Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Pape Sy
Actualités Pape Sy : « Gagner une autre dimension avec la SIG »

Pape Sy : « Gagner une autre dimension avec la SIG »

De passage à Strasbourg pour satisfaire aux traditionnels tests médicaux, Pape Sy a eu également l’occasion de rencontrer son coach, qui n’a pas hésité à sauter dans un avion pour venir le rencontrer en personne.

Une fois le feu vert du médecin donné, Pape est venu au Rhenus où il a pu échanger une grande partie de la fin de l’après-midi et du début de soirée en tête-à-tête avec son nouveau coach. À l’issue de ce long moment et avant de retourner à l’aéroport il a accepté de répondre à quelques questions pour que chacun apprenne à mieux le connaître. Tout en simplicité et avec un grand sourire il donne son avis sur le club, ses coéquipiers, le coach, son rôle et ne cache pas ses ambitions et son désir d’enrichir son palmarès en rejoignant la SIG Strasbourg…

Franklin Tellier : Qu’est ce qui a motivé ta signature à la SIG ?
Pape Sy : Le fait d’arriver dans un club stable, qui est au plus haut niveau français depuis quelques années. C’est l’un des clubs, si ce n’est le club, qui représente le mieux la France en Europe. J’avais envie d’avoir ce nouveau challenge à relever en essayant de m’imposer ici.

F.T : Quel regard portes-tu sur le projet du club ?
P.S : Le club dégage une image et un projet hyper positifs. Il évolue bien depuis plusieurs années. Il grandit, il est ambitieux et on peut ressentir cette ambition dès que l’on arrive ici et que l’on parle avec les gens. On ressent aussi la frustration de ne pas avoir concrétisé mais malgré cela je pense que ça me correspond bien dans le sens où j’ai vraiment envie d’agrandir mon palmarès. J’ai le sentiment qu'en signant ici,  je peux y parvenir et  progresser individuellement.

F.T : Tu viens d’échanger longuement avec le coach Henrik Dettmann. Comment s’est passée cette première approche ?
P.S : Je ne le connaissais pas personnellement. Nous avions déjà parlé au téléphone mais c’est mieux de pouvoir se rencontrer. La relation entre les joueurs et le coach se crée sur le terrain donc on apprendra à mieux se connaitre encore après quelques entraînements. Mais j’ai vu comment évoluait l’équipe nationale de Finlande, elle développe un jeu assez ouvert qui me correspond bien. J’ai senti dans son discours qu’il est très intéressé par mon profil, mon style de jeu et qu’il a envie d’avoir une base de bons Français pour pouvoir créer autour.

F.T : Justement, que penses-tu de la base JFL de l’équipe ?
P.S : Je ne connais pas Frank mais je sais que c’est un jeune joueur qui a déjà un peu de bouteille pour son âge (rires) ! Je connais Paul et Jérémy que j’ai côtoyé en équipe de France et contre qui je joue depuis plusieurs années. Ce sont des joueurs de qualité. Je pense que ce qui les caractérise le mieux c’est le fait que ce sont des joueurs stables. Cela correspond bien au style de Strasbourg. Ils ne sont pas pour rien dans la progression du club. J’ai envie de m’inscrire dans cette lignée.

F.T : Tu peux évoluer sur les trois postes extérieurs. Quel sera ton rôle dans cette équipe ?
P.S : Pouvoir alterner sur plusieurs postes est, je pense, quelque part, ma force. Le fait d’avoir des joueurs pouvant évoluer sur plusieurs postes est une force dans une équipe, ça permet de s’adapter à son adversaire. C’est ce qui a attiré le coach dans mon profil, cette possibilité qu’il aura de pouvoir s’adapter à l’adversaire et m’utiliser par moments pour créer du jeu car c’est aussi une de mes forces.

pape sy biographieF.T : Lorsque l’on regarde tes dernières saisons on voit que tu es en constante évolution. Est-ce que c’est aussi ton avis ?
P.S : Je sens que je progresse dans mon jeu individuellement. Je gagne en stabilité et sûrement en maturité aussi. Je fais de meilleurs choix. Mais j’ai encore une marge de progression, notamment offensivement où je peux être un meilleur joueur. Nous venons encore d’en parler avec le coach. Il faut que je sois de plus en plus agressif et dangereux au niveau du tir extérieur ce qui pourra me permettre de gagner une autre dimension.

F.T : A plus ou moins long terme, penses-tu qu’un retour en NBA est encore envisageable ?
P.S : Je n’ai jamais fermé la porte à la NBA car dans l’absolu tu ne peux pas, surtout quand tu y as goûté une fois... Si un jour j’ai l’opportunité d’y retourner ça se fera, mais une chose est certaine, je ne suis plus obnubilé par le fait d’y aller, mais plus par le fait de devenir le meilleur joueur possible, individuellement et collectivement. Ça me mènera où ça me mènera mais pour le moment j’aimerais bien goûter à, ce pour quoi je suis venu ici, la coupe d’Europe.

F.T : Cela explique pourquoi tu as refusé des propositions en Summer League…
P.S : Il y a de ça mais aussi parce que je viens de devenir papa et que je voulais profiter de mon fils. Mais malgré tout j’avais prévu de me reposer et, un peu plus tard, travailler individuellement…

F.T : Et l’équipe de France que tu as touchée du bout des doigts en 2014 ?
P.S : On a toujours envie de représenter son pays. J’ai conscience de faire partie d’une génération dorée et il ne faut pas se voiler la face, il y a énormément de talents. Et en plus les jeunes poussent derrière ! Je ne suis pas frustré vis-à-vis de cela, je me dis que mon parcours est différent pour le moment et que ça viendra peut-être un jour. Je me sens bien dans mon jeu, je me sens progresser. Est-ce que ça me mènera en équipe de France ? J’espère, mais pour le moment je me sens bien dans mon parcours.

F.T : Pour finir parlons plus de toi. Quel genre d’homme es-tu ?
P.S : Je pense être quelqu’un d’assez agréable… mais ça il faudrait plus le demander à ma femme (rires) ! Plus sérieusement, tout s’est toujours bien passé dans les différents clubs dans lesquels j’ai joué. C’est aussi une des raisons pour lesquelles je suis venu ici. J’ai entendu beaucoup de bien de Strasbourg et de la vie du groupe. Ça me correspond plutôt bien.

F.T : Des passions en dehors du basket ?
P.S : J’avoue que maintenant que j’ai mon fils, c’est devenu une passion très prenante (rires) ! Sinon j’ai des passions assez simples : j’aime sortir, aller au ciné, retrouver des amis, regarder des séries.

F.T : Pour finir, c’est quoi le programme pour toi cet été ?
P.S : J’ai fini mi-mai, ça fait un été assez long donc je l’ai organisé. Je compte profiter de ma famille. Mais je travaille aussi avec un coach personnel depuis plusieurs années. Le but c’est de couper mais aussi de revenir en forme et pourquoi pas meilleur pour bien commencer la saison.