Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Erik Murphy_SIG ASVEL
Actualités J3 LNB 2016/17 : Orléans - SIG Présentation Résumé Statistiques Photos

A Orléans pour un véritable départ ...

Après deux défaites contre Le Mans et l’ASVEL, la SIG Strasbourg se déplace à Orléans pour affronter une équipe qui a elle aussi besoin de victoires et qui va débuter sa saison à domicile après ses deux revers à l’extérieur : un match piège ?...

Contre l’ASVEL, la SIG Strasbourg a montré son potentiel en première mi-temps mais aussi, comme le dit avec franchise le coach, « ce qui ne va pas vraiment bien ». D’ailleurs dimanche soir, très tard après le match, alors que le silence avait gagné le Rhenus depuis longtemps, un bureau lui ne s’est vidé que très très tard… En effet, sitôt le match terminé les trois coaches ont tenus à débriefer à chaud. Durant plusieurs heures, les trois tacticiens ont décortiqué la défaite. Son analyse détaillée, le coach Henrik Dettmann, préfère la garder en partie pour lui mais une chose est certaine : « C’est l’accumulation de beaucoup de petites choses qui a fait que l’on a perdu comme par exemple un panier à trois points qui ressort à un moment clé. Score mis à part, c’était un match serré et maintenant il est temps pour nous d’apprendre à gagner un match serré ».

jeremy Leloup_SIG ASVEL

Jérémy Leloup et ses coéquipiers espèrent lancer véritablement leur saison face à Orléans...

Une SIG aux deux visages durant le même match voilà comme un air de déjà vue… En effet cela avait déjà était le cas contre Le Mans une semaine plus tôt. Mais attention à ne pas tomber dans le catastrophisme malgré tout. Paul Lacombe tient à le rappeler : « Nous ne sommes qu’au début de la saison. On a fait une grosse semaine de travail et on apprend à se connaitre de plus en plus. Il n’y a pas de secret, tout le monde savait que ça pouvait prendre un peu de temps. En plus débuter notre saison face au Mans et L’ASVEL n’était pas une chose facile. Ce sont deux équipes compliquées... Nous avions d’ailleurs perdu aux Mans et contre l’ASVEL la saison dernière aussi. Malgré tout c’est important d’aller à Orléans pour lancer enfin notre saison. On en a les moyens et les capacités… Il faudra juste faire un match plein et jouer 40 minutes ». Mais se déplacer dans le Loiret pour affronter une équipe qui, elle aussi, a besoin de gagner après deux revers à Chalon et à Nanterre à tout pour s’apparenter à un match piège. Attention donc aux Orléanais car comme tient à le souligner le coach de la SIG Strasbourg : « Orléans est une équipe qui joue intelligemment et qui peut être imprévisible, mais je ne parle pas de match piège, tous les matches sont dangereux !». En revanche une chose est certaine : les joueurs de Pierre Vincent vont venir avec le couteau entre les dents et tenter de lancer véritablement leur saison devant leur public. Un élément qui a bien évidemment été pris en compte par le coach : « Orléans va jouer son premier match à domicile et eux aussi cherchent leur première victoire. Ils vont jouer dur et auront faim ! Il ne faut pas tomber dans la facilité sous prétexte que Orléans n’a pas la même réputation que l’ASVEL. Nous nous sommes préparé à cela. Ce sera un match différent mais nous voulons le gagner ».

Mais alors quelles seront les clefs de ce match ? Une question à laquelle le coach répond sans équivoque : « la clé sera avant tout défensive. Par exemple, il faut que nous défendions mieux les picks and roll. Nous l’avons vu lors du dernier match. Quand nous défendions bien tout allait bien mais quand nous nous sommes relâchés en seconde période…Nous devons monter en agressivité et mieux contrôler le rythme du match ».

Les données sont claires. Début de réponse demain à partir de 20h… même si bien entendu il est encore très (trop) tôt dans la saison pour tirer des conclusions car comme tient à le préciser Paul Lacombe : « C’est important de gagner, même si la saison se joue en juin... Nous sommes très bien placés pour le savoir ! Nous savons ce que nous avons à faire ».

Franklin Tellier