien à perdre, il fallait tout donner. On en avait parlé avant le match. Quand on joue comme ça, on est bon, le public nous suit ». Puis, en riant : « Ce n’était pas un ajustement ! Nicolas (Lang) a pris une faute rapidement et le coach m’a demandé d’entrer. Tony nous avait dit ce matin : ‘’prenez du plaisir, jouez’’. C’était l’essentiel, on savait que si nous perdions, la série était terminée. C’était le bon moment pour moi, de faire mon meilleur match offensif de la sasiosn. On avait pour ambition de gagner ces finales, pas seulement de les jouer. C’est vrai, cette saison, j’ai connu des hauts et des bas, je ne sais pas pourquoi, mais quand j’élève mon niveau, je sais que ça aide l’équipe. Par rapport à 2013, la seule similitude, c’est que c’est à nouveau contre Strasbourg et qu’on joue dans la même couleur. Alors si on peut gagner trois matches de suite, comme il y a trois ans, pourquoi pas ? »